Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 5 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Pierre Chirac, médecin du roi Louis XV. Portrait, biographie, vie et oeuvre. Projet Académie de médecine - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Personnages : biographies > Chirac (Pierre) (1650-1732) et son (...)
Personnages : biographiesVie, oeuvre, biographies de personnages ayant marqué l’Histoire de France (écrivains, hommes politiques, inventeurs, scientifiques...)

Chirac (Pierre) (1650-1732)
et son projet de création de
l’Académie de médecine
(D’après « Commentaires de la Faculté de médecine de Paris :
années 1777 à 1786 », et « Biographie universelle » paru vers 1860)
Publié / Mis à jour le lundi 28 avril 2014, par LA RÉDACTION

 
 
 
Né à Conques-en-Rouergue en 1650 de parents peu fortunés qui le destinèrent à l’état ecclésiastique, il fit ses humanités à Rodez et se rendit en 1678 à Montpellier pour y étudier la théologie. Placé chez un pharmacien en qualité de précepteur, il y puisa le goût de la médecine, et ne tarda pas à s’y distinguer parmi les élèves de l’Université.

Michel Chicoyneau, qui en était le chancelier, lui confia l’éducation de ses enfants. Extrêmement laborieux et très assidu aux leçons publiques des professeurs, Chirac fut bientôt en état d’en donner lui-même de particulières.

Revêtu du doctorat en 1683, il obtint en 1687 une chaire qu’il remplit avec autant de zèle que de succès, et fut nommé médecin de l’armée de Roussillon en 1692, commandée par le maréchal de Noailles. Une épidémie de dysenterie s’étant mise dans les troupes, et l’ipécacuanha étant resté inefficace, il donna avec succès du lait coupé de lessive de sarment de vigne. Il ne quitta ces fonctions que pour occuper celles de médecin du port de Rochefort, ville alors insalubre où sévissait la Maladie de Siam. Il n’hésita pas à pratiquer plusieurs centaines d’autopsies.

Frappé lui-même, il eut la chance de survivre grâce au traitement qu’il avait indiqué, ce qui n’empêcha pas sa convalescence d’être longue et pénible.

Pierre Chirac
Pierre Chirac

Rentré à Montpellier au bout de deux ans, il y prit les fonctions de professeur et eut alors deux querelles scientifiques retentissantes : l’une sur l’acide du sang, avec Vieussens, de Montpellier ; l’autre sur la structure des cheveux, avec Sorazzi, médecin italien. Il accompagna le duc d’Orléans en Italie en 1706 et en Espagne en 1707, et s’attira l’amitié solide de ce prince en s’opposant à ce qu’on lui amputât le bras après une blessure du poignet reçue au siège de Turin ; il le soigna et le guérit par des bains prolongés d’eau de Balaruc qu’il fit venir spécialement dans ce but. Aussi fut-il ramené à Paris par ce prince qui, devenu régent, le choisit pour son premier médecin en 1715.

A ce titre, il jouit d’une influence tout à fait prépondérante ; toutes les faveurs, toutes les dignités se succédèrent rapidement. Honoré en 1716 du titre d’associé libre de l’Académie des sciences, il remplaça Fagon dans la surintendance du Jardin royal des plantes en 1718. Il avait 70 ans lorsqu’en 1720 éclata la peste de Marseille. Les vieux souvenirs de l’épidémie de Rochefort l’excitaient à partir ; le roi l’en empêcha, mais le chargea de l’organisation des secours. En 1728, il reçut des lettres de noblesse. En outre, le registre n° 326 des manuscrits de la Bibliothèque de la Faculté de médecine de Paris contient plusieurs pièces, projets d’édits, non datés malheureusement, mais où le rôle tout à fait dominateur destiné à Chirac trahit le rédacteur des projets, Chirac lui-même.

On pourrait aussi le reconnaître à certaines exagérations... toutes méridionales dirent certains détracteurs qui le décrivirent comme un personnage à l’ambition démesurée et à la vanité ridicule. Dans un Projet pour augmenter le nombre des médecins et les moyens d’en former d’excellents, il affirme que le moyen le plus efficace d’obtenir ce résultat doit être que, « comme en Espagne, le premier médecin du Roy soit le chef de la médecine du royaume ». Il annonce ensuite son projet d’élever les chirurgiens à la médecine, ou les médecins à la chirurgie, et cite à l’appui de sa thèse le cas des corps de troupe qui n’ont que des chirurgiens, souvent illettrés, ne connaissant rien à l’anatomie au grand détriment de la santé des hommes ; et il avance que, dans la dernière guerre, il a péri 200 000 soldats de blessures, mais 1 200 000 de maladies faute d’un secours raisonnable. Des chiffres sans doute exagérés.

Les Mémoires de l’Académie de chirurgie de 1819, nous apprennent que l’étroite amitié qui unissait de la Peyronie (premier chirurgien du roi) et Chirac, premier médecin du roi depuis 1731, était la base d’une confidence mutuelle sur les desseins qu’ils avaient conçus pour les progrès respectifs de la médecine et de la chirurgie. Chirac désirait en effet vivement établir à Paris une Académie de médecine, qui devait correspondre avec les médecins de tous les hôpitaux du royaume et des pays étrangers, pour leur proposer des remèdes à éprouver dans les différentes maladies, recueillir soigneusement le résultat de ces expériences, ainsi que les observations fournies par l’ouverture des cadavres, et former, par ce moyen, un corps de médecine fondé sur des faits avérés. Cette Académie ne devait pas être composée des seuls médecins de la Faculté de Paris, qui regarda cet établissement comme contraire à ses droits et privilèges. D’ailleurs, Pierre Chirac et les premiers médecins du roi auraient été présidents perpétuels de cette Académie.

Caricature d'un médecin de la peste
Caricature d’un médecin de la peste

La Faculté craignit qu’une telle prérogative ne donnât aux premiers médecins du roi un pied dans les affaires de la Société, et déclara qu’on exclurait tous ceux de son corps qui s’aviseraient d’entrer dans cette Académie et qu’on ne les admettrait plus jamais à la consultation. L’Académie de médecine n’eut pas lieu : elle avait bien eu l’approbation du ministère, puisque les lettres patentes pour son établissement avaient été dressées et scellées. François de la Peyronie profita de la circonstance et obtint dans les corps des chirurgiens de Paris la formation d’une Académie Royale de chirurgie (18 décembre 1731).

Le Recueil de pièces manuscrites évoqué plus haut contient plusieurs pages corrigées, sinon écrites, de la main de Chirac, fort intéressantes au point de vue de l’étude de ce personnage ; en voici l’analyse résumée par Varnier. La pièce n°16 ne porte ni date, ni titre.

« Nous sommes informés que beaucoup de personnes sans titre et sans capacité, abusant criminellement de la crédulité des peuples aux dépens de la vie des malades, continuent d’exercer la médecine dans toute l’étendue de notre royaume sous le prétexte spécieux d’avoir des spécifiques ; que les chirurgiens, uniquement destinés à la cure des maladies externes, entrepennent la cure des maladies internes ; que les apothicaires, bornés à la confection des remèdes, osent, contre toute bonne police, traiter les maladies internes ; qu’enfin les abus et le relâchement des professeurs en médecine concernant les études et la réception des docteurs continuent encore dans la plupart des Facultés de notre royaume, sans aucun égard pour l’édit et règlement général donné par notre bisaïeul l’année 1707, etc.

« Il est nécessaire de rappeler chacun à sa place par le présent édit perpétuel et irrévocable, règlement général concernant les études de la médecine et l’obtention des degrés. Chargeons le sieur Chirac, notre premier médecin, de la direction et inspection générale des études et réception des médecins dans toutes les Écoles du royaume en qualité de surintendant des trois corps de la médecine, pour veiller par lui-même ou par ses lieutenants, etc.

« Et, dérogeant à l’article de l’édit donné en faveur du sieur Fagon, nous permettons à notre premier médecin et à ses successeurs de nommer des lieutenants également dans les villes où il y a Université de médecine comme dans toutes autres, aux conditions d’y nommer toujours pour son lieutenant le doyen, chancelier et président de chaque Faculté. »

Le n°17 est un Projet d’Édit pour l’Académie de médecine.
« Nous avons créé et établi, créons et établissons en notre bonne ville de Paris une Académie Royale de médecine expérimentale et pratique sous notre protection et la direction perpétuelle du sieur Chirac, notre premier médecin, et ses successeurs, etc. De même pour Montpellier. »

Le n°18 est intitulé Statuts et règlements que Sa Majesté veut estre régulièrement observés dans les Académies Royales de médecine pratique et expérimentale établies à Paris et à Montpellier (les corrections du texte sont toujours de la même écriture).

Le n°19 n’a pas de titre. Il est à l’usage de Chirac.
« Rappel de divers règlements et ordonnances, édits et déclarations pour l’établissement de l’art et maîtrise de pharmacie dans tous les lieux du royaume et, pour cet effet, ayant chargé leurs premiers médecins du soin d’établir des apothicaires dans tous les bourgs, villes et villages où il n’y auroit point de jurande établie, avec pouvoir d’établir dans tous les lieux du royaume des lieutenants-médecins et apothicaires pour procéder en leur nom et sur le pouvoir donné, etc. (Édit d’avril 1617 ; Déclar. 10 octobre 1656, 2 avril 1661, 1708), dans tous les lieux où il n’y a ni Université ni jurande d’apothicaire, à la visite des maisons et magasins des apoticaires, épiciers, droguistes, ciriers et confiseurs du royaume, conformément aux statuts, règlements, arrêts et ordonnances du grand Conseil rendus le 30 septembre 1661, etc.

Le Jardin du roi. Illustration de 1636
Le Jardin du roi. Illustration de 1636

« L’examen des chirurgiens et barbiers de village sera fait par les lieutenants du premier médecin. Les apprentis en apoticairerie et chirurgie seront dégrossis dans les hôpitaux généraux pour être envoyés dans les hôpitaux de guerre où il y a pénurie. Et étant informé que les chirurgiens de campagne tournent à leur usage et vendent les remèdes que nous faisons distribuer charitablement dans les généralités de notre royaume pour le soulagement des pauvres de la campagne, nous ordonnons que lesdits remèdes de charité ne seront remis désormais qu’entre les mains des curés des bourgs et villages et préparés par nos apoticaires du corps sur le choix et la liste qui leur en sera donnée par notre premier médecin, que nous authorisons à les faire distribuer dans toutes les généralités du Royaume sur la demande qui en sera faite par les intendants desdites généralités.

« Et, désirant rétablir les 3 corps de la Médecine dans leur ancien lustre, dans la forme et dans l’étendue naturelle que doit avoir chacune des trois professions, suivant les ordonnances et règlements donnés par les Roys nos prédécesseurs, et voulant, à cet effet, être pleinement informé de toutes les altérations arrivées par laps de temps dans lesdites trois professions qui composent le corps de la Médecine et des usurpations réciproques qu’elles ont faites les unes sur les autres, en excédant les limites qui leur avoient été prescrites de toute ancienneté et dans leurs premiers établissements, et connoissant l’attachement du sieur Chirac à notre service, sa droiture, son impartialité et sa capacité en tout ce qui regarde l’étendue desdites trois professions, l’avons créé et érigé en la qualité de Directeur général des Études et Éducation desdites trois professions, et en celle de conservateur de leurs statuts et privilèges, l’authorisons à se les faire représenter et à établir des délégués et lieutenants dans toutes les Facultés et autres corps de médecine de notre royaume pour, sur les informations faites sur les lieux de l’état où sont les Facultés, du relâchement qui sera survenu tant par rapport à l’instruction et éducation de la jeunesse que par rapport à leur réception aux grades et des usurpations réciproques entre les trois professions, être ordonné ce qu’il appartiendra, pour y rétablir le bon ordre à l’avantage des trois professions et de nos sujets, et si, dans l’exécution de notre présente déclaration, il survient quelque contestation, nous nous en réservons la connoissance à notre grand Conseil et l’interdisons à tous autres juges. »

Chirac mourut le 1er mars 1732, et l’Académie de médecine voulue par lui ne fut créée que sous Louis XVIII, par ordonnance du 20 décembre 1820, à l’instigation du baron Antoine Portal. Celui-ci avait occupé dès 1777 la chaire d’anatomie humaine au Jardin du Roi et était devenu, avant la Révolution, médecin de Monsieur, frère du roi Louis XVI et futur Louis XVIII qui revenu d’exil le nomma premier médecin du roi. Portal mit à profit l’estime dont l’honorait ce souverain pour reprendre le projet de Chirac.

L’article 2 de l’ordonnance définit les missions de l’Académie Royale de médecine : « Cette Académie sera spécialement instituée pour répondre aux demandes du gouvernement sur tout ce qui intéresse la santé publique, et principalement sur les épidémies, les maladies particulières à certains pays, les épizooties, les différents cas de médecine légale, la propagation de la vaccine, l’examen des remèdes nouveaux et des remèdes secrets, tant internes qu’externes, les eaux minérales naturelles ou factices, etc.

« Elle sera en outre chargée de continuer les travaux de la Société Royale de Médecine et de l’Académie Royale de chirurgie : elle s’occupera de tous les objets d’étude ou de recherches qui peuvent contribuer au progrès des différentes branches de l’art de guérir. En conséquence, tous les registres et papiers ayant appartenu à la Société Royale de médecine ou à l’Académie Royale de chirurgie, et relatifs à leurs travaux, seront remis à la nouvelle Académie et déposés dans ses archives »

 
Même rubrique > voir les 153 ARTICLES
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
Visiteurs actuellement sur le site

 

 4 mai 1897 : incendie du Bazar de la Charité à Paris
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
BON À SAVOIR
 Souffler le chaud et le froid
 
 Boire comme un fiancé
 
MANIFESTATIONS
 Grande rétrospective « Léonard de Vinci » au musée du Louvre
 
 Paris (Le) des Visitandines à Moulins
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 OFFRE N°1 | Recevez en 48h les 37 volumes papier disponibles édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 OFFRE N°2 | Téléchargez au format numérique l'intégralité des 44 volumes de La France pittoresque parus en 14 années : 1100 articles, 2000 illustrations. L'Histoire enfin captivante !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Madeleine Brès : fille de charron devenue la première doctoresse française en 1875
 
 Blaise Pascal : premiers pas d'un génie
 
 L'Éclair et Fine-Oreille : célèbres filous du XVIIe siècle
 
 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 
Et puis aussi...
 
 Molière : comédien errant avant ses heures de gloire
 
 Mots historiques de Jeanne d'Arc consignés dans d'authentiques documents d'archives
 
 La belle Corisande : maîtresse et soutien inconditionnel du futur Henri IV
 
 Geoffroy de Sargines, garde d'honneur du roi Saint-Louis
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 153 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services