Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

6 janvier 1521 : François Ier est blessé à la tête par un tison enflammé - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Janvier > 6 janvier > 6 janvier 1521 : François Ier est (...)

Éphéméride, événements

Les événements du 6 janvier. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


6 janvier 1521 : François Ier
est blessé à la tête
par un tison enflammé
(D’après « Histoire de France depuis les temps les plus reculés
jusqu’en 1789 » Tome 7 (par Henri Martin) édition de 1855,
« Histoire de France depuis l’établissement des Francs dans la Gaule
jusqu’à nos jours » Tome 3 (par Mathieu Henrion) paru en 1840
et « Les pourquoi de l’Histoire » Tome 1 (par Stéphane Bern) paru en 2014)
Publié / Mis à jour le samedi 6 janvier 2018, par LA RÉDACTION

 
 
 
Le jour des Rois 1521, et cependant que les princes étaient dans l’usage de faire un roi de la fève, un accident faillit changer la face de l’Europe en terminant prématurément la carrière de François Ier

La concurrence de François Ier et de Charles Quint pour la couronne impériale avait fait naître leur sanglante rivalité. La victoire devait appartenir à celui qui mettrait le roi d’Angleterre dans son parti. Le monarque français obtint de lui une entrevue en 1520 — camp du Drap d’Or —, mais ne se souvenant plus qu’il avait besoin de gagner Henry VIII, François Ier l’éclipsa par sa grâce et sa magnificence.

Charles Quint, plus adroit, se concilia le cardinal Wolsey, ministre de Henri VIII, en lui faisant espérer la tiare. Le roi d’Angleterre comprit qu’en s’unissant à l’empereur, il avait la chance de recouvrer quelque chose des domaines que ses ancêtres avait possédés en France. Le reste de l’année 1520 s’écoula en négociations dont l’issue pacifique était de moins en moins probable.

Un accident faillit débarrasser Charles Quint de son rival, le 6 janvier 1521. Dans son Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, Henri Martin rapporte que comme la cour était allée fêter les Rois à Romorantin, en Berry, le roi, « sachant que M. de Saint-Pol [frère du duc de Vendôme Charles de Bourbon, qui était le chef de la branche cadette des Bourbons et qui fut le grand-père de Henri IV. Le comté de Vendôme avait été récemment érigé en duché-pairie, et le comté de Saint-Pol était passé par mariage de la maison de Luxembourg dans la maison de Bourbon] avait fait un roi de la fève en son logis », envoya défier « le roi de M. de Saint-Pol ».

François Ier. Gravure extraite du Recueil de portraits des personnes qui se sont distinguées tant dans les armes que dans les belles lettres et les arts, par Étienne Jehandier Desrochers (1668-1741)
François Ier. Gravure extraite du Recueil de portraits des personnes
qui se sont distinguées tant dans les armes que dans les belles lettres et les arts
,
par Étienne Jehandier Desrochers (1668-1741)

Le roi de France alla assiéger le roi de la fève : les assiégés se défendirent avec des pelotes de neige, armes convenables à la saison ; enfin, les munitions manquant et les assaillants forçant la porte, « quelque mal avisé » jeta par la fenêtre un tison, qui tomba sur la tête du roi. François fut grièvement blessé, et, pendant quelques jours, les chirurgiens « ne purent assurer de sa santé ».

Le bruit courut, en France et à l’étranger, que le roi était mort ou aveuglé du coup ; mais François Ier, pour démentir ces rumeurs, se montra à tous les ambassadeurs « qui étaient suivant sa cour », et se rétablit assez vite. Il ne voulut point qu’on recherchât qui avait jeté le tison, disant que, « s’il avait fait la folie, il fallait qu’il en bût sa part » (Fleuranges). Le « mal avisé » était, dit-on Jacques de Montgomery, seigneur de Lorges, capitaine de la garde écossaise au service du roi de France et père de Gabriel de Montgomery, celui qui, ironie funeste du sort, tua trente-huit ans plus tard accidentellement lors d’un tournoi le successeur de François Ier, Henri II.

La blessure de François Ier occasionna un changement assez remarquable dans les modes nationales : depuis bien des générations, on portait en France la barbe rase et les cheveux longs ; François Ier, ayant été obligé de se faire couper les cheveux, les conserva courts tout le reste de sa vie, et se laissa pousser la barbe à l’exemple des Italiens.

La cour du roi François Ier vers 1540. Gravure extraite de Les monuments de la monarchie française, qui comprennent l'histoire de France avec les figures de chaque règne que l'injure des temps a épargnées (Tome 4), par Bernard de Montfaucon (1732)
La cour du roi François Ier vers 1540. Gravure extraite des Monuments
de la monarchie française, qui comprennent l’histoire de France avec les figures de chaque
règne que l’injure des temps a épargnées
(Tome 4), par Bernard de Montfaucon (1732)

Les cours italiennes avaient en effet d’ores et déjà adopté la barbe longue, les stratèges transalpins jugeant que les cinglantes défaites infligées durant les guerres d’Italie étaient le résultat d’une trop grande féminisation de l’armée. En conséquance, le port de la barbe, symbole de la virilité, s’était répandu jusqu’à Rome. Le pape Jules II (1503-1513) avait ainsi arboré une longue barbe, ce qui n’était plus arrivé à un souverain pontife depuis des lustres.

La cour de François Ier imita le roi de France, puis successivement toutes les classes de la nation, et, pendant un siècle, on porta en France barbe longue et cheveux courts, cette mode se diffusant dans toutes les cours européennes, comme en Angleterre avec Henry VIII. Le dernier souverain barbu fut Henri IV, son fils Louis XIII préférant la moustache. Les parlements, en revanche, interdirent longtemps à leurs membres cette « nouvelleté », comme contraire à la dignité de la magistrature ; par compensation, ils furent les derniers à quitter la barbe au XVIIe siècle. Totalement disparue avec l’usage des perruques, la barbe ne fera sa réapparition qu’au milieu du XIXe siècle.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 La Révolution m'a tuée : de la ruine morale et intellectuelle de la France
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Passer le Rubicon
 
 Être né coiffé
 
MANIFESTATIONS
 Le Puy du Fou rouvre samedi avec Le mystère de La Pérouse
 
 Des nuages aux profondeurs : hommage au pilote-écrivain Saint-Exupéry à Saint-Raphaël
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 6 janvier 1852 : mort de Louis Braille, inventeur de l'alphabet pour aveugles
 
 6 janvier 1806 : lettre de l'Empereur Napoléon au Sénat
 
 6 janvier 1649 : Louis XIV est obligé de s'enfuir de Paris
 
 6 janvier 1286 : couronnement de Philippe le Bel
 
 
Et puis aussi...
 
 6 janvier 1786 : mort de Pierre Poivre
 
 6 janvier 1718 : mort de Jean-Vincent Gravina
 
 6 janvier 1810 : traité de paix entre la France et la Suède
 
 6 janvier 1795 : expériences de congélation factice
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 20 ARTICLES

 


Janvier
 
 

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2018 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services