Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Pierre Terrail, seigneur de Bayard. Portrait d'un héros mort durant la campagne du Milanais - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Personnages : biographies > Bayard : l’histoire d’un chevalier « (...)

Personnages : biographies

Vie, oeuvre, biographies de personnages ayant marqué l’Histoire de France (écrivains, hommes politiques, inventeurs, scientifiques...)


Bayard : l’histoire d’un chevalier
« sans reproche » mort en héros
(D’après « Lectures pour tous », paru en 1924)
Publié / Mis à jour le vendredi 8 avril 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
Le plus sage, dit la Chronique, et le plus vertueux de son temps. Son honneur est d’avoir voulu que la guerre ne manquât jamais à la loi de l’honneur, que la bataille fût noble et que dans leurs prouesses tous autour de lui demeurassent des preux. Doux aux vaincus, doux aux prisonniers, toujours attentif à écarter des non-combattants les horreurs de la guerre, il est implacable aux soudards et aux pillards, protège les villes forcées contre la rapacité et la violence, pend haut et court quiconque tue, vole ou brûle. En même temps que le roi et le royaume, il défend l’honneur.

Il fut le « Chevalier sans peur ». Mais ce n’est là qu’une partie, la plus petite, de son immense gloire. Qu’il ait à dix-sept ans, jeune page aux yeux de flamme, devant le duc de Savoie ou devant Charles VIII, dompté, nouvel Alexandre, de nouveaux Bucéphales, ressuscité dans ses premiers tournois la jeunesse de Bertrand du Guesclin, contre un monde d’ennemis défendu seul le pont du Girigliano, à Brescia chargé l’adversaire, tout grelottant encore de fièvre dans sa robe de chambre de malade, toujours le premier à l’attaque, le dernier à la retraite, merveilleux entraîneur d’hommes et ne redoutant que de « mourir dans son lit comme une femme », d’autres là avaient été et seront ses égaux.

Grand maître du sort des batailles, qu’il ait encore promené son triomphe du Milanais au royaume de Naples sous tous les ciels de l’Italie, vainqueur d’Agnadel et de Brescia, de Villafranca et de Marignan, barré à Mézières la route de Paris aux soldats de Charles-Quint, armé chevalier un roi de France, c’est gloire militaire qu’il partage avec d’autres. Mais combien peuvent prétendre à partager avec lui celle d’avoir été le « Chevalier sans reproche » ?

Pierre Terrail, seigneur de Bayard
Pierre Terrail, seigneur de Bayard

A l’ennemi déloyal, il n’oppose que la loyauté. Le pape Jules II vient de dépêcher au duc de Ferrare l’aventurier Guerlo pour l’amener à force de promesses à se faire le complice d’une lâcheté : attirer Bayard et les siens dans un guet-apens. Devant l’injure de l’offre, le duc ne bronche pas ; il retient l’émissaire et prévient Bayard arrivé à l’instant. Une telle forfaiture ! Bayard n’y croit pas et il lui faut entendre, caché dans un cabinet, le renouvellement du honteux marché.

Mais quand le lendemain le duc de Ferrare tout joyeux lui confie qu’il a gagné le messager et que, dans huit jours, Jules II sera mort, Bayard ne comprend pas. « Comment cela ? Cet homme entre-t-il dans le secret de la Providence pour prédire à coup sûr la vie ou la mort ? — Non, répond le duc souriant ; mais il passe nuits et jours auprès du Pape, il le sert même à table... et j’ai promis deux mille ducats comptant et cinq cents de rente. »

Bayard en « frémit d’horreur ». Il veut sur-le-champ avertir Jules II. Non ! la trahison n’excuse pas la trahison. « Je ne consentirai jamais, s’écrie-t-il, à ce que mon ennemi périsse de la sorte, et si vous voulez me livrer ce galant qui veut faire ce chef-d’œuvre, je ne lui donne pas une heure que je ne le fasse pendre. » Lui qui n’oublie les soucis du commandement que pour songer à la sécurité des autres, il est tout pardon pour ceux mêmes qui ont comploté sa perte. Il pardonne, gaiement, la blague aux lèvres, le verre en mains ; car il y a déjà en lui quelque chose des héros de Dumas père.

C’était en Navarre, où Louis XII l’avait envoyé contre Ferdinand d’Aragon. Après une affaire où les lansquenets s’étaient fort piteusement conduits, l’un des couards eut le front de venir réclamer double paie pour ceux qui n’avaient pas voulu marcher à la brèche. Bayard refusa et l’émeute aussitôt gronda. Le soir il traitait à sa table le duc de Suffolk quand on lui annonça qu’un lansquenet en fureur le cherchait partout pour le mettre en pièces. Il sortit de table en riant et, interpellant l’énergumène : « Est-ce toi, camarade, qui cherches le capitaine Bayard pour le tuer ? Me voici. — Ce n’est pas moi seul, baragouina l’autre, ce sont tous les lansquenets ensemble. — Miséricorde ! tous les lansquenets ! Quartier, mon camarade ; je ne me sens pas capable de me battre contre six ou sept mille hommes. » Puis il le fit entrer, l’installa vis-à-vis de lui à sa table, lui versa force rasades et renvoya d’une tape sur l’épaule un lansquenet jurant que « Bayard était honnête homme, que son vin était bon et qu’il était prêt à le défendre contre tous les lansquenets du monde ».

En un temps où tirer monnaie de son épée tantôt chez l’un, tantôt chez l’autre, n’a rien qui déshonore un capitaine, lui dont le patrimoine est nul et que tous sollicitent reste sourd à toutes les offres. C’est en vain que Jules II, après l’affaire du Garigliano, lui propose la capitainie générale de l’Église, en vain que le roi d’Angleterre, dont il est un instant le prisonnier, met à ses pieds biens et honneurs. « Je n’ai qu’un maître au ciel qui est Dieu, répond-il, et un maître sur terre, qui est le roi de France, et je n’en servirai jamais d’autres. »

Après la bataille, à l’heure du butin, il écarte de la main tout ce qu’on lui apporte. Pendant la campagne du Milanais, à Voghera, comme on lui offre la splendide argenterie enlevée chez les félons qui ont trahi ses armes : « A Dieu ne plaise, s’écrie-t-il, que ce qui vient des traîtres et de si mauvais sujets entre chez moi ! » Et la somptueuse vaisselle est aussitôt distribuée aux compagnons de bataille. Suivant les mérites et les besoins de chacun, il partage, partout, écus et ducats, sans se réserver jamais rien.

Bayard armant François Ier chevalier
Après la bataille de Marignan, François Ier se fait armer chevalier de la main de Bayard

Avec quelle délicatesse, quelle élégance il sait être bon, la chronique du Loyal Serviteur nous en donne un charmant témoignage. C’était à Brescia. Blessé très grièvement d’un terrible coup de pique au haut de la cuisse en sautant un rempart, Bayard avait été transporté dans une maison dont le maître était parti, laissant sa femme et ses deux filles à la garde de Dieu. Le chirurgien vient à peine d’enlever de la plaie le fer et le tronçon rompu, que le premier soin du blessé est de s’inquiéter affectueusement du motif qui fait pleurer son hôtesse. Son mari est-il mort ? A-t-il pu après le combat se réfugier dans un couvent ? L’angoisse de la malheureuse est extrême. En l’absence du chef immobilisé par sa blessure, le sac de la ville est effroyable et les couvents mêmes ne sont pas épargnés. Bayard n’a de cesse qu’il n’ait fait retrouver et ramener chez lui le gentilhomme par ses deux archers de garde. Malgré ses douleurs, il tient à lui offrir lui-même ses bonnes grâces et à saluer son retour.

Cinq semaines plus tard, la blessure fermée vaille que vaille, quand, las de l’inaction, il parle de sauter à cheval pour courir sus aux Espagnols, ses hôtes se préparent, suivant l’usage, à s’acquitter de leur rançon. Tenant dans ses mains un petit coffret d’acier, finement orné, le plus joli trésor qu’elle ait pu trouver, la dame du lieu vient à lui et se met à genoux. Mais Bayard aussitôt la relevant, ne consentit à l’écouter qu’assise : « Monseigneur, je remercierai Dieu toute ma vie de ce qu’il lui a plu, dans le sac de notre ville, de conduire en notre maison un chevalier si généreux. Nous sommes vos prisonniers, la maison et tout ce qu’elle contient est à vous par droit de conquête ; mais vous nous avez laissé voir tant de grandeur d’âme que je viens vous prier de vous contenter du petit présent que j’ai l’honneur de vous offrir. »

Elle ouvre alors le coffret, qui contient toute la fortune familiale, deux mille cinq cents ducats or. Après un coup d’œil jeté sur le coffre, Bayard sourit et demande : « Combien, madame, y a-t-il là-dedans ? — Monseigneur, répond la femme se méprenant sur le sourire, il n’y a que deux mille cinq cents ducats, mais si cela ne suffit pas, ordonnez. » Toujours souriant, Bayard referme le coffre : « Ce n’est pas, madame, ce que je veux dire. Quand vous m’offririez cent mille écus, je ne les estimerais pas tant que la bonne compagnie que vous m’ayez tenue, vous et votre famille. Au lieu de prendre votre argent, je vous promets que, tant que je vivrai, vous aurez en moi un gentilhomme pour serviteur et pour ami. » Et, comme de nouveau, à genoux, elle le supplie d’accepter : « Eh bien, madame, puisque vous le voulez absolument, j’accepte ; mais, je vous en prie, faites venir vos demoiselles pour que je prenne congé d’elles. »

Resté seul, Bayard partage les ducats en trois lots, deux de mille et un de cinq cents, et, quand les jeunes filles arrivent, après les avoir, les larmes aux yeux, remerciées d’avoir diverti son ennui en travaillant et en jouant du luth auprès de lui : « Mesdemoiselles, les gens de guerre ne sont pas ordinairement chargés de bijoux. Je vous donne donc à chacune mille ducats pour contribuer à vous marier. Quant aux cinq cents ducats, soit, je les garde... pour les distribuer aux pauvres monastères de filles qui auront le plus souffert du pillage. » Mais déjà on lui amenait ses chevaux, et la seule chose à quoi il consentit fut d’accepter des jeunes filles deux jolis bracelets de fil d’or et d’argent et une bourse de satin cramoisi, ouvrages de leurs mains. Un écrivain du XVIIIe siècle a dit de lui : « Sa vie entière fut un hymne à l’honneur de l’humanité. » Un homme de son temps avait écrit, plus joliment : « Il est la fleur de la Chevalerie ».

C’est à Rebecco, pendant la campagne du Milanais menée contre les Espagnols, que cette fleur fut fauchée. Chargé de sauver une armée française compromise par l’impéritie d’un autre, Bayard savait la tâche surhumaine. Il l’avait acceptée pourtant, et déjà il domptait le sort. Grâce à lui, malgré des forces espagnoles d’une supériorité écrasante, l’armée dégagée passait la Sésia à Romagnano, tandis qu’avec une poignée de ses hommes d’armes, il chargeait sans trêve, « d’un air aussi tranquille que s’il eût été dans un jardin et tout au petit pas ».

L’artillerie et les enseignes étaient sauvées quand, sur les dix heures du matin, il fut tiré un coup d’arquebuse à croc dont la pierre vint le frapper au dos et lui brisa la colonne vertébrale. Il comprit qu’il était blessé à mort et cria : « Jésus ! Ah, mon Dieu ! » Puis, malgré les supplications de son ami d’Allègre qui voulait le retirer de la mêlée, il trouva la force encore d’ordonner la charge et demanda seulement qu’avec l’aide de quelques Suisses on l’installât au pied d’un arbre « en sorte qu’il ait la face regardant les ennemis ».

Bayard mourant, au traître connétable de Bourbon
Bayard mourant, au traître connétable de Bourbon
Tous pleuraient autour de lui. Il consola tout le monde, puis, faute de prêtre, se confessa à son gentilhomme Jacques Jeoffre de Milieu. Une fois encore ses officiers tentèrent de le persuader de se laisser emporter. Il refusa : « Laissez-moi le peu que j’ai à vivre pour penser à ma conscience. Je vous supplie vous-mêmes de vous retirer de peur d’être faits prisonniers. Tout ce que je vous demande, c’est d’assurer le roi que je meurs son serviteur, sans autre regret que de ne lui pouvoir plus rendre mes services. Présentez mes respects à tous messeigneurs les princes de France. Adieu, mes bons amis, je vous recommande ma pauvre âme. » Alors, tous, dit la chronique, se retirèrent et prirent de lui le dernier congé, avec des cris et des gémissements qui furent entendus de l’armée ennemie, au pouvoir de laquelle il demeura.

Mais il était de ceux qui, tombés, sont encore plus grands que debout, et quand son adversaire Ferdinand-François d’Aralos, marquis de Pescaire, survint, c’est de ces mots qu’il le salua : « Plût à Dieu, seigneur Bayard, avoir donné de mon sang ce que j’en pourrais perdre sans mourir et vous avoir mon prisonnier en bonne santé ; vous connaîtriez bientôt combien j’ai toujours estimé votre personne, votre bravoure et toutes les vertus qui sont en vous, et que depuis que je me mêle des armes, je n’ai jamais connu votre pareil. » Puis il fit apporter, son propre pavillon avec son lit et y coucha lui-même le blessé en lui baisant les mains. Toute l’armée espagnole était là, immobile et contemplant en silence la mort d’un héros.

Le connétable de Bourbon ne rougit pas d’approcher ce corps défaillant qui avait été la droiture même : « Ah ! capitaine Bayard, que je suis marri et déplaisant de vous voir en cet état ! Je vous ai toujours aimé et honoré pour la grande prouesse et sagesse qui est en vous. Ah ! que j’ai grande pitié de vous ! » Alors le mourant redressa la tête et fit à l’homme passé au service de l’étranger la réponse immortelle : « Monseigneur, je vous remercie. Il n’y a point de pitié en moi, qui meurs en homme de bien, servant mon roi. Il faut avoir pitié de vous, qui portez les armes contre votre prince, votre patrie et votre serment. »

Demeuré seul, il ne pensa plus qu’à mourir, et récita le Miserere. Il murmura, lui dont l’âme était nette : « Mille ans de jeûne au pain et à l’eau dans le désert ne pourraient acquitter mes fautes... Oubliez-les, mon père !... Que votre justice se laisse fléchir par les mérites du sang de Jésus !... » C’est sur ce cri-là, celui même qu’il avait jeté quand le coup l’avait frappé, que la mort l’arrêta... C’était le 30 avril 1524. Il avait quarante-huit ans.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Au besoin on connaît l'ami
 
 Aller de porte en porte, comme le pourceau de saint Antoine
 
MANIFESTATIONS
 Henri IV en son et lumière au château de Pau
 
 Exposition : Les Hugo, une lignée d’artistes
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Auguste Romieu ou le mystificateur mystifié
 
 Laennec (René-Théophile-Hyacinthe) inventeur du stéthoscope
 
 D'Artagnan (Qui fut le véritable) inspirant Alexandre Dumas pour ses Trois Mousquetaires ?
 
 Pierre de Bourdeille dit Brantôme, historien du XVIe siècle
 
 
Et puis aussi...
 
 Puget (Pierre)
 
 Sévigné (Madame de)
 
 Busbecq (Ghislain de) (1522-1592)
 
 Comtesse de Ségur (1799-1874), née Sophie Rostopchine
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 141 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services