Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 27 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

19 avril 1689 : mort de Christine, reine de Suède

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Avril > 19 avril > 19 avril 1689 : mort de Christine, (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 19 avril. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
19 avril 1689 : mort de Christine,
reine de Suède
Publié / Mis à jour le mercredi 17 avril 2013, par LA RÉDACTION
 

Christine, fille du célèbre Gustave-Adolphe, monta sur le trône de Suède après la mort de ce héros tué à la bataille de Lutzen, en 1632. Ayant régné aussi glorieusement que son père avait combattu, et ayant présidé aux traités de Westphalie, qui pacifièrent l’Allemagne, elle étonna toute l’Europe par l’abdication de la couronne, à l’âge de vingt-sept ans ; cette abdication lui aurait fait plus d’honneur si elle n’avait pas eu dans la suite la faiblesse de s’en repentir.

Son dessein, en quittant la couronne, était de se livrer avec plus de liberté à son goût pour les beaux arts. Elle savait huit langues ; elle avait été disciple et amie de Descartes, qui mourut à Stockholm, dans son palais. Elle avait cultivé tous les arts, dans un climat où ils étaient alors inconnus ; elle voulut aller vivre au milieu d’eux en Italie ; dans cette vue, elle résolut de quitter la religion luthérienne pour la catholique, et après avoir quitté son royaume en 1654, elle fit publiquement, à Inspruch, la cérémonie de son abjuration.

Ce changement ne la rendit pas meilleure , et n’adoucit pas son orgueil l’indicatif. La postérité lui reprochera toujours le meurtre de son grand-écuyer Monaldeschi, qu’elle fit assassiner devant elle avec le sang-froid le plus barbare, dans le second voyage qu’elle fit en France. Cette cruauté a laissé sur son nom un opprobre ineffaçable.

« Les savants qu’elle protégeait, dit le président Hénaut, ont eu beau faire : ils n’ont pu empêcher que l’on n’ait jugé peu favorablement de son caractère et de ses mœurs. »

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !