Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 20 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Antilles, Guyane, Réunion : une taxe du XVIIe siècle prolongée

Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire fait l’Actu > Antilles, Guyane, Réunion : une taxe (...)
L’Histoire fait l’Actu
Quand Histoire et Patrimoine font la une, s’invitent dans notre quotidien et deviennent un sujet d’actualité. Le passé au cœur de l’actu.
Antilles, Guyane, Réunion : une
taxe du XVIIe siècle prolongée
(Source : Le Figaro)
Publié / Mis à jour le samedi 9 mai 2015, par LA RÉDACTION
 
 
 
L’octroi de mer, créé en 1670, est un impôt que le temps n’a pas fait disparaître. La taxe qui devait arriver à expiration le 30 juin prochain a été prolongée ce jeudi par les sénateurs. Elle permet aux Antilles françaises, ainsi qu’à la Guyane et à la Réunion, d’imposer les produits importés sur leurs îles.

Louis XIV n’avait certainement pas imaginé qu’un de ses impôts résisterait... 350 ans ! C’est pourtant bien sur l’un des plus vieux octrois du système fiscal français, la taxe de mer, que se sont penchés les sénateurs ce jeudi. Le projet de loi, qui transpose une décision européenne de reconduction de la taxe de mer en outre-mer, a été adopté à l’unanimité et permet la prorogation de la taxe jusqu’en 2020.

Saint-Pierre (Martinique). Gravure aquarellée de 1853
Saint-Pierre (Martinique). Gravure aquarellée de 1853

Pensé par Colbert pour protéger les colonies françaises, « l’octroi aux portes de mer » ne s’appliquait en 1670 qu’aux produits importés en Martinique. Véritable recette fiscale destinée à aider les communes, cet impôt a été progressivement révisé à partir de la révolution française en 1789, et n’a été appliqué que tardivement en Guadeloupe et à La Réunion.

Alcool et tabac sont les plus fortement taxés
Aujourd’hui, la taxe n’est plus seulement une recette fiscale : elle est destinée à protéger la production locale de la concurrence. Et donc l’emploi local. Ces îles sont en effet déjà touchées par un taux de chômage au dessus de la moyenne métropolitaine, de l’ordre de 25%.

Charlotte Darche
Le Figaro

Accédez à la suite de l’article source

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !