Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Proverbe, expression populaire : C'est un compte d'apothicaire. Origine, signification

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > C'est un compte d'apothicaire
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
C’est un compte d’apothicaire
Publié / Mis à jour le lundi 21 novembre 2011, par LA RÉDACTION
 
 
 
Cette locution proverbiale s’emploie quand on veut parler de la note singulièrement enflée d’un fournisseur, telle qu’en ont quelquefois présenté certains apothicaires qui vendaient de mauvaises drogues à des prix exorbitants

Il a paru à Tours, en 1553, un opuscule ayant pour titre : Déclaration des Abuz [Abus] et Tromperies que font les Apothicaires. En voici un extrait : « Ilz [Ils] n’useront jamais que de miel rousat [rosat] avecques [avec] quelques eaux puantes et de cela nous feront ung [un] beau item en leur partie et ne feront point de conscience de vendre ung tel gargarisme dix solz [sols] et quinze solz ce qui ne vault [vaut] pas deux solz.

« Ces misérables escorchent les malades, si les Médecins ne modèrent leurs parties, prevoyantz que leurs parties seront rongnees, ilz les augmentent du tiers, et semblent les marchantz de Paris, qui feront une marchandise qui ne vaudra que vingt solz, soixante solz, et pourmieulx vendre leurs drogues esventees, ilz se contenteront a dix solz et sept solz et demy (qui est beaucoup) pour jour, mais ilz mettront en leurs parties a vingt solz ce qui n’en vault que cinq.

« Lesquels [les apothicaires de Poitou] n’ont eu honte et conscience de vendre ung petit voirre de ptisane [un petit verre de tisane] avecque ung peu de miel trente solz faisant a croire [accroire] aux malades que c’est une décoction magistrale ; disant qu’il y entre des choses bien chères, jaçoit [quoique] il n’y entre que du régalice [réglisse], des raisins et de l’orge. »

Cette citation dispense de tout commentaire.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !