Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 20 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

La radio pour lutter contre la vie chère ? Postes de TSF et prix des denrées alimentaires - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Poste (Le) radiophonique : arme de (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Poste (Le) radiophonique : arme de
lutte contre la vie chère ?
(D’après « Lectures pour tous », paru en 1931)
Publié / Mis à jour le lundi 18 septembre 2017, par LA RÉDACTION

 
 
 
A l’aube de la mise en œuvre, en 1931 et chez nos voisins allemands, d’un dispositif fournissant aux citoyens, via les postes radiophoniques, le prix maximum que ne devraient pas dépasser les denrées alimentaires, un journaliste français y voit la panacée et se prend à rêver de l’instauration d’un tel système en France pour lutter enfin efficacement contre la vie chère. Vœu pieux ?...

« Allô ! allô ! Ici, le poste radiophonique de la Tour Eiffel. Mesdames, ce matin, d’après les cours pratiqués aux Halles centrales, le prix maximum des œufs doit être de 11 francs la douzaine ; celui des pommes de terre, de 1 fr. 10 le kilo ; celui du poulet, de 8 francs la livre, etc. N’achetez rien à des prix supérieurs ! »

Supposons que, chaque jour, dans les milliers d’intérieurs parisiens où se trouve un poste récepteur de T.S.F., la voix du speaker vienne apporter ainsi aux ménagères des renseignements officiels et précis sur le cours « normal » des vivres. Imaginons même que la grande station émettrice, étendant son action aux diverses régions françaises (comme elle le fait pour les indications météorologiques), fasse connaître les prix-limites que cette région a le droit de se voir appliquer d’après la nature et l’abondance de ses récoltes, de son cheptel, de ses pêcheries, de ses productions particulières ou saisonnières, etc. Qui ne voit tout de suite l’arme puissante dont l’immense public des consommateurs — c’est-à-dire tout le monde — disposerait ainsi contre la vie chère ?


Illustration d’Anton Pieck http://www.antonpieck.eu/

Or, chez nos voisins de l’Est, cette utilisation de la T.S.F. est en passe de devenir une réalité : récemment, en effet, le gouvernement allemand a créé un Comité spécial, placé sous la présidence du chancelier Bruning lui-même, qui, entre autres mesures destinées à combattre la vie chère, a décidé de recourir à la T.S.F. « pour indiquer par ondes aux consommateurs les prix maxima qu’ils doivent payer ».

Quels bénéfices notre propre pays pourrait-il tirer de l’application d’une mesure similaire ? Le premier — le plus direct — serait évidemment une baisse sensible des prix de détail. Il n’est pas douteux, en effet, qu’à l’heure actuelle, il existe entre ces prix de détail et ceux du gros une marge excessive, que ne suffisent plus à expliquer les divers arguments valables au lendemain des hostilités : la stabilisation du franc est réalisée, l’escompte est normal, les « stocks » ont disparu, le cheptel est reconstitué, les récoltes valent celles de l’avant-guerre, les charges fiscales des petits commerçants ont été atténuées...

A Paris, par exemple, les prix de la viande de boucherie sont-ils logiques ? Alors que nous lisons dans notre journal que, au marché de la Villette, le bœuf s’est vendu hier sur le pied de 5 francs le kilo, pourquoi certains bouchers détaillants nous vendraient-ils aujourd’hui le kilo de pot-au-feu 12 et 15 francs ? Comment justifier une pareille augmentation ?

Vous entrez dans un café et vous demandez « un verre de Vichy ». Coût : 1 fr. 50, 2 francs, voire 2 fr. 50. Or, comme toute bouteille « fait » en moyenne cinq verres, vous voyez que le cafetier tire parfois jusqu’à 12 francs d’une bouteille qu’il a achetée — au prix de gros — moins de 2 francs ! Il serait facile de continuer cette revue des prix de détail manifestement exagérés.

Que l’on comprenne bien que nous ne songeons nullement à incriminer ici tous les détaillants, dont la grande majorité, M. Tardieu [André Tardieu, alors président du Conseil des ministres] le proclamait récemment, est composée d’honnêtes gens. Mais ils savent comme nous que leurs rangs comptent encore trop de gens qui, pressés de faire fortune en peu de temps, trouvent leur intérêt à maintenir les prix élevés, ce qui provoque automatiquement une hausse générale.

Quant au public, il faut bien avouer que c’est peut-être lui le plus coupable, car il a pris l’habitude d’acheter sans discussion et de payer n’importe quel prix, par ignorance, par apathie, parfois par pure ostentation. Eh bien ! il n’est pas interdit de penser que, contre ce mal, centre ce véritable fléau social, l’intervention de la T.S.F. pourrait être singulièrement efficace. Car cette différence que la ménagère ne sait pas lire, dans son journal, entre le prix de la viande à l’abattoir et les tarifs de son boucher, le haut-parleur peut venir la lui clamer chez elle, jusqu’au jour où elle se dira enfin : « Tiens ! mais... attention ! »

Ce jour-là, fière de sa découverte, elle voudra tout de suite l’annoncer à ses voisines, à ses amies... Et ce sera le second résultat de l’offensive par T.S.F. : considérable, puisqu’il sera d’ordre général ; précieux, puisqu’il marquera, enfin, la naissance d’une mentalité nouvelle dans le public, l’éclosion d’un esprit de défense contre la vie chère.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
BON À SAVOIR
 Aussitôt pris, aussitôt pendus
 
 Semer l'argent
 
MANIFESTATIONS
 Huit chefs-d’œuvre du Louvre transformés en parfums
 
 Léonard de Vinci : la tapisserie de la Cène exposée au Clos Lucé
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Signature bureaucratique : une illisibilité proportionnelle au degré de « respectabilité » ?
 
 Mythe du legs d'une princesse russe enterrée au Père-Lachaise
 
 Louis XI préfère un âne à ses astrologues
 
 Condamnation pour circulation à vélocipède sur la voie publique
 
 
Et puis aussi...
 
 Inoculation d'émotions grâce au parfum des fleurs ?
 
 Galette des Rois : invention jugée « diabolique » par un pâtissier en 1906
 
 Bile (La) ferait-elle le moine ?
 
 Endormeurs (Les) des hôtels et des trains détroussent leurs victimes à l'aide de narcotiques en 1906
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 332 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services