Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Coutumes et traditions : Le nouvel an et son lot d'étrennes « diaboliques » - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Nouvel an (Le) et son lot d'étrennes (...)

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Nouvel an (Le)
et son lot d’étrennes « diaboliques »
(D’après « Dictionnaire des antiquités chrétiennes contenant le résumé
de tout ce qu’il est essentiel de connaître sur les origines
chrétiennes jusqu’au Moyen Age exclusivement » paru en 1865)
Publié / Mis à jour le samedi 1er janvier 2011, par LA RÉDACTION



 
 
 
Consistant en l’échange d’objets à l’occasion du nouvel an, la pratique d’étrennes qualifiées de « diaboliques » par les Pères et les conciles fut très tôt réprouvée et censurée par l’Eglise, au motif qu’il s’agissait d’un usage païen

L’usage des étrennes dans l’antiquité chrétienne ne nous est connu que par ses abus, et par la sévérité que l’Église mit toujours à les réprimer. C’était un reste de paganisme qui se maintint avec une ténacité dont la vigilance des pasteurs ne put triompher qu’à la longue.

Les achats d'étrennes
Les achats d’étrennes
Chez les anciens, les étrennes étaient des présents qui s’échangeaient en l’honneur des dieux et comme gage d’heureux augure. D’après une tradition romaine les étrennes du 1er janvier tireraient leur origine du roi Tatius, qui aurait été dans l’usage d’aller, en ce jour, cueillir la verveine dans le bois sacré de Strenua ou Strenia, déesse de la santé, dans les vues d’attirer sa protection sur l’année qui commençait. D’autres disent que le peuple se rendait en procession au palais du roi sabin pour lui offrir pieusement, avec les souhaits de bonne année, des branches de cet arbuste, qui était censé porter bonheur.

Ce qui est certain du moins, c’est que cette simplicité primitive disparut avec les mœurs antiques ; au commencement de l’empire, l’abus des étrennes était devenu si excessif, que Tibère, si nous en croyons Suétone, se crut obligé d’en restreindre la distribution aux seules calendes de janvier. Car il s’en donnait encore à l’occasion des fêtes des principales divinités, de celle de Saturne par exemple, au mois de décembre, Saturnulitia sportula, et de celle de Minerve, Minervale munus. Caligula paraît avoir respecté les règlements restrictifs de son prédécesseur ; mais il s’en dédommagea en exploitant ses calendes de janvier avec une rapacité inouïe : « Il faisait annoncer qu’il recevrait les étrennes au commencement de l’année, et il se tenait tout le jour dans le vestibule de son palais pour accueillir les offrandes du peuple romain, ad captandas stipes. » (Suétone, In Caium)

Les objets qui s’échangeaient à l’occasion du nouvel an étaient fort variés. Après l’âge d’or des étrennes herbacées, vint celui des comestibles de toute sorte ; on donna plus tard des pièces d’airain, d’argent, d’or ; puis des meubles, des vêtements. Les objets d’étrennes les plus ordinaires, étaient des pugillaires, ou diptyques, à peu près semblables, quant à l’usage du moins, à nos portefeuilles et à nos agendas. Beaucoup de monuments de petites dimensions relatifs aux vœux du nouvel an nous ont été conservés. Ce sont des médailles, des lampes, des tessères de métal ou même de terre cuite.

Janvier. Les étrennes attendues
Janvier. Les étrennes attendues
Mais ce n’est que comme observance idolâtrique d’abord, que la pratique des étrennes fut réprouvée et censurée par les Pères et les conciles : « Tu vas, disait saint Augustin à ses ouailles, tu vas célébrer la solennité des étrennes, tout comme un païen. Faut-il donc que ton amour se porte sur des objets tout opposés à ceux de ta foi et de ton espérance ? Les autres donnent des étrennes, vous, chrétiens, donnez des aumônes. » Ce fut sans doute à raison de cette origine impure des étrennes, et des mobiles si éloignés de l’esprit chrétien qui en accompagnaient la distribution, qu’elles furent souvent appelées étrennes diaboliques. Cette qualification se rencontre dans beaucoup de textes anciens, et en particulier dans un sermon attribué au même saint Augustin (Inter Augustinianos, sermon CXXV) : « Il se trouve des gens qui, aux calendes de janvier, reçoivent et rendent des étrennes diaboliques, diabolicas strenas. »

« Ils observent les augures, continue le même auteur, auguria observant, et, à leurs yeux, il serait d’un fâcheux présage de prêter quoi que ce soit à son voisin, le premier jour de l’année ; ils n’osent pas même, crainte de malheur, donner du feu de leur foyer à ceux qui leur demandent ce faible service. Mais en revanche, la plupart, surtout les habitants de la campagne, mettent à leur porte, pendant la nuit qui précède le premier janvier, des tables chargées de toute sorte de viandes, au service des passants ; et ils se persuadent qu’une telle libéralité assure à son auteur une abondance égale sur sa table pendant tout le cours de l’année. »

Il existait encore en France des traces de cette pratique superstitieuse au septième siècle ; et un concile d’Auxerre, tenu à cette époque (613) dut, pour la déraciner, s’armer de toutes les rigueurs canoniques : Non licet kalendis januarii... strenas diabolicas observare.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Disputer sur la pointe d'une aiguille
 
 Il ne sait ni A, ni B
 
MANIFESTATIONS
 Boire : exposition au musée des Maisons comtoises de Nancray (Doubs)
 
 Victor Planchon : l’inventeur de la pellicule des frères Lumière sort de l’ombre
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Fête de l'Ascension
 
 Les Coches : ancêtre du XVIIe siècle des carrosses et autres diligences
 
 Muguet du 1er mai fêtant le retour véritable des beaux jours
 
 Gent féminine : sa participation de longue date à la vie politique
 
 
Et puis aussi...
 
 Burloir et coq en pâte animent le Bourbonnais
 
 Dîner autrefois : de l'art singulier de passer les plats
 
 Mariage (Cérémonie du) dans le Midi de la France
 
 Tabac (Petite histoire du)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 285 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services