Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



26 avril 1803 : 3000 fragments d'une météorite tombent dans la région de L'Aigle - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Avril > 26 avril > 26 avril 1803 : 3000 fragments (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 26 avril. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


26 avril 1803 : 3000 fragments
d’une météorite tombent
dans la région de L’Aigle
(D’après « Météorites. À la recherche de
nos origines » (par Matthieu Gounelle) paru en 2013
et « Les indispensables astronomiques et astrophysiques
pour tous » (par Alexandre Moatti) paru en 2009)
Publié / Mis à jour le mardi 4 avril 2017, par LA RÉDACTION


 
 
 
Jusqu’en 1803, les autorités scientifiques refusent d’admettre la réalité des météorites et d’écouter les témoignages s’y rapportant, avant qu’un physicien allemand se risque à remettre la croyance en question, et qu’une pluie de fragments d’une grosse météorite, près de L’Aigle, dans l’Orne, vienne lui donner raison

Pendant longtemps, les météorites furent considérées comme des pierres magiques. Elles faisaient l’objet d’un culte, en particulier en Orient. En 219, Héliogabale, jeune prêtre du Soleil de la ville d’Emèse (aujourd’hui Homs), apporta même une météorite de la Syrie jusqu’à Rome après son élection à la dignité d’empereur des Romains.

Jusqu’à la Renaissance, on attribua aux chutes de météorites un pouvoir oraculaire, comme dans le cas de la météorite d’Ensisheim, dont la chute décida Maximilien de Habsbourg à entrer en guerre contre les Français en 1492. Au XVIIIe siècle, il n’était pas rare que les savants, qui peinaient à identifier l’origine extraterrestre des pierres qu’on leur apportait, raillassent les paysans qui disaient avoir assisté à une chute de météorites.

Chute de la météorite d'Ensisheim le 7 novembre 1492
Chute de la météorite d’Ensisheim le 7 novembre 1492

La première analyse chimique d’une météorite fut effectuée par Antoine Lavoisier et deux autres chimistes en 1769. Utilisant des techniques d’analyse rudimentaires, ils conclurent qu’il s’agissait d’un grès frappé par la foudre. Il fallut attendre 1794 pour qu’un savant allemand, Ernst Florens Friedrich Chladni, défendît l’origine extraterrestre de ces pierres qu’on disait « de tonnerre » ou « de foudre ». Son petit livre de soixante-trois pages publié simultanément à Leipzig et Riga rencontra un accueil contrasté.

En 1802, le jeune chimiste anglais Edward C. Howard détecta du nickel — élément très rare sur Terre — dans quatre météorites et se rallia à l’hypothèse de Chladni. Il fallut cependant attendre la chute de milliers de pierres à L’Aigle, survenue en Basse-Normandie le 26 avril 1803, pour que l’ensemble de la communauté scientifique se convainquît de l’origine extraterrestre des pierres tombées du ciel. Ce changement d’attitude fit suite à la publication d’un rapport rédigé par Jean-Baptiste Biot intitulé Relation d’un voyage fait dans le département de l’Orne pour constater la réalité d’un météore observé à L’Aigle le 6 floréal an XI.

Dans ce rapport, Biot établit la réalité de la chute, démontra que les pierres tombées du ciel n’avaient rien à voir avec l’orage ou les volcans et légitima les témoignages des observateurs — au nombre desquels se trouvent « des hommes faites, des femmes, des enfants, des vieillards ; ce sont des paysans simples et grossiers, qui demeurent à une grande distance les uns des autres ; des laboureurs plein de sens et de raison ; des ecclésiastiques respectables, des jeunes gens qui, ayant été militaires, sont à l’abri des illusions de la peur » — en arguant que « toutes ces personnes, de professions, de mœurs, d’opinions si différentes, n’ayant que peu ou point de relations entre elles, sont tout à coup d’accord pour attester un même fait (la chute de pierres), au même jour, à la même heure, au même instant.

« (...) On n’a jamais vu, avant l’explosion du 6 floréal, de pierres météoritiques entre les mains des habitants du pays. Les collections minéralogiques, faites pour recueillir les produits du département, ne renferment rien de semblable.

« (...) Les fonderies, les usines, les mines des environs n’ont rien dans leurs produits ni dans leurs scories qui ait ave ces substances le moindre rapport. On ne voit dans le pays aucune trace de volcan.

« Tout à coup, et précisément à l’époque du météore, on trouve ces pierres sur le sol et dans les mains des habitants du pays, qui les connaissent mieux qu’aucune autre (...). Ces pierres ne se rencontrent que dans une étendue déterminée, sur des terrains étrangers aux substances qu’elles renferment, dans des lieux où il serait impossible qu’en raison de leur volume elles aient échappé aux regards. »

Le texte de Biot, qui se présente comme une véritable investigation scientifico-policière, établit notamment la présence de fragments sur une ellipse de 10 km de long sur 3 de large, et fera la relation entre le grand axe de l’ellipse et l’orientation de la trajectoire de chute.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Il faut qu'il ait trouvé la pierre philosophale
 
 Renvoyer aux Calendes grecques
 
MANIFESTATIONS
 Le monde d'Hergé à découvrir à la Saline Royale d'Arc-et-Senans
 
 « Imagine Van Gogh » : l'exposition le nez dans les tournesols à la Villette
 
   
 
 

 


Les plus récents
 
 26 avril 1248 : consécration de la Sainte-Chapelle de Paris abritant la couronne d'épines du Christ
 
 26 avril 1566 : mort de Diane de Poitiers, duchesse de Valentinois, favorite du roi Henri II
 
 26 avril 1558 : mort du médecin Jean Fernel
 
 
Et puis aussi...
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 4 ARTICLES

 


Avril
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services