Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Louise Bourgeois dite Bouriser, sage-femme, accoucheuse de Marie de Médicis. Portrait, biographie, vie - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Personnages : biographies > Bourgeois (Louise), première accoucheuse

Personnages : biographies

Vie, oeuvre, biographies de personnages ayant marqué l’Histoire de France (écrivains, hommes politiques, inventeurs, scientifiques...)


Bourgeois (Louise), première accoucheuse
décorée du chaperon de velours
(D’après « Biographie des sages-femmes célèbres, anciennes,
modernes et contemporaines » paru en 1834)
Publié le lundi 19 mai 2014, par LA RÉDACTION


 
 

Louise Bourgeois dite Boursier, maîtresse sage-femme jurée de la ville de Paris, accoucheuse de Marie de Médicis (seconde femme de Henri IV), naquit à Paris en 1563, de parents honnêtes et aisés. Ayant reçu une meilleure éducation que celle que recevaient les jeunes personnes de la bourgeoisie d’alors, Louise Boursier fut recherchée par cela même par un chirurgien (Surgean) des armées, et l’épousa. Après des revers de fortune causés par les dissensions politiques et les guerres civiles qui précédèrent l’avènement d’Henri IV au trône de France, et déjà avancée en âge, Louise se décida à apprendre l’art de sage-femme, moins par vocation que d’après les conseils d’une matrone qui lui dit « que si elle eût su lire et écrire comme elle, elle eut fait des merveilles ».

Louise Bourgeois vainquit toutes les répugnances que lui avait fait naître l’idée de porter des enfants au baptême, comme elle l’avoue, et se résigna en faveur de sa famille, ainsi qu’elle le dit : « Me treuuant embarquée dans un menage, chargée d’enfans, accablée de guerre et de perte de biens, la sage Phanerote, mère de ce grand philosophe Socrate, prit pitié de moy, me consola et conseilla d’embrasser les sciences, me représentant que toutes choses concouroient à bien pour moy, la croyant ; que à cause d’elle, dont je serois fille adoptive, tous les disciples de son fils Socrate me seroyent favorables ; que mon mary qui exerçoit les œuvres manuelles de chirurgie me guideroit ».

Louise Bourgeois
Louise Bourgeois

Son mari lui ayant donné les premières notions d’anatomie, elle se mit à étudier dans Paré, et devint bientôt aussi capable que la plupart des sages-femmes et accoucheurs d’alors. De petites gens à autres, elle parvint en peu de temps à être employée grandement, et pratiqua pendant cinq ans avant d’être reçue jurée. Le mérite porte toujours ombrage, et ce ne fut point sans difficultés qu’elle obtint ses grades. Le jury de réception se composait d’un médecin, de deux chirurgiens et de deux sages-femmes. Pour démontrer que dans tous les temps la jalousie et l’envie furent l’apanage d’une profession qui devait être toute de charité chrétienne et d’humanité, laissons parler Louise Bourgeois de toutes les tribulations qui lui furent suscitées par les examinatrices.

« Les deux sages-femmes étoient la dame Dupuis et la dame Peronne ; elles me donnèrent jour pour aller les trouver ensemble, elles m’interrogèrent de quelle vocation étoit mon mary ce que sachant, elles ne vouloient pas me recevoir, au moins madame Dupuis, qui disoit à l’autre : Par Dieu, ma compagne, le cœur ne me dit rien de bon pour nous ! Puisqu’elle est femme d’un surgean, elle s’entend avec ces médecins comme coupeurs de bourses en foire ; il ne nous faut recevoir que des femmes d’artisans qui n’entendent rien à nos affaires. Elle me disoit (la dame Dupuis) que mon mary me devoit nourrir sans rien faire ».

Après sa réception, Louise Bourgeois continua à pratiquer, et successivement passa des classes inférieures à la bourgeoisie, parvint jusqu’aux princesses, et fut choisie par la reine même pour l’assister dans ses premières couches, et l’aida, en moins de neuf ans à mettre six enfants au monde. Ce ne fut point sans peine qu’elle parvint à l’honneur d’accoucher la reine, puisque déjà la dame Dupuis avait été choisie et agréée par le roi pour remplir ces hautes fonctions. Ce fut à madame Conchini, depuis l’infortunée maréchale d’Ancre, que Louise Bourgeois dut cette faveur. Tout prouve en effet qu’elle était digne de remplir les nobles fonctions qui lui furent confiées ; car elle montra, à la naissance du Dauphin, autant de fermeté, de présence d’esprit et de caractère que d’habileté. Nous regrettons de ne pouvoir rapporter ici toutes les circonstances de cet événement qu’elle fait connaître dans la deuxième partie de son ouvrage, qui a pour titre : Observations diverses sur la stérilité, perte de fruit, fécondité, accouchement, et maladies des femmes et enfans nouveau-nés.

L’ouvrage de Louise Bourgeois, dont il y a plusieurs éditions, parle de diverses espèces d’accouchements terminés de la manière dont l’enfant se présente. Ce qu’elle dit des fausses couches prouve une grande sagacité ; les signes de la grossesse y sont exposés avec beaucoup de précision ; enfin, cet ouvrage est écrit avec une franchise et une ingénuité qui ne permettent pas de douter que l’auteur n’y ait mis tout ce qu’on pouvait voir de son temps. La plus grande obligation qu’ait l’art des accouchements à Louise Bourgeois, c’est d’avoir enseigné à remédier aux pertes qui arrivent sur la fin de la grossesse et qui sont causées par le décollement de quelques points du placenta ; c’est à elle qu’on est redevable de cette découverte.

Il est étonnant que la multitude d’écrivains qui ont paru depuis Bourgeois ne lui aient point fait honneur de cette découverte. Il semble pourtant que ce qu’elle a dit à ce sujet valait bien la peine qu’on en parlât. « Quand une femme, dit-elle, chap. V, a une perte de sang démesurée sur sa grossesse, dont elle tombe en défaillance, il faut venir à l’extraction de l’enfant avec les mains. Cela fut fait en la femme d’un conseiller de la cour du parlement, laquelle étoit grosse de six mois. Son enfant vécut deux jours. Elle a porté d’autres enfans depuis ; les médecins reconnurent que si on eût différé une heure, la mère et l’enfant étoient morts ; moi, congnoissant que le flux de sang n’est entretenu que par la grossesse, l’ayant vu cesser aussitôt que la femme a été accouchée, je mis cette pratique en avant, laquelle j’ai congnue trop tard, à mon gré, pour la conservation de madame d’Aubray, madame la duchesse de Montbazon, etc. »

Louise Bourgeois ne possédait pas seulement toutes les connaissances qu’on avait droit d’exiger des personnes qui exerçaient l’art des accouchements, mais encore la littérature ne lui était pas étrangère. Sans être poète, elle a placé à la tête de son livre quelques pièces de vers dans le genre marotique, qu’on lit avec plaisir, de même que tout son livre. Rien de plus touchant, de plus moral que l’instruction à sa fille, qui se destinait aussi à la profession de sage-femme. Qu’il nous suffise de rapporter quelques-uns des préceptes que renferme cette instruction véritablement curieuse sous le rapport des principes et de la diction.

« Je vous dirai donc que toute personne de jugement ne doit ignorer ce qui est bon... Je vous exhorte de vous rendre soigneuse de tout ce qui est du vostre... Je vous dirai, afin que vous suiviez mes préceptes, que vous êtes enfant de famille..., que le corps entier de la médecine est dans nostre maison.... Apprenez jusqu’au dernier jour de vostre vie, et pour ce faire facilement, il faut une grande humilité, car les personnes orgueilleuses ne gagnent pas le cœur de ceux qui savent des secrets... Je vous dirai que ce que vous avez entrepris est de merveilleuse importance, et qu’en cet art il y a deux chemins à tenir, l’un pour se sauver, l’autre pour se damner.

« Celles qui ont faict le mal et ceux qui en cherchent le damnable remède sont cruellement méchans ; mais c’est toute autre méchanceté à celles qui, n’étant aucunement engagées dans cette affaire, pour de l’argent tuent le corps et l’ame d’un enfant. Lorsque vous serez appelée en une maison, fussent les plus pauvres gens du monde, servez les de mesme affection que si vous en deviez recevoir grande récompense... Je vous dirai encore, ma fille, qu’il ne faut point vous estonner de voir mépriser l’état de sage-femme, n’y que cela vous refroidisse d’en rechercher les perfections, lesquelles sont incompréhensibles à celles qui les méprisent, ny ne vous estonner si vous voyés en cet estat des personnes si indignes du nostre ; cela n’amoindrit le savoir ny l’honneur de celles qui le méritent. Cela vient que ceux qui les reçoyvent pour de l’argent, sont comme les hostelliers de village qui attachent des asnes et des rosses avec de bons chenaux...

« Ne vous estonnez jamais de rien si quelque chose ne va pas bien, car l’épouvante trouble les sens... Il se trouve bien peu de femmes qui affectionnent leurs sages-femmes comme elles faisoient le temps passé ; que quand les sages-femmes mouroient, elles en menoient grand deuil ; maintenant plusieurs s’en servent comme d’une femme de vendange... Vous irez en des maisons où il se trouve des personnes qui fournissent à la maîtresse de la maison des lunettes qui font voir ce qui n’est point, prenés-y bien garde, cela vous coûte rien qu’un peu de soin ».

Cette instruction de Louise Bourgeois à sa fille est un système de conduite dicté par un esprit bien au-dessus du vulgaire. C’est un tableau fidèle de sa profession, qui prouve évidemment qu’en fait de morale pratique, au XVIe siècle, le monde était ce qu’il est aujourd’hui. A part quelques formules bizarres et le conte de l’oie et de la chienne, le livre de Louise Bourgeois est instructif, plein d’intérêt, et une œuvre de bonne foi. La dignité avec laquelle cette femme célèbre exerça sa profession, son savoir et son habileté, lui méritèrent, à la ville comme à la cour, d’être honorée et estimée. En témoignage de reconnaissance, pour lui donner une marque de sa confiance et de son estime, le reine Marie de Médicis la décora du chaperon de velours. C’est la première accoucheuse qui obtint cet insigne honorifique ; car les deux sages-femmes de Catherine de Médicis n’avaient porté que le collet de velours et la chaîne d’or. A la naissance de son sixième enfant, Henri IV fit une pension de trois cents écus à Louise Bourgeois et pourvut d’une charge chacun de ses deux fils.

Comme preuve de la haute idée qu’on avait de son mérite, voici le sonnet qu’à l’intention de l’auteur composa un poète de son temps, S. Hacquin :

Que n’ay-je maintenant ainsi que je désir,
D’un Desportes mignard le langage affecté,
Que ne suis-je un Ronsard, ou bien que n’ay-je esté
Sur le mont d’Helicon où Phœbus se retire ;

Afin qu’ayant appris la façon de bien dire,
Plein de sa sainte fureur et de divinité,
Je peusse ce jourd’huy à toute éternité
Marier tes vertus aux chansons de ma lire.

Muse modérez-vous, n’aspirez point si haut,
N’imitez point celui dont l’effroyable saut
Eternise son nom par une chute étrange.

Vous ne possédez rien digne de son autel ;
Pour louer cette Dame et son œuvre immortel,
Il faut l’esprit d’un Dieu et la plume d’un ange.

Le monde en général ne fut jamais trop généreux envers les sages-femmes ; il fallait donc que Louise Bourgeois fût bien supérieure à celles de son temps pour mériter de telles louanges. Ce qui prouve qu’elle n’était point simplement une matrone habile, mais encore une femme lettrée, ce sont les diverses épîtres qui se trouvent en tête de ses livres, adressées à plusieurs grandes dames et à plusieurs médecins de son temps.

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 Ménagerie politique (La) : l'ancien président Jules Grévy comparé à un macaque en 1890
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Boire le vin de l’étrier
 
 Faire le diable à quatre
 
MANIFESTATIONS
 
 
 


Altermanuel d’Histoire de France
L’historien Dimitri Casali répertorie ce que nos enfants n’apprennent plus au collège
Permaculture : agriculture respectant la Nature
Débarrassée d’un modèle industriel intrinsèquement nuisible à l’Homme
Temps de travail au Moyen Age
Nos ancêtres n’étaient pas les brutes de travail qu’on imagine : ils avaient 190 jours de congés par an
14 juillet 1789 : prise de la Bastille et mensonge historique
Contrairement à la légende des manuels, la prise de la Bastille n’est pas un haut fait d’armes
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Miette, inventeur de la poudre persane
 
 Bart (Jean), corsaire s'illustrant durant les guerres de Louis XIV
 
 Louise Labé dite la Belle Cordière : poétesse de la Renaissance (1524-1566)
 
 Buffon, naturaliste, botaniste et « Pline français » fuyant Paris pour la campagne
 
 
Et puis aussi...
 
 Mademoiselle Clairon : comédienne à la carrière éblouissante mais au funeste destin
 
 Lakanal (Joseph)
 
 Camille Saint-Saëns, enfant prodige de la musique
 
 Pierre Corneille amoureux et fragile destin de ses héritiers
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 111 ARTICLES

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Second Life

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines