Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 20 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)

8 janvier 1558 : prise de Calais aux Anglais par François de Lorraine, duc de Guise - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Janvier > 8 janvier > 8 janvier 1558 : prise de Calais (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 8 janvier. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


8 janvier 1558 : prise de Calais aux Anglais
par François de Lorraine, duc de Guise
(D’après « Collection complète des mémoires relatifs à l’Histoire
de France, depuis le règne de Philippe Auguste jusqu’au
commencement du dix-septième siècle » (Tome 20), paru en 1821)
Publié / Mis à jour le lundi 2 janvier 2017, par LA RÉDACTION

 
 
 
La ville de Calais était demeurée au pouvoir de l’Angleterre depuis l’année 1347 ; on sait qu’Édouard III l’avait conquise alors sur Philippe de Valois. Huit jours suffirent au duc de Guise pour s’en rendre maître.

En 1557, François de Lorraine, duc de Guise, cependant qu’il était à la tête de l’expédition qui, en Italie, tentait de reprendre Naples aux Espagnols — onzième guerre d’Italie —, fut nommé lieutenant-général du royaume et partit pour la France. Devenu l’espoir des Français, il recueillit sur son passage les applaudissements et les acclamations des peuples. Il salua le roi à Saint-Germain vers la mi-octobre, et désormais fut uniquement chargé des affaires de la guerre, tandis que son frère, le cardinal Charles de Lorraine, dirigea seul toute l’administration civile.

Un conseil fut tenu pour déterminer le plan qui serait suivi dans la campagne d’hiver qu’on allait ouvrir. Le lieutenant-général représenta que le pays étant ruiné autour des places nouvelles prises par les Espagnols, il serait imprudent de s’y engager, et que du reste on ne devait pas craindre qu’ils fissent des progrès de ce côté, puisque leur roi Philippe, craignant la mauvaise saison, venait de se retirer à Cambrai.

Prise de Calais par les Français en 1558. Peinture de François-Édouard Picot (1838)
Prise de Calais par les Français en 1558. Peinture de François-Édouard Picot (1838)

Il observa que « les choses que les ennemis tenaient les plus assurées, seraient probablement les moins gardées », et mettant en avant le projet hardi d’essayer une conquête au moment où une partie de la France était envahie, il proposa d’attaquer Calais, qui appartenait aux Anglais depuis le règne de Philippe de Valois. L’ascendant du duc de Guise, la confiance absolue qu’on avait en lui firent adopter cette proposition, et le secret en fut religieusement gardé.

Le 1er janvier 1558, le lieutenant-général se mit en campagne avec une armée plus nombreuse que celle qui avait été défaite à Saint-Quentin. Il feignit d’abord de se porter vers la Champagne, puis il tourna tout-à-coup du côté de la Picardie. S’étant approché de Calais sans éprouver presque aucune résistance, il s’empara de deux forts, dont l’un interrompait les communications de la place avec l’Angleterre, et dont l’autre l’empêchait de pouvoir recevoir aucun secours par la Flandre.

Le lord Wentworth, gouverneur de Calais, voulut en vain se défendre : sa garnison était peu nombreuse, et les munitions lui manquaient. Il se trouva obligé de traiter, et Gaspard de Tavannes, lieutenant-général de Bourgogne, chargé de négocier avec lui, dicta une capitulation extrêmement rigoureuse pour les vaincus ; car la population entière de la ville fut obligée d’en sortir. Guise y établit une colonie tirée des provinces voisines, et cette ville devint toute française.

Une entreprise si hardie, exécutée six mois après une défaite, et au milieu d’un hiver rigoureux, releva le courage des Français, leur inspira une confiance qui ne dégénéra point en présomption, et le duc de Guise fut considéré comme le libérateur de son pays.

Au moment où cette expédition commençait, le roi avait convoqué les états-généraux à Paris, afin d’obtenir des secours extraordinaires. Dans cette assemblée, dont le gouvernement voulut augmenter l’influence par le concours des parlements, la magistrature forma, pour la première fois, un quatrième ordre. Par l’organe du cardinal de Lorraine, le roi autorisa ses sujets à lui faire des doléances, et exposa les besoins pressants de l’État, qui exigeaient un emprunt de trois millions d’or. Les quatre ordres, animés du patriotisme le plus pur, s’abstinrent, dans un moment si critique, de parler des abus, et répondirent avec enthousiasme aux désirs du. monarque. Il fut convenu que les trois premiers donneraient les deux tiers de la somme, et que le reste serait fourni par les communes.

Le mode de répartition de ce troisième tiers excita quelque discussion dans le quatrième ordre : on avait d’abord pensé que les villes pourraient présenter deux mille personnes qui déposeraient chacune mille écus ; mais leurs députés firent judicieusement observer « qu’il était impossible de pouvoir connaître les facultés des particuliers ; et que tel a réputation d’avoir argent, qui n’en a point. » On délibérait avec chaleur sur cet objet, lorsque la nouvelle de la prise de Calais aplanit toutes les difficultés. Chaque ville adopta un mode particulier de cotisation ; et le tiers-état déclara en se séparant « que si les trois millions ne suffisaient pas pour contraindre l’ennemi à faire une bonne paix, il exposerait tout le demeurant de ses biens et personnes pour le service du roi. »




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Faire des cris de Mélusine
 
 Donner un soufflet à Ronsard
 
MANIFESTATIONS
 Le Verre, un Moyen Âge inventif
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 8 janvier 1736 : mort du théologien Jean Leclerc
 
 8 janvier 1642 : mort de Galilée
 
 8 janvier 1589 : le curé Wincestre annonce la mort de Catherine de Médicis survenue le 5 janvier
 
 8 janvier 1693 : mort de Marguerite Hessein, dame de La Sablière
 
 
Et puis aussi...
 
 8 janvier 1336 : mort de Giotto
 
 8 janvier 1815 : victoire remportée sur les Anglais par le général américain Jackson
 
 8 janvier 1826 : traité d'amitié, de navigation et de commerce entre la France et le Brésil
 
 8 janvier 1559 : mort de Christian ou Christiern III, roi de Danemark
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 16 ARTICLES

 


Janvier
 
 

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services