Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 31 mai DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Rhône-Alpes : origine et histoire du département Loire

Vous êtes ici : Accueil > Départements français > Histoire du département de la Loire
Départements français
Histoire des départements français. Les événements, histoire de chaque département : origine, évolution, industries, personnages historiques
Histoire du département de la Loire
(Région Rhône-Alpes)
Publié / Mis à jour le jeudi 28 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 

L’auteur de l’Astrée décrit ainsi le pays anciennement habité par les Ségusiens : « Auprès de l’ancienne ville de Lyon, du costé du soleil couchant, il y a un pays nommé Forests ; qui, en sa petitesse, contient ce qui est de plus rare au reste des Gaules ; car, estant divisé en plaines et en montagnes, les unes et les autres sont si fertiles et situées en un air si tempéré, que la terre y est capable de tout ce que peut désirer le laboureur.

« Au coeur du pays est le plus beau de la plaine, ceinte, comme d’une forte muraille, de monts assez voisins, et arrousée du fleuve de Loire, qui, prenant sa source assez près de là, passe presque par le milieu, non point encore enflé et orgueilleux, mais doux et paisible. Plusieurs. autres ruisseaux en divers lieux la vont baignant de leurs claires ondes ; mais l’un des plus beaux est Lignon, qui, vagabond en son cours aussi bien que douteux en sa source, va serpentant par cette plaine depuis les hautes montagnes de Cervières et de Chalmazel, jusques à Peurs, où Loire le recevant et lui faisant perdre son nom propre l’emporte pour tribut à l’Océan. » Alliés, sous Vercingétorix, des Éduens (Autunois) leurs voisins, et placés entre le Rhône et les Arvernes, les Ségusiens avaient pour cité Forum, aujourd’hui Feurs, d’où le Forez paraît avoir tiré son nom.

César et Ptolémée font mention des Ségusiens, peuple libre, suivant Pline, Segusiani liberi. On croit qu’ils se livraient au commerce. Ils prirent une part active à la guerre de l’indépendance par l’envoi d’un contingent de 10 000 hommes à l’armée nationale. On dit même que c’est près de Saint-Haon-le-Vieux que César défit complètement Vercingétorix. Au milieu d’une prairie s’élève un rocher sur lequel sont sculptées de grandes clefs en relief, en mémoire, racontent les habitants du pays, de la victoire de César.

Après la conquête romaine, cette contrée, comprise dans la Lyonnaise, devint une colonie florissante : Des temples et des palais s’élevèrent ; des voies romaines et des aqueducs sillonnèrent le pays dans tous les sens. Pendant près de cinq siècles, les Romains y dominèrent. On y voit encore plus d’une trace de leur long séjour. Comme dans la plupart des cités gallo-romaines, le christianisme naissant y eut ses persécuteurs et ses martyrs. Conquis par les Bourguignons en 478, puis par les Francs en 534, le Pagus forensis fut compris dans le partage que firent entre eux les enfants de Clovis, en 534. Plus tard, en 727, les Sarrasins le ravagèrent. Après un assez long déclin, il refleurit sous Charlemagne. Il faisait alors partie du comté du Lyonnais, dont le gouvernement était confié à des comtes amovibles.

Sous le règne de Charles le Chauve, l’un de ces comtes, appelé Guillaume, parvint à rendre son pouvoir héréditaire. Il se qualifiait de comte par la grâce de Dieu (900). Après lui, Artaud Ier son fils, régna sur les Forésiens, avec le titre de comes Forensium. A ce comte succéda Artaud II. Burchard, archevêque de Lyon , s’étant permis, dans cette ville, des actes d’autorité qui blessaient les droits de ce prince, celui-ci entra à main armée sur les terres de l’Église lyonnaise et les ravagea (999). Artaud III contribua à chasser les Maures du Dauphiné.

Son frère, Giraud II, qui lui succéda, réunit au comté de Lyon son apanage particulier, le comté de Forez, et continua contre les archevêques de Lyon la lutte commencée par Artaud II ; mais il fut chassé de cette ville par les troupes de Conrad le Salique.

Ce comte avait une fille qui s’appelait Prêve. Celle-ci, désirant se retirer du monde, fit part de son dessein à son père et à sa mère, qui lui assignèrent comme retraite le château de Pommiers. Prêve était jeune et belle. Un jeune seigneur s’en éprit et la rechercha en mariage ; mais elle rejeta ses propositions , disant qu’elle avait fait choix de son époux. « Soit erreur, dit la chronique (Histoire du Forez, par A. Bernard), sur le sens de ces paroles, soit que son amour-propre fût blessé de ce refus, ce jeune seigneur vint dire aux frères de Prêve, qui étaient ses amis et l’avaient même encouragé dans sa demande, que leur soeur s’était déshonorée et qu’elle vivait en concubinage. Les deux plus jeunes, sans chercher à s’assurer du fait, croyant en avoir assez appris par ce seul refus de mariage, viennent la trouver dans son château de Pommiers, et, l’ayant engagée à une promenade, lui coupèrent la tête et la jetèrent avec le cadavre dans un puits, qui est celui qui encore aujourd’hui sert à l’usage du public du bourg. »

Après Giraud II régna Guillaume III, dont Guillaume de Tyr parle avec éloge. Poussé, dit-on, par des chagrins domestiques, il fut l’un des premiers à se croiser. Quoi qu’il en soit, réputé pour ses vertus et pour ses talents militaires, il périt au siège de Nicée, laissant son héritage à Guillaume IV, son fils, qui mourut sans postérité. Ainsi finit, après deux siècles d’existence, la première race des comtes de Forez (1107).

Alors, par le mariage d’Yde-Raymonde , fille d’Artaud IV, avec Gui-Raymond d’Albon, dauphin de Viennois, le comté passa dans une autre maison, et la seconde race des comtes de Forez commença. Gui Ier laissa trois fils : l’un se fit chartreux, le second succéda à son père, et le troisième, Raymondin, épousa la fameuse Mélusine dont il est si souvent parlé dans les anciens romans de chevalerie et surtout dans l’Astrée.

Armé chevalier par le roi lui-même, Gui II eut à défendre le Forez contre les entreprises de Guillaume, comte de Nevers. Saint Bernard intervint dans la querelle des deux comtes. « Il trouva dans le comte de Forez, dit Jean l’Hermite, toute la docilité qu’il pouvait désirer ; mais celui de Nevers protesta qu’il n’accorderait ni paix ni trêve à son ennemi qu’il ne l’eût chassé de ses terres ; et aussitôt, ayant rassemblé ses troupes, il entra dans le Forez. Le comte Gui, ne pouvant éviter le combat, se recommanda aux prières du saint homme, qui lui promit la victoire, et l’événement justifia la promesse ; car Gui, plein de foi, s’étant jeté comme un lion furieux sur les troupes de son ennemi, les tailla en pièces, de telle sorte qu’à peine deux ou trois de ses gens purent échapper au carnage et que le comte de Nevers lui-même fut fait prisonnier. »

Cependant les archevêques de Lyon n’avaient point renoncé à ce qu’ils appelaient leurs droits sur cette ville, dont les comtes de Forez se disaient possesseurs de temps immémorial. Héracle en occupait alors le siège. Il voulut faire valoir ses prétentions. Alors Gui II entra dans le comté avec une armée, prit Lyon, y maltraita les partisans d’Héracle, surtout les clercs, dont les maisons furent pillées, et força le prélat lui-même à se retirer dans le Bugey. Il y eut des pourparlers, mais qui n’aboutirent qu’après de longues disputes dont le roi et le pape durent se mêler. Les deux prétendants se partagèrent la ville (1157).

Plus tard, cependant, en 1173, Gui céda à l’archevêque le comté de Lyonnais, en échange de plusieurs domaines que celui-ci possédait dans le Forez, et moyennant. onze cents marcs d’argent. Philippe-Auguste et le pape ratifièrent ce traité, en 1180. C’est de cette époque que les chanoines de Saint-Jean, à Lyon, furent appelés comtes de Lyon, comme ayant succédé aux droits des comtes de Forez.

Après Gui II, Gui III gouverna le comté. Il partit avec Renaud de Dampierre pour la croisade, en 1096, et mourut, en 1202, sous les murs de Tyr, regretté de toute l’armée. Son fils, Gui IV, eut en 1214 des démêlés avec le sire de Beaujeu, son voisin. Philippe-Auguste intervint et tout s’arrangea par arbitrage. Ce même Gui s’opposa, en 1215, au passage du Bugre d’Avignon, qui voulait traverser le Forez pour aller rejoindre son neveu, Ferdinand de Portugal. Ayant rassemblé une forte armée, le comte alla à la rencontre du Bugre, lui livra bataille le même jour que Philippe-Auguste livrait celle de Bouvines, et, l’ayant battu et fait prisonnier, « il le mena triomphant à Paris. »

Huit ans après, en 1223, il octroya une charte d’affranchissement aux habitants de Montbrison. C’est le premier comte de Forez qui. ait fait cet octroi à ses serfs. Son exemple fut suivi par les autres petits seigneurs ses vassaux. Outre Montbrison, Saint-Rambert, Saint-Haon-le-Châtel, Saint-Bonnet, Cornillon, Valleret obtinrent le droit de s’ériger en communes.

Dans la guerre des Anglais, les comtes de Forez se signalèrent par leur dévouement à la cause nationale ; l’un d’eux, Gui III, contribua puissamment à la reprise de Miremont et de Villefranche sur l’ennemi (1345). Deux ans après, il se trouva dans l’armée du roi, « marchant, dit Froissart, à l’encontre de l’Anglois. » Cependant le Forez eut sa large part de malheurs dans cette guerre. Montbrison tomba au pouvoir de l’ennemi qui la livra aux flammes.

Après les Anglais vinrent les mange-lard, puis les croquants, les redonteurs, et enfin les tard-venus, tous bandits ou voleurs qui se mirent à ravager le pays sous des chefs hardis et expérimentés qu’ils se choisissaient eux-mêmes. Déjà ils avaient jeté un camp volant jusqu’à la ville de Charlieu, d’où ils menaçaient de se ruer sur le Forez, quand Jacques de Bourbon, comte de la Marche, ayant reçu mission du roi Jean d’aller donner la chasse à ces pillards, passa par ce pays. Il prit avec lui ses deux neveux de la maison de Forez, savoir : le comte Louis et Jean son frère, que leur oncle Renaud, seigneur de Malleval, voulut accompagner (1362).

« Ce prince, dit un vieux chroniqueur, se rend donc à Lyon avec ces trois seigneurs, qui composoient alors toute la maison de Forez, et, ayant tenu son conseil de guerre avec les principaux officiers de son armée, il fut délibéré, pour ne donner temps à ces bandits de s’approcher davantage de la ville de Lyon, ou de s’épancher davantage dans le pays voisin et spécialement dans celui de Forez qui estoit cher à ce prince, à cause de ses neveux, de les aller combattre. Ce prince donc, avec le comte d’Uzcz et Renaud de Forez, seigneur de Malleval, et quelques autres seigneurs de l’armée, choisissent des coureurs pour aller reconnoître les ennemis, qui, se prévalant de la commodité d’une montagne voisine de Briguais, ne firent paroître sur l’éminence qui regardoit Lyon qu’environ cinq mille hommes, le reste, par ruse de guerre, s’estant caché derrière la montagne, qui avoit encore pour eux cet avantage qu’elle estoit pierreuse et leur fournissoit des cailloux à commodité pour en accabler ceux qui les y viendroient attaquer.

« Ces coureurs ayant fait rapport du petit nombre qu’ils avoient aperçu, et n’ayant pas remarqué les amas de pierres qui estoient sur cette montagne, le prince, croyant avoir l’avantage de son costé et pour le nombre d’hommes et pour le courage des combattants, mit son armée en bataille pour aller à eux, et dans cette marche fit plusieurs grands seigneurs chevaliers, qui levèrent bannière, selon les formes et coutumes de ce temps-là. » Parmi ces chevaliers était « ce Louis, comte de Forez, son neveu, lequel, en effet, avant ce grade de chevalerie, et pour ne l’avoir pas encore, estoit qualifié, avant qu’il fust comte, de simple nom de damoiseau, nobilis vir Ludovicus de Foresio, domicellus, comme on le voit en la bulle de dispense de son mariage avec Jeanne de Turenne. »

A la vue de cette armée, dont l’avant-garde comptait seize cents combattants, les tard-venus, « qui avoient paru dessus leur montagne, attendirent de pied ferme qu’on les y vînt attaquer, et sitôt qu’ils virent l’armée assez près d’eux pour la combattre, ils jetèrent d’en haut de toutes parts une telle grêle de cailloux qu’ayant d’abord enfoncé et mis en déroute l’avant-garde, ils mirent aussi en désarroi le corps de bataille, dans lequel, après les bannières ou enseignes du prince commandant et de son fils marquées des armes de Bourbon, paroissent celles de ses neveux, le comte de Forez et son frère. Ils renversèrent à force de pierres les meilleurs bataillons de ce corps d’armée ; après quoi leurs autres troupes, qui estoient cachées derrière la montagne, serrant leurs files et courant en diligence, vienrent donner à dos sur l’arrière-garde, dont s’ensuivit une mêlée entre les deux armées où il y eut un grand carnage de part et d’autre ; mais, enfin, la victoire s’inclinant du côté des tard-venus, le champ de bataille leur demeura, et ce qui resta de l’armée des princes se retira en grande confusion. » Telle fut cette bataille de Brignais, « bataille, dit Froissart, qui fit si grand profit aux compaignons et porta un coup funeste au Forez et à la seconde race de ses comtes. »

Louis, en effet, y périt, et Renaud, son oncle, y fut fait prisonnier. Seul, Jean de Forez, frère du comte et qui lui succéda, en revint sain et sauf ; mais il ne tarda pas de ressentir les effets de ce grand désastre : « Il tomba en un délire qui lui causa une faiblesse et imbécillité d’esprit qui lui demeura le reste de sa vie, et obligea la princesse sa mère et ses autres parents de lui nommer pour curateur son oncle Renaud de Forez, sitôt qu’il fut sorti de prison ; » mais celui-ci vendit le Forez à Louis de France, second fils du roi Jean, et dès lors ce comté passa dans l’immense apanage des ducs de Bourbon.

Sous ces ducs, le Forez, souvent visité par eux, jouit d’une longue prospérité. Ils y régnèrent jusqu’à la mort de Suzanne de Bourbon, arrivée en 1521. Louise de Savoie, mère de François Ier, hérita de ce comté, qui fut réuni à la couronne en 1531.

Après les comtes de Forez et les ducs de Bourbon, les d’Urfé ou d’Ulphé (Ulphiacum) ont laissé le plus de souvenirs dans ce pays. Si les premiers en furent les maîtres, ceux-ci en furent les pères et les bienfaiteurs. Ainsi que toutes les grandes familles, les d’Urfé ont leur légende. On croit qu’ils sont originaires d’Allemagne. Un comte Welphe, que les chroniques des Pays-Bas appellent duc de Bavière, et qui vivait au Moyen Age, serait, suivant l’opinion générale, leur premier ancêtre connu.

De ce duc naquit Welphe, dit le Robuste, célèbre dans les croisades. Son fils, Welphe le Vaillant, vint à la cour du roi Louis le Gros et le suivit dans son expédition contre les sires de Polignac dans le Velay. Comme il revenait du Puy avec ce prince, en passant dans le pays de Forez, il fut si fort épris de la beauté d’une parente de Gui Ier, comte de Forez, appelée Aymée, qu’il demanda et obtint sa main. Il se fixa dans le pays et y fit bâtir, sur l’un des plus hauts lieux, un château auquel il donna son nom, Welphe ou Ulphe, qui se modifia plus tard en celui d’Urphé ou Urfé.

Telle est l’origine de cette famille célèbre. Sa fortune fut rapide. Déjà puissants sous la seconde race des comtes, les d’Urfé représentèrent la troisième et plus tard lui succédèrent. Héritiers des comtes, presque étrangers au pays, les ducs de Bourbon sentant la nécessité d’y avoir un représentant, Guichard d’Urfé, qui était déjà l’ami et le confident du duc Louis II, fut par lui pourvu de la charge de bailli de Forez, qui resta depuis presque toujours dans sa famille. A ce titre, la faveur des princes attacha, dans la suite, de grands et nombreux privilèges dont les d’Urfé jouirent jusqu’au règne de Louis XIV.

Alors l’esprit centralisateur « vint, dit un biographe des d’Urfé, étouffer les provinces et leurs patrons, et la maison de d’Urfé, qui n’avait tiré toute son illustration que de son pays, alla quelque temps végéter à Paris, puis s’y éteignit presque sans gloire dans le XVIIIe siècle. »

Cependant les sages efforts des d’Urfé ne parvinrent pas toujours à préserver ce pays. C’est ainsi qu’à peine sorti des guerres féodales et étrangères il eut à souffrir des guerres de religion. Plusieurs « ministres et prédicants qui s’estoient perchez ez villes de Feurs, Saint-Galmier et Saint-Bonnet-le-Chastel » ayant été arrêtés et conduits dans les prisons de Montbrison (1562), les protestants. armèrent en diligence.

Bientôt le baron des Adrets parut dans le Forez. Après avoir pris Feurs, le 3 juillet, il marcha sûr Montbrison à la tête de quatre mille hommes et s’en empara. De Montbrison, il alla droit au château de Montrond, où le gouverneur du Forez s’était renfermé. Il y entra le lendemain ; puis, y laissant Quintel, un de ses lieutenants, il se retira à Lyon, non sans avoir laissé derrière lui de nombreuses traces de sang. On dit qu’à Mont rond il pilla l’église ; et parce qu’ils étaient trop lents à lui apporter les vases sacrés, il fit, ajoute la chronique, jeter en bas du clocher le curé et le marguillier.

Ainsi maîtres de la principale place du Forez, les calvinistes faisaient chaque jour des expéditions contre les villes voisines qui n’étaient nullement en état de défense, et que Saint-Aubin nomme les villottes du Forez ; ils envoyèrent à Saint-Bonnet-le-Château une compagnie d’archers, qui revint après avoir brûlé tous les papiers de l’église. Boën, Saint-Galmier, Saint-Germain se souviennent encore de leur terrible. visite. De pareils excès étaient loin de concilier aux huguenots les habitants du Forez ; les catholiques prirent les armes, et, sous la conduite de Saint-Chamond, de Saint-Hérand et de Saint-Vidal, firent la chasse aux soldats de des Adrets.

Après son expédition contre Saint-Étienne, Sarras, capitaine huguenot, s’en revenait, avec les siens, chargé d’armes et de butin. Saint-Chamond, qui avait environ quinze cents hommes, dont sept à huit cents arquebusiers, le surprit, et, l’ayant battu, il vint mettre le siège devant Annonay, alors ville forésienne et qui tenait pour le parti protestant. Cette ville capitula ; mais, contre la foi des traités, Saint-Chamond fit passer au fil de l’épée tous ceux qui furent pris les armes à la main et précipiter en bas ceux qui étaient dans les tours. Puis, apprenant que des Adrets marchait au secours de cette ville, « avec quatre cents argoulets, il lui accourcit le chemin et l’affronta à Beaurepaire, si rudement, que des Adrets, voyant ses gens taillez en pièces, se retira de la meslée et gaigna Lyon à la course (1562). »

Après la bataille de Moncontour, des bandes de l’armée protestante se jetèrent dans ce pays, disant qu’elles voulaient plumer les oizons du Forez ; elles y séjournèrent près d’un mois, pendant lequel elles « firent de grands bruslements et saccagements ; tellement que du donjon de Montbrison de jour à autre on voyoit le feu allumé en divers lieux (1569). » Au fléau de la guerre civile vinrent se joindre la peste, la famine et le débordement de la Loire. Jamais le Forez n’avait plus souffert : la tradition rapporte qu’il ne resta que vingt-cinq habitants à Bourg-Argentai. A Montbrison, l’herbe croissait dans les rues. Dans la seule année 1589, Saint-Étienne compta 7 000 morts.

« Henri III estoit mort, dit un vieux chroniqueur du Forez ; messire Anne d’Urfé, gouverneur de ce pays pour la Ligue, fit lever la main à tous ceux qui vouloient suivre ce party en l’assemblée générale du pays qui fut faicte à Montbrison. Plusieurs y firent serment de fidélité à la Ligue ; mais pour-tant il fut remarqué que plusieurs habitants de Montbrison tenoient le party du roy. C’est pourquoy le marquis d’Urfé ayant en ladicte ville sa compagnie de gens d’armes dict qu’il leur feroit affront s’ils ne changeoient de party ; et, en effet, le 15 août 1589, ils se mirent à battre ceux de Montbrison qui ne tenoient pour la Ligue et en blessèrent plusieurs. » Cependant, en 1595, Montbrison se rendit au roi ; mais son château fut rasé ainsi que ceux de Bourg-Argentai, de Donzy et autres.

Compris, en 1790, dans le département de Rhône-et-Loire, le Forez paya largement son tribut à la Révolution par le pillage de ses châteaux et de ses églises et par un grand nombre de victimes envoyées à l’échafaud. Depuis ce temps, à part la grève de Ricamarie, en 1869, sa répression sanglante et l’émeute de Saint-Étienne, pendant la Commune, en 1871, ce pays s’est livré tout entier au commerce et à l’industrie.

Jusque-là l’exploitation des mines de plomb, d’étain, de cuivre, d’or, d’argent et autres métaux, dont un bourgeois de Lyon avait obtenu le privilège, en 1405, s’était peu développée ; grâce à des temps plus calmes, elle prit une grande extension. Mais on songeait peu alors aux mines de houille qui ont fait plus tard la fortune de ce pays. Depuis 1572, on parlait de rendre la Loire navigable. Ce projet tant de fois ajourné reçut enfin un commencement d’exécution. On fit plus : on tenta, au moyen d’un canal de jonction entre le Rhône et la Loire, d’ouvrir sur les deux mers un débouché à l’industrie de cette contrée. Cette entreprise gigantesque n’a pu être achevée, et le canal ne vient encore que du Rhône à Givors ; mais les chemins de fer y ont suppléé.

C’est surtout à partir de 1820 que ce pays s’est successivement élevé au degré de prospérité industrielle qu’on y remarque, et qu’il doit à l’abondance de ses combustibles minéraux, à ses nombreux établissements métallurgiques et à ses nouvelles voies de communication. Au XIXe siècle, son industrie minérale et sa fabrication de rubans y contribuent, il est vrai, d’une manière inégale, la première en créant une valeur beaucoup au-dessous de celle que produit la seconde. Néanmoins, elles se fécondent l’une par l’autre. De là une source intarissable de travail pour une population qui peut s’accroître en conservant un grand bien-être.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !