Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 17 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Histoire de France : magazine (numéro 26), revue historique

Vous êtes ici : Accueil > Le Magazine 36 pages > Numéro 26 (Avril/Mai/Juin 2008)
Le Magazine 36 pages
Au sommaire du NUMÉRO 26 : possédées de Loudun ; numérotage des rues ; oyers-rôtisseurs ; ceinture ; castration ; Sainte-Larme...
Numéro 26
(Avril/Mai/Juin 2008)
 
Connue au moins depuis le XVe siècle pour ses propriétés curatives, l’huile bitumineuse de Pechelbronn fait en 1734 l’objet d’une thèse d’un étudiant en médecine et retient ainsi l’attention du sieur de la Sablonnière, qui crée bientôt la plus ancienne compagnie pétrolière du monde. Il faut remonter à une époque très reculée pour trouver la première mention (...)
Publié le mardi 19 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 
 
La France pittoresque, c'est aussi le premier magazine de la petite Histoire de France : une revue de 36 pages couleur lancée l'hiver 2001/2002, s'appuyant sur des chroniques d'époque et abondamment illustrée de gravures anciennes. Pour partir sur les traces de ses ancêtres et mieux connaître ses racines.

Constituée d'ARTICLES DE FOND permettant au lecteur de connaître les POINTS-CLÉS de chaque thème abordé, ainsi que les ANECDOTES historiques et piquantes qui s'y rapportent, cette publication aborde tous les aspects d'une vie oubliée ou méconnue, des traditions aux légendes, en passant par les métiers, les industries, les inventions, les fêtes, les institutions, les rites ou encore les personnages ayant marqué leur temps. Lancée en décembre 2001, cette revue sans publicité de la France d'autrefois, porte un regard original et inhabituel sur notre passé. Magazine culturel et de loisir mettant en avant l'Histoire enrichissante et piquante, sa ligne éditoriale en rend la lecture accessible à tous.

Au sommaire de ce numéro...

Capturé à Azincourt par les Anglais et en vertu d’un vœu qu’il fit à la Sainte-Larme pour obtenir du Ciel sa libération sans déshonneur, le comte de Vendôme conféra à la ville le privilège de gracier, (...)
 
Il y avait une grande divergence dans la criminalité des coupables à qui bénéficiait le privilège. La plupart du temps, les crimes reprochés aux pétitionnaires étaient peu graves, souvent des accidents (...)
 
Les bénédictins de Vendôme se vantaient d’avoir dans leur église une des larmes versée par Jésus sur la mort de Lazare et que selon la légende, un ange avait recueillie, mise incontinent dans le petit (...)
 
Objet de première utilité dont ne sauraient se passer tant les hommes que les femmes afin d’y accrocher les accessoires nécessaires au quotidien, la ceinture d’étoffe ou de cuir est supplantée au XIVe (...)
 
L’usage des ceintures donna naissance au proverbe Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée. De tout temps, les femmes légères ont fort aimé la parure, et celles de Paris recherchaient surtout, (...)
 
Si les rôtisseurs, autorisés à ne bouillir et rôtir au XIIIe siècle que certaines viandes déterminées et appelés alors oyers car appliquant surtout leur savoir-faire à l’oie, ne devaient pas se faire (...)
 
Lorsque sous le règne de Louis XII les rôtisseurs eurent soin de faire consacrer dans un article nouveau leur droit de cuire et de vendre « toute viande en poil et en plume », la corporation des (...)
 
Dans le but de s’assurer le monopole de la vente de toutes les provisions de bouche soumises aux préparations culinaires, les cuisiniers-traiteurs-rôtisseurs avaient fait défendre aux cabaretiers, (...)
 
Se déroulant dans plusieurs communes et notamment à Melle, la bachelerie était la fête des jeunes hommes à marier, le capitaine, élu, ayant la charge du pré Bachelier et devant offrir repas et bal pour (...)
 
La bachelerie de Châtillon commençait le dernier vendredi du mois d’avril à midi. Les jeunes gens de la ville et ceux de la petite paroisse de Saint-Jouin qui en est comme le faubourg, composant deux (...)
 
Exploré pour la première fois en 1904 cependant que les spécialistes avancent plusieurs conjectures quant à sa profondeur, le Soucy était le plus anciennement connu et le plus légendaire des abîmes de (...)
 
Empruntant leur nom qui à un édifice remarquable, qui à l’activité y étant exercée, qui à une particularité quelconque, les rues de Paris reçoivent leurs premières plaques en 1728 au prix de quelques (...)
 
A l’époque de la Révolution, où l’administration de la police était exercée par les sections, chacune des quarante-huit administrations partielles et incohérentes entre elles voulut connaître le nombre (...)
 
Le décret du 15 pluviôse an XIII (4 février 1805) établit un régime de numérotage des maisons n’ayant guère changé depuis : le numérotage sera établi par une même suite de numéros pour la même rue, lors (...)
 
« Il y a des bizarreries qu’il faut souffrir bon gré mal gré tant qu’elles durent », écrivait Bonaventure d’Argonne dit Vigneul-Marville, vers la fin du XVIIe siècle. Il nous apprend que « dans le (...)
 
C’est une fable orientale qui est à l’origine de celle de La Fontaine, Perrette et le pot au lait. La conquête de l’Espagne par les Maures répandit la littérature arabe dans l’Europe occidentale, et (...)
 
Il est assez généralement admis en France que l’établissement de la loterie en France ne remonterait pas au delà de 1539, lorsque François Ier en donna l’autorisation sous l’impulsion de l’immigré (...)
 
Bien qu’irrespectueuse des lieux saints aux yeux de certains hommes de foi la regardant comme un abus, l’intrusion fréquente des chiens dans les églises, ces « vilains animaux » symboles de « tant de (...)
 
En 802, Charlemagne défendit aux prêtres d’avoir des chiens, et aux nobles de conduire les leurs dans les églises, « parce que, dit-il, la maison du Seigneur ne ressemble point à une caverne de (...)
 
Aboutissement d’un diabolique stratagème amenant Richelieu à aider de sa toute-puissance la perpétration d’un crime médité de longue date, l’arrestation en 1633 d’Urbain Grandier, envié pour ses (...)
 
Une pièce de l’instruction de l’affaire nous apprend que le 23 juin 1634, sur les trois heures de l’après-midi, l’évêque de Poitiers et Laubardemont étant à l’église de Sainte-Croix de Loudun pour (...)
 
Porté par six hommes recouverts du costume de pénitents noirs qui le menaient vers la place de Saint-Pierre-le-Marché, le curé de Loudun était méconnaissable ; une pâleur livide couvrait une peau (...)
 
Aventurier prétendant s’être signalé durant sa jeunesse par des faits d’armes inouïs, Gringalet se voit contraint de devenir espion pour les ennemis de la France, avant d’être démasqué puis enfermé à (...)
 
Connues de longue date en Asie et vraisemblablement introduites dans les églises d’Occident au VIe siècle, les cloches, appelées campanae car fondues idéalement à l’aide de métal en provenance de (...)
 
Les auteurs ne nous ont pas appris de quel signal on se servit avant l’usage des cloches dans les églises d’occident pour avertir les fidèles de se réunir dans les temples, mais nous savons (...)
 
Dès que l’emploi des cloches fut adopté dans les temples chrétiens, la coutume de les bénir s’introduisit aussitôt dans l’Église, afin de constater ainsi leur affectation spéciale au service du culte. (...)
 
En 1766, l’archevêque de Tours déplaçant à l’abbaye de Preuilly la messe dite en l’honneur de saint Melaine, se heurte aux habitants qui s’autorisent d’une manifestation « surnaturelle » pour justifier (...)
 
En janvier 1573 était rendu un arrêt contre Gilles Garnier, devenu lycophile car, n’ayant de quoi sustenter sa famille, il avait erré dans les bois et fait la rencontre « d’un fantosme en figure (...)
 
Riom a donné naissance à un grand nombre d’hommes distingués ou du moins connus dans la magistrature, les emplois publics ou les lettres. Bien avant l’époque des jurisconsultes ou des littérateurs, au (...)
 
Dans ses Annales de la ville de Toulouse, Lafaille révèle qu’un capitoul de l’année 1326, Guillaume Descalquens, se fit faire des funérailles étant plein de vie et en parfaite santé, le service se (...)
 
Connue au moins depuis le XVe siècle pour ses propriétés curatives, l’huile bitumineuse de Pechelbronn fait en 1734 l’objet d’une thèse d’un étudiant en médecine et retient ainsi l’attention du sieur de (...)
 
La fontaine de Gabian fut célèbre par la quantité de pétrole qu’elle produisit un temps, et qui s’élevait selon le médecin Rivière, de Montpellier, à 36 quintaux par an pendant près de quatre-vingts ans. (...)
 
Pratique ancestrale, l’ablation des testicules passait pour être un moyen efficace de préserver jeunesse et beauté, d’obtenir une jolie voix, avant que de devenir un remède prôné dans la lutte contre (...)
 
La castration n’a pas toujours été déterminée par la jalousie, par la cupidité, ou par des considérations artistiques. On a pratiqué cette opération par nécessité, pour certaines affections des organes (...)
 
Quant à l’usage de la castration chez les femmes, on a regardé comme une fable cette opération cruelle et inutile, qui fut d’abord en usage chez les Lydiens, à en croire l’historien grec Xanthus : (...)
 
Le droit de baronnage consistait dans « la perception du troisième brin de poisson à prendre et choisir dans toutes les barges, barques et bateaux, arrivant de la pêche au port de Nantes pendant le (...)