Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 23 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Vieux métiers, métier ancien : histoire petits métiers de Paris - cordonnier en vieux, chiffonier, marchande de friture - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Métiers anciens / oubliés > Métiers de Paris (Petits)

Métiers anciens / oubliés

Histoire des métiers, origine des corporations, statuts, règlements, us et coutumes. Métiers oubliés, raréfiés ou disparus de nos ancêtres.


Métiers de Paris (Petits)
(D’après un article paru au XIXe siècle)
Publié / Mis à jour le mercredi 6 octobre 2010, par LA RÉDACTION

 

Lorsqu’un paysan breton a prélevé, sur le prix de son travail de 365 jours, ce qu’il doit aux impôts, il ne lui reste que 20 francs au plus à dépenser pendant toute l’année pour se nourrir et se vêtir.

« Vingt francs ! s’écriait l’écrivain qui établissait dernièrement ce fait sur des calculs rigoureux ; vingt francs ! c’est ce que coûte un dîner d’une heure chez les Frères Provençaux ! Vingt francs ! peuvent dire de leur côté ceux que les circonstances ont amenés à connaître dans les détails intimes de leurs mœurs les plus pauvres habitons de la capitale ; vingt francs ! c’est juste la somme nécessaire aux frais d’établissement les plus considérables de chacun des petits commerces, des petites professions qui font vivre presque un huitième de la population de Paris. »

A Paris, en effet, il est une classe laborieuse d’hommes et de femmes, vieillards, jeunes filles, enfants, dont toute l’existence repose uniquement sur un gain quotidien qui ne s’élève pas toujours à dix sous, et qui atteint rarement trente sous.

Encore leur faut-il, au commencement, des instruments de travail, un capital, un fonds, qu’ils perdent parfois en quelques journées ; car ils sont exposés, aussi bien que les grands commerçants, aux faillites. Il suffit, pour consommer leur ruine, d’une maladie qui a duré plus d’une semaine ; d’une amende que par imprudence ils ont encourue ; d’une partie de plaisir qui a commencé trop tôt le dimanche et a fini trop tard le lundi ; ou même d’un prêt généreux à quelque malheureux plus malheureux qu’eux-mêmes, et qu’ils n’ont pu secourir qu’en engageant au Mont-de-Piété tout ce qu’ils possédaient.

A défaut d’outils, de marchandises ou de provisions, ils seraient réduits à la mendicité ; mais, habitués au travail et à une sorte d’indépendance au milieu de cette grande ville, dont ils sont les habitants nomades, ils ne se résigneraient qu’à la dernière extrémité à vivre d’aumônes ; ils préfèrent emprunter à de pauvres gens qu’ils ont peut-être aidés autrefois, ou, s’ils demandent à des personnes riches de leur connaissance, c’est à titre d’avance seulement ; ils exigent même souvent alors qu’on aille acheter avec eux les objets qui leur sont nécessaires pour travailler, soit qu’ils ne veuillent pas être soupçonnés d’un mauvais emploi de l’argent, soit qu’ils redoutent eux-mêmes la tentation, toujours prête à les saisir au milieu de leurs privations continuelles.

Il y a une variété infinie de ces petits métiers, et ils nécessitent en général plus d’aptitude et d’expérience qu’on ne saurait l’imaginer.

Les uns peuvent être considérés comme fixes et durables, par exemple ceux des écrivains publiques, barbiers sans boutique, petites couturières à la journée, etc., marchandes des quatre saisons, marchandes de friture, de gaufres, de petits gâteaux, de jouets, commissionnaires, porteurs d’eau, marchands d’habits, joueurs d’orgue, marchands de ferraille, de bric-à-brac, de verres cassés, chiffonniers, décrotteurs, etc., etc., etc. ; d’autres, au contraire, sont passagers, changeants, et souvent sont sujets au cumul, par exemple ceux des marchands de tisane, scieurs de bois, ébarbeuses de socques, colporteurs d’almanachs, crieurs d’évènements remarquables et de jugements célèbres, marchands de marrons, pêcheurs à la ligne, etc., etc. ; mais tous, sans exception, peuvent être entrepris au moyen d’une première mise de fonds, qui n’est, suivant leur importance, que de 20 fr., de 10 fr., et pour quelques-uns même de 5 fr.

Des renseignements minutieux, en grande partie extraits des procès verbaux et des pièces de comptabilité d’un comité de secours institué vers 1820 par quelques jeunes gens dans la rue Taranne, nous permettront de donner successivement les notes statistiques des frais indispensables d’établissement de ces différentes professions ; avant tout, nous croyons nécessaire de faire précéder cette sorte d’inventaire d’une seule remarque générale. La plupart des états dont il sera question s’exercent en plein air, ou à peu près ; il est donc une dépense qui doit prudemment précéder toutes les autres, c’est le paiement du loyer d’un réduit pendant la durée du premier mois de travail. Le prix le plus élevé, chez les principaux logeurs, est fixé à 4 francs, du moins aux environs du Panthéon, de Notre-Dame et de l’Hôtel-de-Ville.

Cordonnier en vieux
Il n’est personne qui n’ait souri devant une caricature qui représente un savetier fort en colère contre sa femme, et s’écriant, je crois, dans son indignation « Malheureuse ! tu oses insulter un homme établi ! »

Cette exclamation est très naturelle et très juste. Celui qui a le bonheur de posséder quelques outils, des formes qu’il a façonnées lui-même, un mauvais siège et un toit de bois large d’un pied et demi, à une place fixe, est à l’un des premiers rangs des petites métiers. S’il est économe, assidu , rangé, s’il tient parole à ses pratiques, qui sont en général les servantes de la rue, il parviendra, à force d’économies, à se faire pour la mauvaise saison un enclos de planches peintes avec des croisées vitrées, ou bien à sous louer un intérieur de porte bâtarde, qui, avec le temps, pourra s’agrandir, en boutique ; et même, qui sait s’il n’obtiendra pas un jour une place de portier !

Voici la liste et le prix des outils qui lui sont le plus nécessaires :

* Une paire de pinces : 3 f.
* Un marteau : 2 f. 25 c.
* Deux tranchets à 1 fr. 50 c. : 3 f.
* Une demi-douzaine de manches d’alênes à 15 c. : 90 c.
* Une paire de tenailles : 1 f. 50 c.
* Un astic en buis : 75 c.
* Idem en os : 50 c.
* Un plastron : 50 c.
* Deux biseigles à 75 c. : 1 f. 50 c.
* Un fusil : 75 c.
* Une mailloche : 1 f. 50 c.
* Un fer à jointures : 1 f. 10 c.
* Idem à piqûre : & f.
* Une roulette : 75 c.
* Un fer à coulisse : 1 f. 50 c.
* Idem à passe-poil : 1 f. 20 c.
* Planches, bois pour les formes, et un siège : 3 f.
TOTAL : 24 f. 45 c.

Chiffonnier
Le chiffonnage est un métier difficile. L’apprentissage est long et pénible pour s’ouvrir un chemin paisible à travers la concurrence, pour arriver à diviser habilement le travail de chaque semaine, de chaque jour, de chaque nuit ; pour connaître les heures favorables, les bons endroits, les débris les plus précieux à enlever, os, verres cassés, chiffons, papier, carton, bourres de crin, produits chimiques, etc. ; pour se faire bien venir des portières ; enfin pour avoir, dans différens quartiers, des maisons, comme on dit, attitrées. L’état est assuré quand on n’a plus à craindre de s’attirer par inexpérience les querelles et les coups des confrères, quand on est suffisamment connu des agents de police, quand on a une casquette chaude, des guêtress de cuir, un dos de cuir, une lanterne garnie de son verre, et qu’on a pu se laisser pousser la barbe, de manière à poser au besoin dans les ateliers. Les chiffonniers habiles savent améliorer sensiblement leur métier : ils parviennent à s’associer, à louer un coin de grenier, et à emmagasiner les matières de choix, de manière à ètre en état d’attendre des offres de plus en plus avantageuses des marchands et des fabricants.

* Une médaille de chiffonnier : 2 f.
* Un mannequin : 3 f.
* Un crochet : 50 c.
* Une lanterne : 75 c.
TOTAL : 6 f. 25 c.

Marchande de friture
Les premiers frais de ce métier, lorsqu’il ne s’exerce que dans les rues et sur les ponts, ne s’élèvent pas au-delà de 10 à 12 francs. Il suffit alors d’un éventaire qui s’attache à la ceinture, d’une hotte, d’un panier, d’une poêle à main, d’un petit réchaud, et de quelques provisions en charcuterie et en pommes de terre. Dès qu’il cesse d’être ambulant, la dépense est plus considérable, les prévisions sont plus variées ; il est besoin d’un assortiment de poissons : soles, limandes, carlets, fretin, etc. Enfin lorsque l’on commence à avoir besoin de plusieurs fourneaux à la fois, de s’approvisionner à la Halle à la volaille, la profession est de premier ordre, et son nom se transforme en celui de rôtisseur.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Samain (Samhain), Toussaint, nuit d'Halloween et Fête des morts
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
BON À SAVOIR
 A bon entendeur salut ou demi-mot
 
 Je m'en lave les mains
 
MANIFESTATIONS
 Le mystère du masque de fer dévoilé sur l'île Sainte-Marguerite
 
 Animal : bestiaire de verre de la fin du XIXe siècle à nos jours au musée du verre de Conches
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 OFFRE N°1 | Recevez en 48h les 37 volumes papier disponibles édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 OFFRE N°2 | Téléchargez au format numérique l'intégralité des 44 volumes de La France pittoresque parus en 14 années : 1100 articles, 2000 illustrations. L'Histoire enfin captivante !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Cordonniers d'autrefois
 
 Bouquinistes parisiens (Les) menacés d'exil pour laisser place aux omnibus
 
 Maître boulanger au Moyen Age : déroulement de la cérémonie de réception
 
 Cris des petits métiers de Paris au XIIIe siècle
 
 
Et puis aussi...
 
 Maréchaux-ferrants
 
 Bourreau : un des célèbres Sanson évoque cette profession longtemps tenue en marge
 
 Boulangers
 
 Première femme dentiste : événement dans l'art dentaire en 1740
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 73 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services