Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 20 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Lieux d'histoire : ville de Provins (Seine-et-Marne) - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Lieux d’Histoire > Provins (Seine-et-Marne)

Lieux d’Histoire

Origine, histoire de nos villes, villages, bourgs, régions, châteaux, chapelles, moulins, abbayes, églises. Richesses historiques de France


Provins (Seine-et-Marne)
(D’après un article paru en 1862)
Publié / Mis à jour le samedi 16 janvier 2010, par LA RÉDACTION

 

Il existe, à deux heures de Paris, une ville à qui rien ne manque de ce qui attire le voyageur à cent lieues ; souvenirs glorieux, belles ruines, suaves horizons. Le territoire de Provins est compris dans le bassin de Paris ; il est probablement sorti des eaux après que la Seine eut creusé son lit et quand les bassins intérieurs purent aussi se faire des voies d’écoulement. Le sol recèle des débris d’animaux antédiluviens et des coquillages fossiles. Deux petites rivières, quelques ruisseaux, se réunirent dans un courant commun et formèrent la Voulzie, qui se jette dans la Seine à peu de distance. Les eaux descendirent ainsi des sables dits de Fontainebleau jusque dans la craie, au travers des grès, des meulières, des calcaires, argiles et sables inférieurs.

Vue générale ancienne de Provins. Dessin de Grandsire, d'après Gabriel Prieur.
Vue générale ancienne de Provins.
Dessin de Grandsire,
d’après Gabriel Prieur.

Originairement marécageux dans les vallées et couronné de forêts, le pays fut habité par les Gaulois. L’emplacement de Provins convenait aux habitudes gauloises ; c’est une croupe défendue dans ses parties saillantes par des vallées et coupures naturelles. L’espace entre les vallées était facile à défendre, protégé qu’il était par de grands bois. Les Romains semblent avoir profité de ces avantages ; la ville occupait, sous leur domination, le milieu d’un grand quadrilatère formé de deux côtés par la Seine, et deux autres par deux voies qui se réunissaient à Chailly, près de Coulommiers.

On a prétendu qu’elle fut établie sur un grand camp fortifié, tracé par César, dont la grosse tour porte encore le nom. La campagne recèle une grande quantité de tuiles et de briques romaines ; mais on ne trouve rien de romain dans Provins même. Provins fut, suivant Mézerai, une des premières conquêtes de Clovis, et ne sortit du domaine des rois que pour entrer dans celui des maires du palais. Au temps de Charlemagne, il était le chef-lieu d’un pagus et battait monnaie ; il fut pris par Louis le Germanique, repris par Charles le Chauve, et résista aux invasions normandes.

C’était une puissante place de guerre. La maison de Vermandois, qui supplanta les Carolingiens en Champagne, transmit Provins à la famille des Thibaut, comtes de Blois ; les nouveaux maîtres en firent leur seconde capitale et leur séjour de prédilection ; des fortifications inexpugnables sans cesse augmentées et réparées (onzième et treizième siècle) leur permettaient d’y braver leurs ennemis ; lors de la grande coalition des seigneurs, en 1228, Thibaut le Chansonnier s’y retrancha et fit la paix avant d’y être attaqué.

Quand les comtes de Champagne eurent acquis la couronne de Navarre, Provins négligé commença de déchoir, et les rois de France qui succédèrent aux comtes ne firent rien pour une ville que son industrie et son commerce devaient leur recommander ; les Anglais la prirent et, en 1433, la perdirent ; Henri IV en fit le siège et s’en empara en 1590 : c’est la dernière fois qu’elle ait joué un rôle militaire. Cependant la position en est toujours forte, et le général Haxo regrettait, en 1815, de n’avoir pas eu à la défendre contre l’ennemi qui, après avoir forcé le passage de la Seine à Nogent, se dirigeait sur Paris par Nangis et Mormans.

Au treizième siècle, Provins était un des centres du commerce et de l’industrie en France. Depuis une époque très reculée, deux des foires de Champagne s’y tenaient tous les ans comme à Troyes ; on y venait de tous les pays de France, de Hollande et d’Italie ; les négociants de chaque ville importante y avaient des hôtels ; les Florentins y abondaient : plusieurs d’entre eux s’y établirent et obtinrent des charges municipales ; les Lombards y faisaient le change ; les Flamands importèrent l’art du tissage et de la draperie, source principale de richesse. En l’honneur de cette industrie nouvelle, la monnaie provinoise fut décorée d’un peigne, emblème qui fut reproduit sur la monnaie sénatoriale de Rome.

La ville, dont l’enceinte est vaste encore, renfermait peut-être cent mille âmes ; la cour de Champagne y menait joyeuse vie ; les comtes avaient un palais à l’extrémité même de la ville haute, dans une situation magnifique : de leur terrasse, ils voyaient toute la ville basse et la vallée au loin, couronnée par la forêt du Sourdun. Sur les murs, autour de la salle du festin, Thibaut le Chansonnier, l’un des plus fameux trouvères de son temps, avait fait inscrire ses poésies en lettres d’or.

Provins était une commune active et puissante ; des chartes de 1190, 1230, 1252, 1272, constatent et réglementent l’administration municipale, qui peut-être remonte aux Romains ; dès 1153, on peut croire que la commune existe, ou au moins une sorte d’autonomie. Autour de Provins s’étendaient un vilois et une banlieue qui comprenaient environ la moitié de I’arrondissement moderne ; la grande commune y avait ses mairies vassales qu’elle affermait, ses serfs, ses bourgeois, ses mainmortables et taillables.

De 1230 à 1350, on a la liste des maires qui étaient élus annuellement ; ils semblent avoir eu, en certains cas, l’exercice de la justice criminelle. Leurs fonctions n’étaient pas sans danger, et l’un d’eux, G. Pentecoste, fut assassiné au Pinacle, où il demeurait.

Vue ancienne du château de Provins. Dessin de Grandsire, d'après Gabriel Prieur.
Vue ancienne du château de Provins.
Dessin de Grandsire,
d’après Gabriel Prieur.

La décadence commença vers la fin du treizième siècle : des impôts excessifs accablèrent l’industrie et les ouvriers en renchérissant les matières colorantes et tous les objets de nécessité ; les foires, négligées par les rois, ne rivalisèrent plus avec les foires de Saint-Denis et de Lyon. D’autre part, les officiers royaux ne cessèrent d’empiéter sur le pouvoir municipal ; des procès, des tracasseries sans nombre, suscités par la lutte que le peuple soutenait contre l’aristocratie bourgeoise et administrative, amenèrent une interruption dans la succession des maires. Il n’y eut plus que des procureurs de ville. La mairie fut rétablie en 1564, ou plutôt en 1610, mais sans reprendre son ancienne importance. Provins était désormais déchu.

Parmi les personnages qui méritent une mention particulière, citons d’abord trois saints. Au dixième siècle, Lucence, pauvre fileuse de laine, accusée d’impureté, prit un charbon ardent et dit : « Qu’il me brûle si je suis coupable. » L’épreuve réussit, et la ville fit sa patronne de cette vierge si confiante en son innocence.

Un enfant de Savins, près de Provins, poursuivi, dit-on, par des païens, préféra le martyre à l’abjuration ; décapité, il porta sa tête comme saint Denis : c’est lui qu’on nomme saint Lyé. Des érudits ont fait ici un rapprochement entre Lyé et Lyaeus, et ont voulu voir dans la légende de saint Lyé un souvenir local du culte de Bacchus. Au douzième siècle, Thibaut, parent des comtes, à la veille de recevoir la ceinture militaire, s’échappa de la ville ; il alla servir des charbonniers, puis passa en Italie, et fit de nombreux miracles ; une église, dont il restait peu de choses au milieu du XIXe siècle, lui fut dédiée à Provins, et une fontaine a conservé son nom.

Provins eut ses guerriers : sans parler de ses comtes, dont l’un fut roi de Jérusalem (Henri II, 1192), on peut vanter Milon le Breban ou de Provins. Il fut à la croisade de 1209, se trouva au siège de Constantinople dont il devint gouverneur ; c’est alors qu’il envoya à Provins le chef de saint Quiriace, juif qui découvrit la vraie croix, et dont l’église de la ville haute porte le nom. Il fit une grande quantité de donations aux établissements ecclésiastiques : c’était un moyen de conserver son nom.

Si nous venons aux gens de robe et d’église, nous trouvons Jean Desmarets, dont l’hôtel existe encore. Son père fut maire ; quant à lui, on connaît le rôle important qu’il joua durant la minorité de Charles VI et durant les troubles des Bourguignons et des Armagnacs. Il louvoya Iongtemps avec art entre tous les partis ; mais il fit la faute de se porter médiateur entre Paris révolté et la cour. Il avait des ennemis qui tournèrent contre lui sa sagesse ; il périt victime des réactions politiques. Les d’Aligre, longtemps abbés de Saint-Jacques, fournirent à Louis XIII un chancelier de France, et à Louis XIV un ambassadeur financier, conseiller d’État, qui parvint comme son père à la chancellerie.

Les érudits et les gens de lettres ne nous manquent pas non plus. C’est d’abord frère Guyot de Provins, comme l’appellent les manuscrits, auteur d’un ouvrage satirique nommé Bible-Guyot (douzième et treizième siècle) ; puis Thibaut, comte de Champagne, roi de Navarre, amant de Blanche de Castille, et qu’on surnommait le Chansonnier. Roger de Provins était physicien de saint Louis. Toussaint Rose, secrétaire de Louis XIV, qui écrivait et signait pour le roi, membre de l’Académie française, naquit à Provins (son père fut maire). Son fauteuil fut occupé plus tard par M. Lebrun, auteur de Marie Stuart, qui, élevé à Provins, s’y plaisait comme dans son pays natal. Toussaint Rose était fort instruit, et I’on conte sur lui un plaisant tour qu’il fit à Molière : comme celui-ci lui récitait après dîner la chanson du Médecin malgré lui, « Bouteille, ma mie... », « C’est fort bien imité », dit l’académicien ; et il récita sur-le-champ une traduction si exacte en vers latins, que Molière fut forcé de croire qu’il s’était rencontré mot pour mot avec un auteur ancien.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
BON À SAVOIR
 Baisser l'oreille
 
 Se payer de chansons
 
MANIFESTATIONS
 Léonard de Vinci : la tapisserie de la Cène exposée au Clos Lucé
 
 Huit chefs-d’œuvre du Louvre transformés en parfums
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Cathédrale Notre-Dame de Paris
 
 Jardin des Plantes (Le) à Paris : lieu de tout temps à la mode
 
 Cabaret Ramponneau : ancêtre du XVIIIe siècle des guinguettes à succès
 
 Île (L') des Faisans française six mois par an
 
 
Et puis aussi...
 
 Montpellier (Hérault)
 
 Isle-Adam (L') accueille une plage artificielle en 1895
 
 Rue de Picpus à Paris : hameau historiquement incontournable
 
 Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 78 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services