Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Vierge des Roches, saint Valery et Nymphe du Cap Hornu à Saint-Valery (Somme) - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Légendes, Superstitions > Vierge des Roches, saint Valery et (...)

Légendes, Superstitions

Légendes, superstitions, croyances populaires, rites singuliers, faits insolites et mystérieux, récits légendaires émaillant l’Histoire de France


Vierge des Roches, saint Valery
et Nymphe du Cap Hornu
à Saint-Valery (Somme)
(D’après « Notre ancienne Picardie, contribution au folklore régional :
traditions, légendes, traits et curiosités », paru en 1911)
Publié / Mis à jour le lundi 15 avril 2019, par LA RÉDACTION

 
 
 
Durant les premiers siècles de notre ère, les hommes craignaient toujours leurs dieux païens qu’ils avaient peu à peu abandonnés, selon eux protecteurs de leurs pères et dont ils redoutaient encore la colère et la vengeance : c’est ainsi qu’un pêcheur de Leucone (aujourd’hui Saint-Valery) eut la faiblesse d’implorer, dans un moment de frayeur, la protection de la Nymphe du Cap Horniensis, se détournant de saint Valery

En ce temps-là les hommes, refusant d’abord l’évangélisation, vécut quelque temps à côté du culte des idoles, la croix étendant ses bras protecteurs sur le territoire défriché par les moines, les symboles païens étant retranchés dans les forêts inextricables. De ce voisinage si singulier résultaient naturellement les scènes les plus étranges qu’il fût possible de reconstituer. Peut à peu, on assista, non pas, comme on serait tenté de le croire, à l’extermination des vieilles croyances, mais à la fusion de deux religions en une seule qui procède de l’une et de l’autre.

Au VIIe siècle de notre ère, s’élevait dans la Gaule Septentrionale, à l’embouchure de la Samara — la Somme actuelle — une petite bourgade du nom de Leugonau ou Leuconatis dont nous avons fait Leucone et qui prit plus tard le nom de Saint-Valery. Elle fut dans l’origine un simple rendez-vous de pêcheurs qui s’y fixèrent pour exploiter cette partie de la rivière alors excessivement poissonneuse. Le lieu était, du reste, magnifiquement pittoresque et sauvage, bien fait pour séduire ces amateurs de toutes les violences de la nature.

Représentation de saint Valery, fondateur de l'abbaye de Saint-Valery-sur-Somme
Représentation de saint Valery, fondateur de l’abbaye de Saint-Valery-sur-Somme

Imaginez une montagne couverte de forêts, dominant une baie immense, plaine de sable s’étendant vers le nord-ouest à perte de vue, sillonnée par les méandres du fleuve. Deux fois en 24 heures la mer envahissait l’estuaire, et, souvent farouche, elle avait taillé en falaise à pic cette extrémité de la montagne. L’autre descendait en pente douce vers un autre bras de la Somme, déjà en partie comblé par les dépôts de terre alluviale.

Les huttes s’élevèrent à la lisière du bois qui regardait la Baie dans un endroit où la montagne s’abaissait presque jusqu’au fleuve. Leurs habitants se livraient à la pêche dans leurs barques légères. Ils avaient dans la forêt, non seulement un lieu abondant en gibier, mais encore une retraite inexpugnable en cas d’attaque, un sanctuaire pour l’exercice de leur culte. Leur naturel était doux et civilisable, et leur esprit aventureux jusqu’à la témérité. Aussi surent-ils tirer un parti merveilleux des ressources que leur présentait en ce lieu la nature, et voilà pourquoi leur colonie est, au siècle qui nous occupe, déjà active et florissante.

Un homme, un propagateur de la foi chrétienne, y était arrivé vers la fin du siècle précédent, et, séduit par les douceurs que la beauté d’un site donne à la vie contemplative, il avait résolu de s’y fixer et s’y était bâti un ermitage. On l’appelait Gualaric, Waleric ou Valery, et depuis sa venue à Leucone la renommée de ses miracles et de ses vertus lui avait attiré tous les cœurs. Il guérissait les malades, apaisait la colère des flots, et sur son invocation toute puissante une source avait jailli.

Sa morale seule semblait un peu austère aux païens et pourtant ils ne la refusaient pas. Mais, quoique ayant la plupart reçu de lui le baptême, ils ne se faisaient pas non plus scrupule de sacrifier de temps en temps aux faux dieux en cachette, se figurant sans doute que la divinité, comme l’apôtre, n’aurait pas connaissance de leurs infidélités passagères. Il paraît qu’ils se trompaient, et nous allons voir comment l’un d’eux reçut, par une intervention miraculeuse, une leçon qui devait servir d’exemple à tous.

L’automne avait été cette année-là particulièrement mauvais pour les habitants de Leucone. Déjà, dans une affreuse tempête, quatre barques avaient péri, mais les présages sinistres d’ouragans encore prochains n’étaient pas faits pour effrayer ces êtres intrépides.

Chapelle des Marins (Saint-Valery-sur-Somme)
Chapelle des Marins (Saint-Valery-sur-Somme)

N’était-ce pas à la faveur des bouleversements du ciel et de la terre que la Nymphe du Cap Horniensis — la dernière expression du druidisme peut-être — errait dans la forêt sacrée veillant aux destinées humaines ?

Eroïc, le vieux pêcheur, l’avait vue pendant le dernier sinistre, passer vêtue de blanc à l’orée des bois qui bordent la falaise. Sa main s’était d’abord étendue en signe d’apaisement., mais à la vue de ses arbres consacrés mutilés, à la vue de l’ermitage portant en couronnement l’emblème du culte supplantant le sien, la Nymphe s’était évanouie dans un éclair avec un sifflement lugubre auquel avait correspondu l’engloutissement des quatre barques. Signalons que les arbres, les bois, les fontaines attiraient encore au VIe siècle l’adoration publique dans le Ponthieu. On se prosternait devant les reliques de saints sous le même arbre où l’on avait coupé le gui, comme on s’agenouillait dans le temple païen changé en église chrétienne.

Cette effrayante vision laissait Eroïc plongé dans l’épouvante, et lui, si brave d’ordinaire, regardait avec effroi le vol inquiet des oiseaux de mer, présage de la tempête. Instinctivement il cherchait dans son esprit un moyen de conjurer la vengeance qu’il sentait déjà peser sur Leucone et qui sait ? s’assouvirait sur lui peut-être ?

Tout à coup ses yeux s’arrêtèrent sur une humble statue pétrie grossièrement dans la glaise par ses compagnons sur la pieuse instigation de Valery. C’était la personnification d’une autre protectrice des marins — toute de miséricorde celle-là — la Vierge qu’on appelait la « Madone des Roches ». Son front portait en guise de couronnes plusieurs cercles de métal que chaque pêcheur en gage de foi y déposait après avoir reçu le baptême. Eroïc lui-même avait apporté le sien, le jour où il avait incliné la tête — sa tête jusqu’alors infléchie — sous l’impression de l’eau sainte.

Le souvenir de cet acte d’humilité lui revenant tandis qu’il était encore sous l’empire de sa vision, Eroïc détacha la couronne jadis par lui offerte et s’en fut dans la forêt la déposer au pied du tronc sacré où s’incarnait la Nymphe.

Depuis plusieurs heures déjà, les barques voguaient sur les flots y compris celle d’Eroïc. Après la satisfaction donnée à la farouche idole, l’âme du marin s’était apaisée et elle s’abandonnait maintenant à ses pensées, libre de tout pressentiment funeste. Mais dans ce double calme de l’homme et des éléments un esprit sagace et un œil exercé eussent facilement reconnu le repos précurseur de la tempête.

Tout à coup, en effet, le vent du nord-ouest, le plus à craindre dans ces parages, s’éleva avec impétuosité ; menaçant de rejeter les embarcations sur la côte. Sous son effort toujours croissant les voiles se déchirèrent, la foudre en tombant acheva de briser les matures et les vagues se ruèrent à l’assaut des barques. Désormais privées de rames et de gouvernail elles allaient à la dérive, et ceux qui les montaient sentaient leur témérité se fondre dans les angoisses de la terreur.

Mais voici qu’au moment où l’ouragan parvint à son paroxysme, une sereine clarté éclaira soudainement l’horizon jusqu’alors couvert d’épais nuages. Et, dans le rayonnement de cette lueur, une apparition surgit au yeux éblouis des marins. Devant eux se dressait, identique mais animée, la Vierge des Roches, l’humble statue d’argile de Leucone. Lentement, elle détacha de sa chevelure les cercles de métal et les posa un à un sur les fronts de leurs donateurs respectifs, les mettant par le charme de cet anneau à l’abri du péril, eux et leurs barques.

Saint Valery représenté tel qu'il l'est sur le vitrail se trouvant derrière l'autel de la chapelle des Marins, à Saint-Valery-sur-Somme
Saint Valery représenté tel qu’il l’est sur le vitrail se trouvant derrière l’autel
de la chapelle des Marins, à Saint-Valery-sur-Somme

Quand elle arriva à Eroïc dont la couronne manquait, elle le contempla, livré sans ressource au courroux des flots avec une expression de pitié suprême. Mais lui, comprenant tout à coup l’horreur de sa situation et la faute commise se précipita à genoux en adorant et s’évanouit. Quand il rouvrit les yeux, son embarcation désemparée était mollement échouée sur la plage de Leucone à marée basse et toute espèce de danger avait disparu.

Ce miracle fut le dernier coup porté à l’idolâtrie, et sous l’influence vivifiante de la civilisation à travers les siècles, Leucone devint une jolie ville civilisée prenant le nom de son premier apôtre. Aujourd’hui encore, la situation de Saint-Valery est magnifiquement pittoresque et avantageuse. La fertilité de son sol est telle que malgré les défrichements successifs la végétation y reste luxuriante. Sur les hauteurs du Cap Hornu d’où l’on découvre l’admirable panorama de la Baie, on montre au visiteur intéressé la source et le tombeau du saint à la mémoire duquel se rattachent tant de jolies légendes.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
BON À SAVOIR
 Être la coqueluche de quelqu'un
 
 Mettre au violon
 
MANIFESTATIONS
 Berthe Morisot au musée d'Orsay : rétrospective d'une grande artiste
 
 Imagine Van Gogh : l'exposition immersive vous plongeant dans les toiles géantes du peintre
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Dame blanche (La) veille sur le château de Belcastel (Aveyron)
 
 Cruel seigneur Huruge : comment il devint le vassal de la Vierge
 
 La Brèche-au-Diable, vallée charriant une touchante légende, à Soumont-Saint-Quentin (Calvados)
 
 Jeunesse romancée du paladin Roland, neveu de Charlemagne
 
 
Et puis aussi...
 
 Pierres celtiques : dolmen et menhir
 
 Sorcière des Vosges (La)
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Tour de Montfort et pacte diabolique (Côte-d'Or)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 210 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services