Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 22 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Guillaume-François Rouelle, l'un des fondateurs de la chimie

Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Chimie (Guillaume-François Rouelle, (...)
Anecdotes insolites
Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques
Chimie (Guillaume-François Rouelle,
l’un des fondateurs de la)
(Brève parue en 1836)
Publié / Mis à jour le mardi 12 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 

Guillaume-François Rouelle, mort au mois d’août 1770, peut être considéré comme l’un des fondateurs de la chimie en France. Il était apothicaire et démonstrateur en chimie au Jardin-du-Roi. Il écrivait mal ; il parlait avec la plus grande véhémence, mais sans correction ni clarté, et il avait coutume de dire qu’il n’était pas de l’Académie du beau parlage.

Il cherchait à dérober ses connaissances à ses auditeurs ; mais son caractère distrait et son véritable amour de la science le trahissaient toujours. Il expliquait ses idées fort au long dans son cours devant deux cents élèves, et, quand il avait tout dit, il ajoutait : « Mais ceci est un de mes arcanes que je ne dis à personne. »

Il avait ordinairement pour aide son neveu qui l’aidait à faire les expériences. Cet aide n’était pas toujours présent. Alors Rouelle criait : « Neveu ! éternel neveu ! ». Et l’éternel neveu ne venant point, il s’en allait lui-même dans les arrière-pièces de son laboratoire chercher les vases dont il avait besoin : pendant cette opération, il continuait toujours à haute voix la leçon, comme s’il était en présence de ses auditeurs, et, à son retour, il avait ordinairement achevé la démonstration commencée, et rentrait en disant : « Oui, messieurs. »

Un jour, faisant seul l’expérience dont il avait besoin pour sa leçon, il dit à ses auditeurs : « Vous voyez bien, messieurs, ce chaudron sur ce brasier ? Eh bien, si je cessais de remuer un seul instant, il s’ensuivrait une explosion qui nous ferait tous sauter en l’air ! » En disant ces paroles, il fit le geste d’une salle sautant en l’air, et ne manqua pas d’oublier de remuer ; sa prédiction fut presque accomplie : l’explosion se fit avec un fracas épouvantable et cassa toutes les vitres du laboratoire. Heureusement personne ne fut blessé, parce que le plus grand effort de l’explosion avait porté par l’ouverture de la cheminée : M. le démonstrateur en fut quitte pour cette cheminée et une perruque.

Il n’estimait pas les systèmes de Buffon. Il avait pris en grippe le docteur Bordeu, médecin de beaucoup d’esprit. « Oui, messieurs, disait-il tous les ans à un certain endroit de son cours, c’est un de nos gens, un plagiaire, un frater, qui a tué mon frère que voilà. » Il voulait dire que Bordeu avait mal traité son frère dans une maladie.

Le docteur Bourdelin, professeur au Jardin-du-Roi, finissait ordinairement sa leçon par ces mots : « Comme M. le démonstrateur va vous le prouver par ses expériences. » Rouelle qui était le démonstrateur, prenant alors la parole au lieu de faire ses expériences, disait : « Messieurs, tout ce que M. le professeur vient de vous dire est absurde et faux, comme je vais vous le prouver. » Malheureusement pour M. le professeur, il tenait souvent parole.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !