Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 22 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Une machine à coudre lilliputienne

Vous êtes ici : Accueil > Inventions, Découvertes > Machine à coudre lilliputienne
Inventions, Découvertes
Inventions et découvertes dans les domaines des sciences et des arts. Origine des travaux de recherche ou des trouvailles fortuites.
Machine à coudre lilliputienne
((D’après « Les Modes parisiennes illustrées. Journal
de la bonne compagnie », paru en 1863)
Publié / Mis à jour le lundi 14 mars 2011, par LA RÉDACTION
 
 
 
En 1863, un ingénieux Américain propose une nouveauté qu’il a très justement dénommée la « machine à coudre bijou ». La revue Les modes parisiennes illustrées s’en fait l’écho et en livre une alléchante description.

Que nos lectrices se représentent une petite mécanique dont la dimension est à peu près celle d’une jolie main féminine ; cette machine lilliputienne, facilement transportable dans un sac à ouvrage, s’adapte aisément, par une simple vis de pression, à la première table venue. Les aiguilles ordinaires n° 8, longues, sont celles à employer, et le point exécuté par la machine bijou est le point devant, applicable aux petits plis, fronces, coutures droites, etc.

Nous devons ajouter qu’on ne peut pas demander de cette jolie fantaisie les services d’une grande machine à coudre, d’ailleurs fort coûteuse, tandis que la machine bijou s’adresse avec confiance aux bourses modestes. Cette dernière, comme nous venons de le dire, fait le point devant, et elle ne peut coudre que les étoffes fines et souples, telles que les mousselines, tulles, jaconas, nansouks, etc. En la voyant fonctionner on comprend de suite que l’aiguille ne pourrait pas supporter la résistance de tissus plus forts.

Nous répétons donc : La machine bijou est une charmante fantaisie, à la fois utile et agréable, et nous ajouterons qu’elle est d’une simplicité telle qu’une petite fille de sept ans la ferait marcher sans aucune difficulté. Quand sa besogne est faite, on la renferme dans une jolie boîte de quinze centimètres carrés sur quatre centimètres de hauteur, qui lui sert d’étui.

Dans le désir de rendre service à nos abonnées, nous avons pris des mesures avec l’inventeur de la machine à coudre bijou, qui nous permettent de l’offrir, prise dans nos bureaux, au prix de Vingt Francs. Les personnes de la province pourront la recevoir, transport et emballage compris, en envoyant à l’administration du journal les Modes parisiennes un mandat de poste de Vingt-deux Francs Cinquante, payable à l’ordre de M. A. Thuiller. A l’étranger, les frais de transport seront à la charge du demandeur.

 
 
Même rubrique >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !