Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 16 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Le chat de Théophile Gautier et le poulet vert (perroquet)

Vous êtes ici : Accueil > Brèves d’Histoire > Chat (Le) de Théophile Gautier et le (...)
Brèves d’Histoire
Brèves d’Histoire de France : bribes et miettes historiques utiles à une meilleure connaissance de notre passé
Chat (Le) de Théophile Gautier
et le « poulet vert »
(D’après « L’Almanach de France et du Musée des familles », paru en 1875)
Publié / Mis à jour le mercredi 20 juin 2018, par LA RÉDACTION
 
 
 
Le célèbre poète (1811-1872) tenait les chats dans une grande estime et une amitié profonde. Il disait que les chats sont des tigres bourgeois amis de l’homme ; ils ne flattent personne, ils veulent être aimés pour eux-mêmes.

Le premier chat qu’il adopta fut une chatte baptisée madame Théophile. Elle était rousse, à poitrail blanc, le nez rose et les prunelles bleues. Ils vivaient ensemble, elle et lui, dans une intimité tout à fait conjugale. Elle suivait le maître au jardin ; elle dormait sur le bras de son fauteuil. A dîner, elle prenait souvent, et de sa patte délicate, le morceau que Théophile portait à sa bouche.

Elle était fort ignorante et très circonspecte. Un jour elle entrevit un perroquet parfaitement immobile sur son bâton. « Il faut, se dit-elle, que ce soit un poulet vert. » Le lendemain, l’idée poulet étant revenue, elle voulut savoir le goût d’un poulet vert, et s’approchant, la tête basse et le ventre à terre, elle allait dévorer sa proie.

Le perroquet comprit l’embûche, et, d’une voix sourde, assez semblable à celle de Joseph Prudhomme — personnage caricatural du bourgeois français du XIXe siècle, apparu en 1830 dans les Scènes populaires d’Henry Monnier —, il prononça très distinctement : « As-tu déjeuné, Jacquot ? »

La foudre, en ce moment, fût tombée aux pattes de madame Théophile, elle n’eût pas causé une plus grande épouvante. Or, l’instant d’après, comme elle cherchait à se remettre : « Et de quoi ? Du rôti du roi », continua le perroquet. La physionomie effarée de madame Théophile exprima clairement : « Ce n’est pas un perroquet vert, c’est un homme. » Et voilà comment le perroquet fut sauvé. Il devint désormais pour madame Théophile un sujet d’admiration et de respect.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !