le 17 octobre dans l'histoire [voir]    notre librairie [voir]    nous soutenir [voir]
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


Et la Légion dite « d'honneur » est attribuée à... - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire éclaire l’Actu > Légion dite « d'honneur » est attribuée à

L’Histoire éclaire l’Actu

L’actualité au prisme de l’Histoire, ou quand l’Histoire éclaire l’actualité. Regard historique sur les événements faisant l’actu


Légion dite « d’honneur »
est attribuée à (Et la)...
(Extrait du « Figaro » du 26 octobre 1882)
Publié / Mis à jour le dimanche 2 janvier 2011, par LA RÉDACTION

 
 
 
Tandis que chaque 1er janvier, fête de Pâques et 14 juillet connaissent leur lot de récipiendaires d’une Légion d’honneur jadis attribuée pour « grands services rendus à l’Etat dans les fonctions législatives, la diplomatie, l’administration, la justice ou les sciences », le subversif Octave Mirbeau dénonce dans un article du Figaro paru en 1882 la distinction par la célèbre croix d’un « pitre dont le métier est de recevoir, tous les soirs, sur la scène, des coups de pied et des gifles. »

« Aujourd’hui où l’on ne s’intéresse plus à rien, on s’intéresse au comédien. Il a le don de passionner les curiosités en un temps où l’on ne se passionne plus pourtant ni pour un homme, ni pour une idée.

Cent cinquantenaire de la Légion d'honneur en 1954
Cent cinquantenaire
de la Légion d’honneur en 1954

« Depuis le prince de maison royale qui le visite dans sa loge, jusqu’au voyou qui, les yeux béants, s’écrase le nez aux vitrines des marchands de photographies, tout le monde, en chœur, chante la gloire du comédien. Alors qu’un artiste ou qu’un écrivain met vingt ans de travail, de misère et de génie à sortir de la foule, lui, en un seul soir de grimaces, a conquis la terre. Il s’y promène, en roi absolu, au bruit des acclamations, sa face grimée et flétrie par le fard ; il y étale ses costumes de carnaval et ses impudentes fatuités. Et de fait il est roi, le comédien.

« Avec le bois pourri de ses tréteaux il s’est bâti un trône, ou plutôt le public - ce public de décadents que nous sommes - lui a bâti un trône. Et il s’y pavane, insolent ; il s’y vautre, stupide, se faisant un sceptre du bec usé de sa seringue, et couronnant sa figure d’eunuque vicieux d’une ridicule couronne de carton peint. Cet être, autrefois rejeté hors de la vie sociale, pourrissant, sordide et galeux, dans son ghetto, s’est emparé de toute la vie sociale.

« Ce n’est point assez de la popularité dont on l’honore, des richesses dont on le gorge. En échange des mépris anciens, on lui rend les honneurs nationaux, et nous en sommes venus à un tel point d’irrémédiable abaissement que, marchandant la récompense à de vrais courages et à de sublimes dévouements, nous attachons la croix sur la poitrine de ce pitre dont le métier est de recevoir, tous les soirs, sur la scène, des coups de pied et des gifles.

« On accuse les journaux de ce grandissement démesuré du comédien. C’est vous qui les faites, nous dit-on. C’est une erreur. C’est le public qui les fait ; c’est le public qui veut être renseigné non seulement sur la manière dont ils jouent leurs rôles, mais sur leurs intimités ; non seulement sur leurs souliers à bouffettes de satin, mais aussi sur leurs pantoufles. Il veut les voir sur la scène, et les voir aussi chez eux. Il est attiré vers le comédien, comme vers une chose qui laisse du mystère après elle.

Dessin exécuté par Jean d'Aurian pseudonyme de Pierre Emmanuel Marie Pérusat) et publié dans "La Caricature" du 4 janvier 1902 « L'impériale déception « NAPOLÉON. – Ah ! ça... On dirait ma Légion d'honneur ? « MARIANNE. – Oh ! non, sire ! Il y a longtemps que ce n'est plus la même ! »
Dessin exécuté par Jean d’Aurian (pseudonyme de Pierre Emmanuel Marie Pérusat)
et publié dans "La Caricature" du 4 janvier 1902

« Il flaire en lui un parfum de vice inconnu, à la fois délicieux et redoutable à humer. Les irrégularités, les camaraderies, les promiscuités de la vie de théâtre, tout cela le trouble étrangement. Et il demande qu’on lui soulève un coin du rideau qui lui cache les priapées qu’il a rêvées. »

Le dessin ci-dessus a été exécuté par Jean d’Aurian (pseudonyme de Pierre Emmanuel Marie Pérusat) et publié dans La Caricature du 4 janvier 1902. Il s’intitule L’impériale déception :
« NAPOLÉON. – Ah ! ça... On dirait ma Légion d’honneur ?
« MARIANNE. – Oh ! non, sire ! Il y a longtemps que ce n’est plus la même ! »




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Appeler quelqu'un à cor et à cri
 
 Être la coqueluche de quelqu'un
 
MANIFESTATIONS
 Richard Cœur de Lion est célébré à l'Abbaye de Fontevraud
 
 Le Verre, un Moyen Âge inventif
 
   
 
 

 


Les plus récents
 
 XXe siècle ou le « Siècle de la Femme » : pour quelle société ?
 
 Histoire et pouvoir : quand la fiction de 1984 devient la réalité
 
 Démocratie ou l'art de tirer de l'homme le plus possible en lui rendant le moins possible
 
 Déclaration du prince Louis de Bourbon, héritier de la Couronne de France, aux Français
 
 
Et puis aussi...
 
 Mythe républicain de la liberté : ferment de l'esclavage moderne
 
 Signes du zodiaque : des journalistes redécouvrent un fait scientifique connu depuis plus de 2000 ans
 
 Démagogie fiscale (La) de l'impôt progressif sur le revenu dénoncée en 1909
 
 L'avenir de la presse : pertes d'indépendance et d'intégrité promises en 1923
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 155 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services