Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 13 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Vieux métiers, métier ancien : histoire petits métiers de Paris - cordonnier en vieux, chiffonier, marchande de friture

Vous êtes ici : Accueil > Métiers anciens / oubliés > Métiers de Paris (Petits)
Métiers anciens / oubliés
Histoire des métiers, origine des corporations, statuts, règlements, us et coutumes. Métiers oubliés, raréfiés ou disparus de nos ancêtres.
Métiers de Paris (Petits)
(D’après un article paru au XIXe siècle)
Publié / Mis à jour le mercredi 6 octobre 2010, par LA RÉDACTION
 

Lorsqu’un paysan breton a prélevé, sur le prix de son travail de 365 jours, ce qu’il doit aux impôts, il ne lui reste que 20 francs au plus à dépenser pendant toute l’année pour se nourrir et se vêtir.

« Vingt francs ! s’écriait l’écrivain qui établissait dernièrement ce fait sur des calculs rigoureux ; vingt francs ! c’est ce que coûte un dîner d’une heure chez les Frères Provençaux ! Vingt francs ! peuvent dire de leur côté ceux que les circonstances ont amenés à connaître dans les détails intimes de leurs mœurs les plus pauvres habitons de la capitale ; vingt francs ! c’est juste la somme nécessaire aux frais d’établissement les plus considérables de chacun des petits commerces, des petites professions qui font vivre presque un huitième de la population de Paris. »

A Paris, en effet, il est une classe laborieuse d’hommes et de femmes, vieillards, jeunes filles, enfants, dont toute l’existence repose uniquement sur un gain quotidien qui ne s’élève pas toujours à dix sous, et qui atteint rarement trente sous.

Encore leur faut-il, au commencement, des instruments de travail, un capital, un fonds, qu’ils perdent parfois en quelques journées ; car ils sont exposés, aussi bien que les grands commerçants, aux faillites. Il suffit, pour consommer leur ruine, d’une maladie qui a duré plus d’une semaine ; d’une amende que par imprudence ils ont encourue ; d’une partie de plaisir qui a commencé trop tôt le dimanche et a fini trop tard le lundi ; ou même d’un prêt généreux à quelque malheureux plus malheureux qu’eux-mêmes, et qu’ils n’ont pu secourir qu’en engageant au Mont-de-Piété tout ce qu’ils possédaient.

A défaut d’outils, de marchandises ou de provisions, ils seraient réduits à la mendicité ; mais, habitués au travail et à une sorte d’indépendance au milieu de cette grande ville, dont ils sont les habitants nomades, ils ne se résigneraient qu’à la dernière extrémité à vivre d’aumônes ; ils préfèrent emprunter à de pauvres gens qu’ils ont peut-être aidés autrefois, ou, s’ils demandent à des personnes riches de leur connaissance, c’est à titre d’avance seulement ; ils exigent même souvent alors qu’on aille acheter avec eux les objets qui leur sont nécessaires pour travailler, soit qu’ils ne veuillent pas être soupçonnés d’un mauvais emploi de l’argent, soit qu’ils redoutent eux-mêmes la tentation, toujours prête à les saisir au milieu de leurs privations continuelles.

Il y a une variété infinie de ces petits métiers, et ils nécessitent en général plus d’aptitude et d’expérience qu’on ne saurait l’imaginer.

Les uns peuvent être considérés comme fixes et durables, par exemple ceux des écrivains publiques, barbiers sans boutique, petites couturières à la journée, etc., marchandes des quatre saisons, marchandes de friture, de gaufres, de petits gâteaux, de jouets, commissionnaires, porteurs d’eau, marchands d’habits, joueurs d’orgue, marchands de ferraille, de bric-à-brac, de verres cassés, chiffonniers, décrotteurs, etc., etc., etc. ; d’autres, au contraire, sont passagers, changeants, et souvent sont sujets au cumul, par exemple ceux des marchands de tisane, scieurs de bois, ébarbeuses de socques, colporteurs d’almanachs, crieurs d’évènements remarquables et de jugements célèbres, marchands de marrons, pêcheurs à la ligne, etc., etc. ; mais tous, sans exception, peuvent être entrepris au moyen d’une première mise de fonds, qui n’est, suivant leur importance, que de 20 fr., de 10 fr., et pour quelques-uns même de 5 fr.

Des renseignements minutieux, en grande partie extraits des procès verbaux et des pièces de comptabilité d’un comité de secours institué vers 1820 par quelques jeunes gens dans la rue Taranne, nous permettront de donner successivement les notes statistiques des frais indispensables d’établissement de ces différentes professions ; avant tout, nous croyons nécessaire de faire précéder cette sorte d’inventaire d’une seule remarque générale. La plupart des états dont il sera question s’exercent en plein air, ou à peu près ; il est donc une dépense qui doit prudemment précéder toutes les autres, c’est le paiement du loyer d’un réduit pendant la durée du premier mois de travail. Le prix le plus élevé, chez les principaux logeurs, est fixé à 4 francs, du moins aux environs du Panthéon, de Notre-Dame et de l’Hôtel-de-Ville.

Cordonnier en vieux
Il n’est personne qui n’ait souri devant une caricature qui représente un savetier fort en colère contre sa femme, et s’écriant, je crois, dans son indignation « Malheureuse ! tu oses insulter un homme établi ! »

Cette exclamation est très naturelle et très juste. Celui qui a le bonheur de posséder quelques outils, des formes qu’il a façonnées lui-même, un mauvais siège et un toit de bois large d’un pied et demi, à une place fixe, est à l’un des premiers rangs des petites métiers. S’il est économe, assidu , rangé, s’il tient parole à ses pratiques, qui sont en général les servantes de la rue, il parviendra, à force d’économies, à se faire pour la mauvaise saison un enclos de planches peintes avec des croisées vitrées, ou bien à sous louer un intérieur de porte bâtarde, qui, avec le temps, pourra s’agrandir, en boutique ; et même, qui sait s’il n’obtiendra pas un jour une place de portier !

Voici la liste et le prix des outils qui lui sont le plus nécessaires :

* Une paire de pinces : 3 f.
* Un marteau : 2 f. 25 c.
* Deux tranchets à 1 fr. 50 c. : 3 f.
* Une demi-douzaine de manches d’alênes à 15 c. : 90 c.
* Une paire de tenailles : 1 f. 50 c.
* Un astic en buis : 75 c.
* Idem en os : 50 c.
* Un plastron : 50 c.
* Deux biseigles à 75 c. : 1 f. 50 c.
* Un fusil : 75 c.
* Une mailloche : 1 f. 50 c.
* Un fer à jointures : 1 f. 10 c.
* Idem à piqûre : & f.
* Une roulette : 75 c.
* Un fer à coulisse : 1 f. 50 c.
* Idem à passe-poil : 1 f. 20 c.
* Planches, bois pour les formes, et un siège : 3 f.
TOTAL : 24 f. 45 c.

Chiffonnier
Le chiffonnage est un métier difficile. L’apprentissage est long et pénible pour s’ouvrir un chemin paisible à travers la concurrence, pour arriver à diviser habilement le travail de chaque semaine, de chaque jour, de chaque nuit ; pour connaître les heures favorables, les bons endroits, les débris les plus précieux à enlever, os, verres cassés, chiffons, papier, carton, bourres de crin, produits chimiques, etc. ; pour se faire bien venir des portières ; enfin pour avoir, dans différens quartiers, des maisons, comme on dit, attitrées. L’état est assuré quand on n’a plus à craindre de s’attirer par inexpérience les querelles et les coups des confrères, quand on est suffisamment connu des agents de police, quand on a une casquette chaude, des guêtress de cuir, un dos de cuir, une lanterne garnie de son verre, et qu’on a pu se laisser pousser la barbe, de manière à poser au besoin dans les ateliers. Les chiffonniers habiles savent améliorer sensiblement leur métier : ils parviennent à s’associer, à louer un coin de grenier, et à emmagasiner les matières de choix, de manière à ètre en état d’attendre des offres de plus en plus avantageuses des marchands et des fabricants.

* Une médaille de chiffonnier : 2 f.
* Un mannequin : 3 f.
* Un crochet : 50 c.
* Une lanterne : 75 c.
TOTAL : 6 f. 25 c.

Marchande de friture
Les premiers frais de ce métier, lorsqu’il ne s’exerce que dans les rues et sur les ponts, ne s’élèvent pas au-delà de 10 à 12 francs. Il suffit alors d’un éventaire qui s’attache à la ceinture, d’une hotte, d’un panier, d’une poêle à main, d’un petit réchaud, et de quelques provisions en charcuterie et en pommes de terre. Dès qu’il cesse d’être ambulant, la dépense est plus considérable, les prévisions sont plus variées ; il est besoin d’un assortiment de poissons : soles, limandes, carlets, fretin, etc. Enfin lorsque l’on commence à avoir besoin de plusieurs fourneaux à la fois, de s’approvisionner à la Halle à la volaille, la profession est de premier ordre, et son nom se transforme en celui de rôtisseur.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !