Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 20 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

La musique : meilleure des lotions capillaires ? Musiciens et chevelure - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > La musique : meilleure des lotions (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


La musique : meilleure
des lotions capillaires ?
(D’après « Le Petit Français illustré », paru en 1902)
Publié / Mis à jour le jeudi 28 novembre 2013, par LA RÉDACTION

 
 
 
Qu’on se rassure, écrit Ch. Galbrun en 1902. Ceci n’est point une thèse, non plus que la traduction d’un chapitre d’Aristote. Le chapitre des chapeaux suffit à la gloire du célèbre philosophe et nous craindrions de perdre haleine dans notre péroraison, si nous voulions démontrer, avec preuves à l’appui, que la musique conserve leurs cheveux à ceux qui la pratiquent ou que la chevelure prédispose certains individus à l’exercice de musique.

Nous désirons seulement rechercher si les musiciens figurent dans leurs portraits avec ou sans cheveux et s’il est raisonnable de continuer à croire qu’on doit fatalement écrire de la musique ou en exécuter parce qu’on est doté d’une chevelure absalonienne.

Cependant, notre tâche va se trouver abrégée, la musique étant un art essentiellement moderne. Il est bien certain qu’on a fait de la musique dès les âges les plus éloignés de nous et qu’Adam et Eve ont émis des sol et des ré sans s’en douter, comme M. Jourdain parlait en prose ; mais la musique, enrichie de toutes ses ressources, ne date guère que de deux siècles.

Ludwig van Beethoven travaillant à la Missa Solemnis. Peinture de Joseph Karl Stieler (1820)
Ludwig van Beethoven travaillant à la Missa Solemnis.
Peinture de Joseph Karl Stieler (1820)

Aux XVe et XVIe siècles, les compositeurs négligeaient de se faire « portraicturer » et les effigies des plus célèbres d’entre eux sont rares. Elles n’abondent qu’à partir du XVIIIe siècle, à l’époque où, malheureusement, il nous est impossible de poursuivre nos investigations.

Et pourquoi, direz-vous ? Parce que la perruque commence à apparaître dans la mode et que tous les musiciens dont les noms nous ont été conservés sont pourvus de cet encombrant ajustement. Comme nous ne voulons pas être dupes, nous abandonnerons les porteurs de perruques des siècles passés pour réserver notre attention aux compositeurs du XIXe siècle, et à ceux seulement qui ont déjà quitté celte vallée de larmes.

Le père de la musique moderne, le grand Beethoven, avait une chevelure magnifique, à vagues tumultueuses, à mèches ourlées et capricieuses qui donnaient à sa physionomie un caractère de puissance qui semble correspondre à son immense talent. Cimarosa, Dalayrac, Lesueur, étaient pourvus de belles chevelures, roulées ou frisées à la mode d’alors. Dans le beau portrait d’Ingres, du Musée du Louvre, Chérubini est représenté avec des cheveux d’un beau gris, naturellement bouclés ; Méhul, l’auteur de Joseph et du Chant du départ, a le visage orné de longues « anglaises » qui encadrent joliment ses traits.

Spontini et Boïeldieu, même dans leur vieillesse, sont copieusement doués au point de vue capillaire. Auber a dû avoir des cheveux dans sa jeunesse, mais les dernières effigies qu’on a conservées de lui le représentent avec un petit « toupet » qui pourrait bien cacher quelque subterfuge de coquetterie. Weber, au front tragique, à l’allure si romantique, devait porter les cheveux longs, mais, à la manière dont il les disposait, je crois deviner des éclaircies au sommet du crâne. Arrêtons-nous ici. Voilà un chauve ! C’est Hérold qui, quoique mort très jeune, ne devait posséder que juste ce qu’il convenait de cheveux pour laisser croire que la nature ne l’avait pas complètement oublié.

Schumann, Rossini, Meyerbeer, étaient chevelus ; Schubert avait les cheveux drus et frisés et je m’imagine volontiers, en examinant son portrait, qu’il devait les avoir durs et rebelles. Donizetti, Halévy, Bellini étaient chevelus. Berlioz portail une des chevelures les plus caractéristiques qu’on pût voir ; elle avait l’apparence, tantôt d’un roc inaccessible, tantôt d’une vague furieuse, suivant que la tète était relevée ou baissée. Mendelssohn, Félicien David, Listz, avaient de beaux cheveux, Listz surtout, qui les a conservés jusque dans sa vieillesse. Wagner avait adopté une coiffure qui accentuait la carrure de sa tête ; les toques de velours qu’il portait volontiers en dissimulaient une partie.

Ambroise Thomas était toujours « mal peigné ». Une personne qui le connaissait de longue date disait de lui qu’il se « peignait avec un clou ». Je n’en crois rien, mais les apparences sont conformes à cette allégation, car Ambroise Thomas avait le chef recouvert d’une toison quelque peu en broussailles. Même dans sa vieillesse, Verdi avait conservé ses cheveux. Une calvitie légère avait atteint Gounod, mais il a gardé, pendant toute sa vie, une chevelure très souple qui s’harmonisait complètement avec la douceur de ses yeux et la finesse de sa barbe. Victor Massé était chauve. Bizet, par contre, avait de très beaux cheveux et en grande abondance.

En résumé, les compositeurs dépourvus de cheveux sont très rares, nous avons pu en citer deux seulement : Hérold et Victor Massé. C’est peu ! Décidément, la musique est la meilleure des lotions capillaires !

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
BON À SAVOIR
 Abondance de bien ne nuit pas
 
 Faire un four
 
MANIFESTATIONS
 Mauresse de Moret : une religieuse métisse, fille cachée de Louis XIV ?
 
 Imagine Van Gogh : l'exposition immersive vous plongeant dans les toiles géantes du peintre
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 « Le criminel, c’est l’électeur ! »
 
 Projet d'impôt sur la vanité
 
 Signature bureaucratique : une illisibilité proportionnelle au degré de « respectabilité » ?
 
 Mythe du legs d'une princesse russe enterrée au Père-Lachaise
 
 
Et puis aussi...
 
 Pamphlet contre les chocolats de la nouvelle année qualifiés d'indigeste et abêtissante denrée
 
 Plus ancien (Le) cimetière animalier au monde voit le jour à Asnières
 
 La Seine parisienne : vivier fourni pour les pêcheurs à la ligne d'antan
 
 Philippe Pot : dignitaire bourguignon dont l'intrépidité lui vaut d'être mis à l'épreuve par le sultan Mehmet
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 333 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services