Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 juillet DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTube

Donner la muse à quelqu'un. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > Donner la muse à quelqu'un
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
Donner la muse à quelqu’un
Publié / Mis à jour le mardi 10 novembre 2015, par LA RÉDACTION
 
 
 
L’amuser, le tromper par de belles promesses

Pasquier s’est servi de cette façon de parler dans une de ses lettres, et en donne l’explication dans le portrait qu’il fait de Louis XI.

« C’était, dit-il, un esprit remuant, versatile, fin, prince qui savait, par de belles promesses, donner la muse à ses ennemis, et rompait leurs mesures, usant de la religion selon ses affaires, et estimant tout autre chose lui être permise, quand il s’était acquitté d’un pèlerinage. »

On disait, et on dit encore aujourd’hui muser, se distraire de son travail, regarder ou faire une chose inutile ; musard, pour désigner un fainéant qui oublie ce qu’il a à faire, et musardie, pour dire sottise, fainéantise, comme on le voit dans ces vers du roman de la Rose :

Quiconque croye, ne que die
Que ce soit une musardie.

Le verbe muser s’emploie encore pour signifier regretter, et le mot musard pour celui qui regrette de n’avoir pas profité d’une bonne occasion, comme on le voit par le proverbe qui refuse, muse.

La Mothe Le Vayer fait dériver toutes ces expression des Muses. « Que voulez-vous, dit-il, c’est le propre des Muses de nous amuser inutilement, et nos pères, qui opposaient le vieux mot de musart à celui de guerrier, ont assez témoigné qu’ils tenaient les hommes d’étude fort mal propres à l’action : Carmina secessum scribentis et otia qaerunt. »

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !