Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 26 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Proverbe, expression populaire : Charbonnier est maître chez lui. Origine, signification

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > Charbonnier est maître chez lui
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
Charbonnier est maître chez lui
Publié / Mis à jour le lundi 21 novembre 2011, par LA RÉDACTION
 
 
 
L’homme le plus pauvre a le droit d’être le maître chez lui comme l’homme le plus riche

Ce proverbe, assez ancien, correspond avec celui des Latins, que voici : Gallus in suo sterquilinio plurimum potest, ce qui signifie : Le coq est le maître sur son fumier.

Un fait qui se passa au XVIe siècle, entre un charbonnier et le roi François Ier donna, dit-on, lieu à notre proverbe : « Ce prince, s’étant égaré à la chasse, trouva asile dans la hutte d’un charbonnier : c’était un soir d’hiver. Le mari était absent ; sa femme l’attendait accroupie près du feu. Le roi demanda un gîte pour la nuit et un souper. Il fallut attendre le mari, qui survint quelque temps après.

« Le charbonnier, las de son travail, tout mouillé et très affamé, accueillit cordialement le prince qui s’était installé près du feu sur l’unique chaise du logis ; mais, ignorant la qualité de son hôte, il reprit immédiatement et sans façon le siège que celui-ci occupait ainsi que la place près du foyer en disant : Monsieur, je prends cette place parce que c’est celle où je me mets toujours et cette chaise, parce qu’elle est à moi.

Or, par droit et par raison ;
Chacun est maître en sa maison.

François Ier applaudit au proverbe et s’assit ailleurs sur un mauvais escabeau. On soupa et on parla des affaires du pays. Le charbonnier se plaignit des impôts ; il voulait qu’on les supprimât. Le prince eut de la peine à lui faire entendre raison. A peine convaincu de leur nécessité, le charbonnier se récria contre les défenses qui concernaient la chasse et, à propos de sa réclamation, montra à son hôte un morceau de sanglier, en disant : « En voici un qui en vaut bien un autre ; nous allons le manger, mais promettez-moi le secret ». Le prince, qui avait bon appétit, promit tout de suite ce que l’autre désirait ; puis, le repas fini, il se coucha sur un lit de feuillage et dormit fort bien.

Le lendemain il se fit connaître et permit la chasse au charbonnier qui lui avait donné l’hospitalité, laquelle, du reste, fut payée généreusement. Cette aventure est rapportée dans les Commentaires de Blaise de Montluc.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !