Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 25 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)

21 octobre 1793 : la Convention adopte le calendrier républicain - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Octobre > 21 octobre > 21 octobre 1793 : la Convention (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 21 octobre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


21 octobre 1793 : la Convention
adopte le calendrier républicain
(D’après « Le Voleur illustré : cabinet de lecture universel » du 29 octobre 1899)
Publié / Mis à jour le samedi 21 octobre 2017, par LA RÉDACTION

 
 
 
Par décret, la Convention adopte ce calendrier, avec le tableau annexé en reproduisant la nomenclature, la dénomination et les dispositions sous le titre de « Annuaire républicain », l’usage en étant instauré le 24 novembre suivant

On avait eu bien du mal, rien que pour se mettre d’accord sur le point de départ de l’ère nouvelle : l’Assemblée Constituante avait hésité entre le 5 mai, date de l’ouverture des États-Généraux, le 5 juin, jour où le Tiers-État s’était déclaré Assemblée nationale, et le 20 juin, jour de la fameuse séance du Jeu de Paume ; c’est le 14 juillet, jour de la prise de la Bastille, qu’elle finit par adopter comme le commencement de « l’ère de la liberté », dont le 14 juillet 1790 commença la seconde année.

Lorsque la Constituante eut pris fin en 1791 et que la Législative l’eut remplacée, celle-ci déclara que l’année 1789 devait être admise tout entière à l’honneur d’avoir donné naissance à la liberté, et, en conséquence, reporta au 1er janvier 1789 le commencement de « l’ère de la liberté » ; l’année 1792 devint ainsi l’an IV de la liberté ; mais après le 10 août 1792, elle considéra que le règne de l’égalité étant commencé, il n’était pas juste que la liberté figurât seule dans la désignation de l’année, et, en conséquence, l’année 1792, qui était déjà l’an IV da la liberté, dut s’appeler en même temps l’an 1 de l’égalité.

Allégorie pour germinal. Gravure de Salvatore Tresca (1750-1815) d'après un dessin de Louis Lafitte (1770-1828)
Allégorie pour germinal. Gravure de Salvatore Tresca (1750-1815)
d’après un dessin de Louis Lafitte (1770-1828)

La République ayant été proclamée en septembre 1792, la Convention estima que ce mot résumait à lui seul la liberté et l’égalité, et décida que l’année 1792 s’appellerait désormais simplement l’an premier de la République française depuis le 1er janvier, lui faisant le même honneur que la Législative avait déjà fait à 1789, et que le 1er janvier 1793 serait le commencement de la seconde année de la République.

Mais cette seconde année n’était pas écoulée quand, le 5 octobre 1793, la Convention changea encore d’avis et décréta que le point de départ de l’ère et de l’année françaises serait, non plus le 1er janvier de l’année 1792, où la République avait été proclamée, mais le jour de cette année où elle l’avait été, c’est-à-dire le 22 septembre, par cette considération que c’était justement le jour de l’équinoxe d’automne, « que l’égalité des jours et des nuits était marquée dans le ciel, au moment même où l’égalité civile et politique était proclamée par les représentants du peuple, que le soleil avait éclairé à la fois, les deux pôles le jour même où, pour la première fois, avait brillé sur la nation française le flambeau de la liberté, et passé d’un hémisphère à l’autre, le jour où le peuple avait passé du gouvernement monarchique au gouvernement républicain. »

C’étaient assurément de bien bonnes raisons de tout bouleverser une fois de plus, alors que tout le monde y perdait déjà son latin, et de rendre inextricable la supputation des dates en fixant le commencement de l’année au 22 septembre pour la France, quand toutes les nations voisines le comptaient du 1er janvier, et en changeant non seulement le commencement des mois, mais leur nom, celui des jours, et jusqu’à la période ordinaire qui constitue la semaine et que la décade venait remplacer, sans parler des jours Sans-Culottides qu’il fallait ajouter, après l’expiration des douze mois, fixés de trente jours chacun, pour terminer l’année.

Allégorie pour nivôse. Gravure de Salvatore Tresca (1750-1815) d'après un dessin de Louis Lafitte (1770-1828)
Allégorie pour nivôse. Gravure de Salvatore Tresca (1750-1815)
d’après un dessin de Louis Lafitte (1770-1828)

Mais la Convention ne s’embarrassait guère de tout cela, et le 24 octobre 1793 elle adopta le nouveau calendrier, où les noms prescrits des saints étaient remplacés par des noms d’instruments de travail, d’animaux, de plantes, de fleurs ou de fruits, saint Jean par romarin, saint Pierre par coriandre, saint Louis par pastèque et saint Sylvestre par granit. Toutes ces modifications aboutirent à la publication d’un nouveau décret, le 24 novembre 1793, faisant rétroactivement du 22 septembre 1792 le premier jour de l’an I de la République et de l’ « ère des Français ».

Le rapporteur du décret relatif au calendrier était Romme, député du Puy-de-Dôme ; il jouit de son œuvre pendant dix-huit mois seulement, car il se poignarda le 29 prairial an III de la République (17 juin 1795), au moment où il venait d’être condamné à mort et où on allait le conduire à l’échafaud avec ses collègues Goujon, Duquesnoy, Duroy, Bourbotte et Soubrany, montagnards comme lui, et comme lui auteurs ou complices de l’émeute du 1er prairial.

Quant à son calendrier, tout républicain qu’il fut, il survécut à la République, mais pas pour longtemps ; dans la seconde année de l’Empire, un décret fixa le terme de son existence, et, le 31 décembre 1805, il expira.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se brise
 
 Le soleil luit pour tout le monde
 
MANIFESTATIONS
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 21 octobre 1794 : mort du médecin Antoine Petit
 
 21 octobre 1558 : mort de Jules-César Scaliger
 
 21 octobre 1632 : Gaston, frère de Louis XIII, revient à Saint-Germain
 
 21 octobre 1805 : bataille navale de Trafalgar, et mort de l’amiral anglais Nelson
 
 
Et puis aussi...
 
 21 octobre 1422 : mort du roi de France Charles VI
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 6 ARTICLES

 


Octobre
 
 

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services