Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Tourner casaque. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions - Histoire de France et Patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > Tourner casaque
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
Tourner casaque
Publié / Mis à jour le vendredi 23 septembre 2016, par LA RÉDACTION
 
 
 
Changer de parti

Voilà une locution dont les étymologistes ont donné plusieurs origines. Le Laboureur en a consigné une dans son livre de l’Origine des armes. Après avoir observé que la casaque, ou cotte d’armes, qui se portait par-dessus l’armure de fer, servait à faire distinguer dans le combat les guerriers qui en étaient revêtus, cet auteur ajoute : « Revenus au camp avec cette fidèle compagne, ce témoin irréprochable de leur valeur, on traitait un chacun selon ses mérites, de manière qu’il fallait vaincre ou mourir, ou bien de vestir cette casaque. »

Il en conclut que ceux qui s’étaient conduits lâchement pendant l’action avaient soin, avant leur rentrée au camp, pour n’être point reconnus, de quitter ou de retourner leur casaque, ce qui donna lieu à la locution proverbiale.

Une telle explication ne paraît pas admissible, parce qu’elle fausse le sens de la locution, qui n’accuse point de couardise l’homme auquel on l’applique, mais bien de versatilité. Cette locution a toujours signifié changer de parti.

Elle est en réalité née au commencement des guerres de la réforme. Comme les catholiques et les religionnaires portaient des casaques de couleur différente, celui qui voulait passer d’un camp dans l’autre mettait la sienne à l’envers quand il approchait des postes avancés, afin de faire connaître qu’il ne se présentait pas en ennemi, et cet acte de transfuge, alors très commun, s’appelait proprement tourner ou retourner casaque.

Dans la cinquième histoire du Printemps d’Yver, où il est question de deux amis qui voulaient voyager, pendant la troisième guerre civile, qui eut lieu en 1568, on lit le passage suivant, qui confirme cette explication : « Ils allèrent acheter des armes à Tours et firent faire de belles casaques à deux endroits, l’un qui avait force croix, et l’autre qui n’en avait point, mais était tout de blanc, et portant en une pochette des heures et en l’autre des psaumes, afin de s’accorder avec tous ceux qu’ils trouveraient et être tout ce qu’on voudrait. »

Le Recueil d’Oudin cite cette autre expression proverbiale : Porter casaque de diverses couleurs, pour dire se ranger facilement à toute sorte de partis.

 
 
Même rubrique >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !