Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 6 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

Cimetière rural carolingien à Harnes (Pas-de-Calais)

Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire fait l’Actu > Cimetière rural carolingien à Harnes (...)
L’Histoire fait l’Actu
Quand Histoire et Patrimoine font la une, s’invitent dans notre quotidien et deviennent un sujet d’actualité. Le passé au cœur de l’actu.
Cimetière rural carolingien
à Harnes (Pas-de-Calais)
(Source : Inrap (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives))
Publié / Mis à jour le mardi 15 novembre 2022, par LA RÉDACTION
 
 
 
À Harnes, l’Inrap fouille un cimetière rural carolingien dont l’organisation et les réaménagements divers révèlent la forte densité de la population inhumée et la probable proximité d’un lieu de culte

À l’ouest de la commune d’Harnes, la fouille précède l’aménagement d’un lotissement par la société Les Jardins de Proteram. Sur une superficie de 8500 m2, elle concerne le cimetière rural carolingien mis au jour par l’Inrap lors d’un diagnostic à l’hiver 2020. La zone funéraire, centrale sur l’emprise, occupe un espace de 2300 m2 et livre plus de 250 sépultures dont la chronologie est estimée entre les VIIIe et IXe siècles grâce à une datation radiocarbone.

Organisation de l’espace funéraire
Les limites de l’espace funéraire sont bien déterminées. Les tombes s’insèrent dans un environnement limité au nord et à l’est par un système de fossés et présentent deux orientations principales nord-sud et ouest-est. Le cœur du cimetière est caractérisé par de nombreux recoupements et diverses orientations, attestant la densité de l’occupation et peut-être la proximité d’un lieu de culte. Le cimetière accueille adultes, enfants et même tous petits dans le même espace sans sectorisation.

Sépulture en cours de fouille à Harnes
Sépulture en cours de fouille à Harnes. © Crédit photo : Cécile Durin, Noémie Gryspeirt, Inrap

La fouille des tombes confirme la forte fréquentation de ce petit cimetière avec la réutilisation des fosses jusqu’à trois ou quatre fois. On observe en effet les restes des occupants précédents rejetés dans le comblement ou déposés en amas au-dessus du dernier défunt inhumé. Lorsque l’espace le permet, les premiers inhumés peuvent être redéposés en réduction au fond des fosses. Ces pratiques témoignent de la gestion du lieu sépulcral.

Des sépultures variées
Les fosses creusées dans la craie apparaissent adaptées à la taille des défunts adultes ou enfants : rectangulaires, oblongues, légèrement trapézoïdales, elles présentent parfois un surcreusement parfaitement ajusté. Ces surcreusements viennent certainement remplacer l’utilisation de cercueil dont on ne trouve aucune trace matérielle. Lorsque les fosses ne sont pas aménagées, l’inhumation dans un coffrage ou cercueil chevillé est donc pressentie.

Sépultures et remblai conservé au cœur du cimetière de Harnes
Sépultures et remblai conservé au cœur du cimetière de Harnes.
© Crédit photo : Cécile Durin, Inrap

Conformément aux préceptes de l’Église pour cette période, l’ensemble des défunts est disposé allongé sur le dos dans le plus simple appareil. Les tombes ne livrent ni éléments vestimentaires, ni offrandes et seule l’observation des squelettes permet de déterminer l’inhumation dans des linceuls relativement serrés. Quelques rares tessons se retrouvent dans les comblements des fosses et viendront éclairer la période d’occupation.

Population inhumée
Les premières observations de terrain vont dans le sens d’un cimetière paroissial accueillant la population locale. On relève néanmoins la présence de nombreux immatures. L’étude biologique des individus viendra confirmer ou infirmer un recrutement naturel de la population inhumée. Les études permettront également d’appréhender l’état sanitaire et les pratiques funéraires de cette population carolingienne, mais aussi de mieux comprendre l’organisation de l’espace sépulcral et des différents modes d’inhumation accordés aux défunts selon leur âge ou leur sexe.

Inrap
Accédez à l’article source

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !