Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 19 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

24 avril 1617 : assassinat du maréchal d'Ancre

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Avril > 24 avril > 24 avril 1617 : assassinat du maréchal
Éphéméride, événements
Les événements du 24 avril. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
24 avril 1617 : assassinat
du maréchal d’Ancre
Publié / Mis à jour le lundi 22 avril 2013, par LA RÉDACTION
 

Concini, connu sous le nom de maréchal d’Ancre, était venu en France en 1600, avec Marie de Médicis, femme de Henri IV. Après la mort de ce prince, et pendant la minorité de Louis XIII, il parvint à la dignité de maréchal de France et à la puissance de premier ministre, par le crédit de sa femme Galigaï, fille de la nourrice de Marie de Médicis.

Concino Concini, maréchal de France et marquis d'Ancre
Concino Concini, maréchal de France et marquis d’Ancre

Il eut cette mauvaise politique machiavéliste de diviser pour régner, politique qui se tourne toujours contre ceux qui la suivent. En 1614, les princes et les grands, mécontents du gouvernement, prirent les armes ; on les apaisa, on les trompa par différents traités ; la guerre civile ne tarda pas à se rallumer.

Le jeune de Luynes, favori de Louis XIII, lui persuade qu’il est capable de régner enfin par lui-même ; il lui représente que la reine sa mère et Concini le tiennent en tutelle. Le jeune roi ordonne aussitôt qu’on arrête le maréchal d’Ancre : Vitry, capitaine des gardes, chargé de l’ordre, se met en devoir de l’exécuter ; et sur la résistance du maréchal, il l’assassine d’un coup de pistolet dans la cour même du Louvre. Sa femme eut la tête tranchée par arrêt du parlement.

« La populace (dit un historien célèbre), toujours extrême, toujours barbare quand on lui lâche la bride, va déterrer le corps de Concini, inhumé à Saint-Germain-l’Auxerrois, le traîne dans les rues, lui arrache le cœur ; et il y eut des hommes assez brutaux pour le griller publiquement sur des charbons, et le manger ; son corps fut enfin pendu par le peuple à une potence. Il y avait dans la nation un esprit de férocité que les belles années d’Henri IV et le goût des arts, apporté par Marie de Médicis, avaient adouci quelque temps, mais qui, à la moindre occasion, reparaissait dans toute sa force. »

L’évêque de Luçon, qui fut depuis le fameux cardinal de Richelieu, fut enveloppé dans la disgrâce du maréchal d’Ancre, son protecteur ; et celui qui en exila, depuis, tant d’autres, du haut du trône où il s’assit auprès de son maître, fut alors exilé dans un petit prieuré au fond de l’Anjou.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !