Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 13 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

9 octobre 1688 : mort de l'architecte Claude Perrault (frère de Charles) - Histoire de France et Patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Octobre > 9 octobre > 9 octobre 1688 : mort de l'architecte
Éphéméride, événements
Les événements du 9 octobre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
9 octobre 1688 : mort de l’architecte
Claude Perrault (frère de Charles)
(« Dictionnaire historique ou Biographie
universelle classique » (Tome 9), paru en 1828)
Publié / Mis à jour le mercredi 9 octobre 2019, par LA RÉDACTION
 

Né à Paris le 25 septembre 1613, Claude Perrault étudia la médecine et obtint même le titre de docteur de la faculté de cette ville, mais les travaux qu’il fut obligé de faire sur Vitruve, que Colbert l’avait chargé de traduire, lui révélèrent les rares dispositions qu’il avait pour l’architecture.

Devenu membre de l’Académie des sciences, il fournit les dessins et les plans des bâtiments de l’Observatoire, monument d’un style lourd, et qui ne remplit qu’imparfaitement son but, quoique certaines parties soient bien touchées. L’on était loin de pressentir alors à quelle hauteur s’élèverait dans la suite ce médecin, transformé tout d’un coup en architecte par la puissance d’une vocation décidée.

Lorsque Colbert fit un appel à tous les artistes pour la construction du Louvre, Perrault envoya un dessin auquel ne purent être comparés ceux de ses concurrents, et qui obtint les suffrages du chevalier Bernini, venu de Rome à la voix du ministre français. Mais l’envie se vengea en déclarant que ce beau plan était impraticable ; et il fallut que l’exécution d’un modèle en petit écartât toutes les objections, et fît disparaître jusqu’à l’apparence même des difficultés.

Alors seulement fut élevé ce monument, que l’on peut regarder comme le chef-d’œuvre de l’architecture française et le plus bel édifice existant à Paris : la colonnade surtout, malgré quelques défauts, est admirable. Des modifications eurent lieu sous Bonaparte, notamment dans l’intérieur de la cour. La seule façade, dite de l’Horloge, et qui est de Jean Goujon et de Philibert Delorme, fut conservée ; les trois autres furent achevées conformément aux plans de Perrault.

Claude Perrault
Claude Perrault

On reconnaît dans ces plans un génie né pour les grandes choses. Après la conquête de la Flandre et de la Franche-Comté, un arc de triomphe fut élevé à la gloire du roi à l’extrémité de la grande rue Saint-Antoine, encore d’après les dessins de Perrault. Une partie de ce monument ne fut construite qu’en plâtre, et il fut d’ailleurs détruit un an après la mort de Louis XIV ; mais la superbe estampe que Leclerc en a donnée prouve qu’il surpassait en grandeur et en magnificence tous ceux du même genre que l’on connaît.

Perrault laissa encore d’autres ouvrages qui auraient suffi à la réputation d’un artiste moins habile, tels que la chapelle de Notre-Dame de Navonne, dans l’église des Petits-Pères, et la plupart des dessins des vases, soit de bronze, soit de marbre, qui ornent les jardins de Versailles. Il mourut à Paris le 9 octobre 1688, assuré de jouir d’une gloire impérissable, malgré les efforts de l’envie et les plaisanteries injustes de Boileau.

Perrault, ennemi de la satire, s’était en effet déclaré, avec beaucoup de personnes, contre le Juvénal français, qui, pour se venger, le plaça dans son Art Poétique, sous l’emblème de ce docteur de Florence, qui de méchant médecin devint bon architecte :

Dans Florence jadis vivait un médecin,
Savant hâbleur, dit-on, et célèbre assassin ;
Lui seul y fit longtemps la publique misère :
Là, le fils orphelin lui redemande un père ;
Ici, le frère pleura un frère empoisonné ;
L’un meurt vide de sang, l’autre plein de séné.
Le rhume à son aspect se change en pleurésie.
Et pour lui la migraine est bientôt frénésie.
Il quitte enfin la ville, en tous lieux détesté.
De tous ses amis morts un seul ami resté,
Le mène en sa maison de superbe structure ;
C’était un riche abbé, fou de l’architecture.
Le médecin d’abord semble né dans cet art ;
Déjà de bâtiments parle comme Mansard ;
D’un salon qu’on élève il condamne la face ;
Au vestibule obscur il marque une autre place,
Approuve l’escalier tourné d’autre façon ;
Son ami le conçoit, et mande son maçon.
Le maçon vient, écoute, approuve, et se corrige.
Enfin, pour abréger un si plaisant prodige,
Notre assassin renonce à son art inhumain,
Et désormais la règle et l’équerre à la main,
Laissant de Galien la science suspecte,
D’ignorant médecin devient bon architecte.
Son exemple est pour nous un précepte excellent ;
Soyez plutôt maçon, si c’est votre talent.

Ce dernier vers était devenu précepte. Perrault avait porté ses plaintes à Colbert, qui en avait parlé au poète, lequel s’était contenté de lui répondre : « De quoi se plaint-il donc ! je l’ai fait précepte ». Et quelques jours après il avait adressé au plaignant la justification suivante :

Oui, j’ai dit dans mes vers qu’un célèbre assassin,
Laissant de Galien la science suspecte ,
D’ignorant médecin devint bon architecte.
Mais de parler de vous je n’eus jamais dessein,
Perrault, ma muse est trop correcte :
Vous êtes, je l’avoue, ignorant médecin,
Mais non pas habile architecte.

Quoiqu’il n’eût exercé la médecine que pour sa famille, ses amis et les pauvres, la Faculté ne laissa pas, après sa mort, de placer son portrait parmi ceux des plus célèbres médecins.

 
 
Même section >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !