Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 10 juillet DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTube

S'épanouir la rate. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > S'épanouir la rate
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
S’épanouir la rate
Publié / Mis à jour le mardi 7 juillet 2015, par LA RÉDACTION
 
 
 
Se réjouir

Cette expression est restée dans le langage populaire, comme pour attester une ancienne erreur de physiologie. On a longtemps regardé la rate comme le siège du rire. On croyait qu’un organe devait, en exerçant son influence sur le reste du corps, produire cette convulsion qui saisit l’homme dans quelques circonstances.

La douleur que l’on ressent au-dessous de la poitrine, la main qu’on y porte involontairement, l’existence dans cette région d’un organe volumineux qui paraît ne point concourir aux fonctions digestives, devaient suffire pour établir cette opinion.

Pour la confirmer, on put remarquer la liaison des affections tristes et de la mélancolie avec les maladies de ce viscère, ainsi que la gaieté et le sentiment de bien-être qui résulte de la liberté des fonctions gastriques, hypochondriaques et abdominales en général. On alla au-delà de l’observation : on dit et on crut que les dispositions à l’enjouement provenaient de la grandeur de la rate, et que ceux à qui on la retranchait étaient privés pour le reste de leur vie de la faculté de rire.

Ce phénomène était assez curieux pour qu’on cherchât à l’expliquer. On s’imagina que la rate était le siège du rire, parce qu’elle séparait du sang la partie bourbeuse. On n’admet plus aujourd’hui de pareilles explications ; le rire n’a plus d’organe particulier. Le vers latin d’Eberhard de Béthune (XVe siècle) qui dit : Splen ridere facit, cogit amare jecur, plaçant ainsi le rire dans la rate et l’amour dans le foie, doit donc être rejeté du langage proverbial.

Ces mots, s’épanouir la rate, qui signifient se réjouir, paraissent dire que l’influence de la gaieté se fait ressentir exclusivement sur la rate. Sous ce rapport, ils sont inexacts ; ils ne le sont pas, s’ils offrent l’idée de résoudre les engorgements de ce viscère, et de rendre la gaieté altérée par l’embarras de ses fonctions. C’est ce que dit plus exactement cette expression : désopiler la rate.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !