le 22 octobre dans l'histoire [voir]    notre librairie [voir]    nous soutenir [voir]
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


Pape Félix III (483 - 492) - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Papes > Félix III (né en ? - mort le 1er mars (...)

Papes

Notices biographiques des papes. Les événements marquants de l’histoire des souverains pontifes. Portraits des occupants du saint-siège.


Félix III
(né en ? - mort le 1er mars 492)
Élu pape le 13 mars 483
(« Histoire des souverains pontifes romains » (Tome 1)
par A. de Montor paru en 1846,
« Résumé de l’histoire des papes » par A. Bouvet de Cressé, paru en 1826
et « Le Vatican ou Portraits historiques des papes » paru en 1825)
Publié / Mis à jour le mardi 16 août 2016, par LA RÉDACTION

 

Saint Félix III, Romain, bisaïeul de saint Grégoire-le-Grand et fils de Félix, prêtre-cardinal du titre des saints Nérée et Achillée, appartenait à la famille Anicia, la plus puissante, la plus riche, la plus noble de Rome.

On vit, dès les premiers moments de son règne, qu’il ne dégénérerait pas de ses prédécesseurs, et n’admettrait ou ne tolérerait, en matière de foi, aucune équivoque ou ambiguïté de paroles. Il déclara qu’il préférerait la sûreté du dogme à tout respect humain, à toute prudence terrestre, et qu’il entretiendrait toujours avec les contumaces plutôt une guerre ouverte qu’un état de paix insidieux et suspect.

Pape Félix III (483 - 492)
Pape Félix III (483 - 492)

Il condamna en 484 et repoussa de la communion catholique et de l’épiscopat, Acacius, patriarche de Constantinople, auteur du premier schisme entre l’Église grecque et l’Église latine, qui dura trente-cinq ans, jusqu’au pontife Hormisdas, créé en 514. Acacius était aussi fauteur infatigable de Pierre Mongus, évêque d’Alexandrie, et de Pierre le Foulon ou Gnaffeo, faux évêque d’Antioche, tous deux condamnés comme hérétiques eutychéens. La même peine fut fulminée par ce pape contre Vital, évêque de Tronto, ville du Picenum, aujourd’hui réduite à un petit nombre de maisons, et contre Missenus, évêque de Cumes, parce qu’ayant été envoyés comme légats à Constantinople pour les affaires d’Orient, ils s’étaient laissé intimider par les menaces de l’empereur romain d’Orient Zénon (août 476 - avril 491) et d’Acacius, et avaient trahi le divin ministère qui leur était confié.

Félix improuva l’Hénotique, c’est-à-dire l’édit de pacification qui avait pour but en apparence d’établir l’unité ; mais il y avait là un piège tendu par les ministres de l’empereur Zénon. On voulait concilier ensemble les catholiques et les eutychéens. Acacius, par les plus viles adulations, essayait de persuader à ce prince qu’il pouvait décider les questions de foi. Dans ce but, l’empereur avait rendu cet édit, appelé aussi unitif, ou pour mieux dire dans notre langue, unissant. L’intention semblait droite, et le décret ne contenait rien, en apparence, qui ne fût ouvertement catholique. Mais Félix était doué d’un rare discernement qui apercevait les embûches. Il observa que dans l’Hénotique il y avait des omissions qui pouvaient paraître innocentes aux esprits moins attentifs. Alors la sagacité du pontife les reconnut comme malicieuses ou suspectes, tendant seulement à amener une apparence de raccommodement politique, et à confondre les fidèles avec les faux croyants.

Nous ne pouvons pas oublier de dire comment Acacius eut connaissance de l’excommunication prononcée contre lui par Félix. II était nécessaire de faire publier cet anathème à Constantinople même, au milieu de la gloire et de la puissance d’Acacius. Un jour de dimanche, pendant qu’il se portait solennellement à l’église, des moines acémètes attachèrent à son manteau épiscopal l’excommunication envoyée par Félix. Ces moines courageux payèrent une telle audace de leur vie, et furent sur-le-champ mis à mort.

Félix ne se contentait pas de donner des soins tendres et bienveillants aux intérêts de l’Église de Constantinople : il ne perdait pas de vue les intérêts de l’Église africaine. Il écrivit à l’empereur pour qu’il intervînt auprès de Hunéric, roi des Vandales (477-484), et qu’il l’engageât à ne pas exercer de cruautés contre les Pères africains. Il fut le premier pontife qui donna aux empereurs le nom de fils. Une de ces lettres à Zénon commence ainsi : Gloriosissirno et serenissimo filio Zenoni Augusto, Felix, episcopus in Domino, salutem. Cet exemple fut suivi par le pape Anastase II, écrivant à l’empereur Anastase. En deux ordinations, le saint-père créa trente et un évêques, vingt-huit prêtres, cinq diacres. Il fut enterré à Saint-Paul hors des murs.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Qui aime bien châtie bien
 
 Au nouveau tout est beau
 
MANIFESTATIONS
 Giverny : Henri Manguin ou la volupté de la couleur d'un peintre méconnu
 
 Richard Cœur de Lion est célébré à l'Abbaye de Fontevraud
 
   
 
 

 


Les plus récents
 
 Symmaque (né en ? - mort le 21 juillet 514) Élu pape le 22 novembre 498
 
 Anastase II (né en ? - mort le 19 novembre 498) Élu pape le 24 novembre 496
 
 Gélase Ier (né en ? - mort le 21 novembre 496) Élu pape le 2 mars 492
 
 Simplice (né en ? - mort le 11 mars 483) Élu pape le 3 mars 468
 
 
Et puis aussi...
 
 Sixte II (né en ? – mort le 6 août 258) Élu pape le 24 août 257
 
 Célestin Ier (né en ? - mort le 27 juillet 432) Élu pape le 10 septembre 422
 
 Marc (né en ? – mort le 7 octobre 336) Élu pape le 18 janvier 336
 
 Melchiade (né en ? – mort le 11 janvier 314) Élu pape le 2 juillet 311 (né en ? – mort le 11 janvier 314) Élu pape le 2 juillet 311
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 52 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services