Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Coutumes et traditions : fête de Saint-Lazare (Autun) ou cavalcade suivie d'un simulacre de siège - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Fête de Saint-Lazare à Autun ou (...)

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Fête de Saint-Lazare à Autun ou cavalcade
suivie d’un simulacre de siège
(D’après « Paris, Versailles et les provinces,
au XVIIIe siècle (tome 2) » paru en 1809)
Publié / Mis à jour le jeudi 28 février 2013, par LA RÉDACTION



 
 
 
Avant la suppression des droits féodaux, il existait à Autun, en Bourgogne, une cérémonie annuelle bien singulière, dont l’origine inconnue à ceux même qui en profitaient, et qui, par état auraient dû en être instruits, paraissait remonter à quelque époque mémorable des siècles de la chevalerie, ou plus vraisemblablement à quelque fait extraordinaire passé en l’an 1562, époque à laquelle les protestants furent forcés d’abandonner cette ville, et d’y laisser triompher la religion catholique

Le 29 juillet, jour de la fête patronale de ce diocèse, sous le vocable de Saint-Lazare, après les offices solennels, les chanoines de la cathédrale, revêtus de leurs soutanes, de leurs surplis, de leurs aumusses, et un grand bouquet au côté, montaient à cheval, accompagnés du bas chœur et d’une grande troupe de bourgeois armés de fusils.

Cette cavalcade était précédée par un cavalier armé de toutes pièces, selon l’usage de l’ancien temps, et tenant une lance à la main. Le Chapitre faisait ainsi processionnellement le tour de la ville en dehors, rentrait par la porte par laquelle il était sorti, déposait le cavalier armé sur le perron de l’Hôtel de Ville, où l’on montait à la faveur d’une double rampe, et tout le cortège se dispersait ensuite.

Vue sur la cathédrale Saint-Lazare d'Autun
Vue sur la cathédrale Saint-Lazare d’Autun
De ce moment commençait, sur la grande place de l’Hôtel de Ville, dite de Saint-Lazare, et sous les yeux de l’homme armé, un simulacre de combat ou de siège. Une partie des bourgeois attaquait un fort construit en fascines et gabions, sur cette même place, et défendu par une autre partie de bourgeois qui semblaient y être retranchés. On se tirait force coups de fusils chargés à poudre, on montait à l’assaut, on était repoussé ; et l’on pense bien qu’avec de mauvaises armes, et beaucoup de gens ivres, tout cela ne se passait pas sans accidents.

Cependant, à sept heures du soir les défenseurs arboraient le drapeau blanc et étaient censés se rendre. Les assaillants entraient par une brèche qu’on avait eu soin de pratiquer ; le fort était démoli et les débris étaient employés à un grand feu de joie. A l’instant de la reddition du fort, le chapitre devenait Seigneur de la ville pendant trois jours, et percevait dans cette courte époque tous les droits seigneuriaux, avantage d’autant plus considérable, qu’on remettait à ce moment-là toutes les ventes convenues d’avance, pour tirer un meilleur parti des lots sur lesquels les acquéreurs avaient la certitude d’être traités favorablement.

Cette cérémonie attirait tous les ans à Autun un concours immense de curieux. Deux jeunes officiers d’artillerie passant par cette ville en 1769, et voyant les préparatifs que l’on faisait, en demandèrent le sujet. On le leur expliqua dans le plus grand détail. Ce récit excita leur gaieté, et les détermina à s’arrêter pour participer activement à la fête. Ils allèrent en effet se mêler parmi les ouvriers, et leur distribuant de l’argent et du vin, les engagèrent à mettre plus de régularité dans la construction du fort, et à faire des ouvrages avancés pour sa défense.

Le grand jour de l’attaque arrivé, ils entrèrent dans la citadelle, et furent d’autant plus volontiers choisis pour chefs par la garnison bourgeoise, qu’ils y apportèrent force provisions de bouche. Ils disposèrent en conséquence leurs troupes dans les redoutes, ainsi qu’autour des remparts, établirent des postes en avant, avec ordre d’annoncer l’arrivée de l’ennemi, et de se replier sur le fort après un léger combat, et se firent promettre obéissance absolue par tous ces nouveaux soldats, enchantés de donner au public un spectacle vraiment militaire.

Le combat s’engagea, selon l’usage, immédiatement après la procession. On opposa une faible résistance dans les ouvrages avancés, qui furent emportés par les assaillants, ainsi qu’on en était convenu, et les troupes qui les défendaient se retirèrent en bon ordre dans la citadelle, d’où l’on continua à se fusiller de part et d’autre. On fit des sorties, elles furent repoussées, et l’on donna vraiment l’image d’un siège en règle. Cependant, après sept heures, et même huit heures sonnées, le fort ne se rendant point, les assaillants curent devoir envoyer un parlementaire aux chefs, pour leur représenter qu’ils ne devaient pas tenir plus longtemps, et qu’il fallait arborer le drapeau blanc en signe de reddition.

Fontaine Saint-Lazare à Autun
Fontaine Saint-Lazare à Autun
Les officiers firent entrer l’envoyé, lui montrèrent les munitions de toute espèce qu’ils avaient en abondance, lui déclarant qu’avec d’aussi braves troupes ils étaient résolus de se défendre jusqu’à l’extrémité, et le firent reconduire par une députation chargée de porter cent bouteilles de vin au général ennemi, pour être distribuées à ses troupes.

On accueillit très bien la plaisanterie, et le combat se ranima avec beaucoup de gaieté. Mais la nuit commençant à paraître, les assaillants se lassèrent de ce badinage, et se retirèrent peu à peu. Le feu ayant cessé, on envoya de la place des patrouilles qui ramenèrent quelques prisonniers ; et lorsqu’il fut décidé que le siège était levé, les officiers firent tirer dans le fort un très joli feu d’artifice en signe de réjouissance, et repartirent le lendemain.

Cependant cet amusement, très innocent en lui-même, et qui avait beaucoup diverti les spectateurs, n’ayant pu se passer sans quelques légers désordres, suite inséparable des cohues populaires, il n’en fallut pas davantage pour déconcerter la gravité des principaux magistrats qui, dans leur mauvaise humeur, curent y voir une infraction à l’ordre public. Ils cherchèrent à exaspérer le peuple, dressèrent des procès-verbaux, qui ne pouvaient que constater la gaieté des jeunes militaires qui s’étaient mis à la tête de cette plaisanterie, et ne voyant pas de motifs suffisants pour les traduire en justice, imaginèrent de faire passer leurs plaintes au ministre de la Guerre.

Le duc de Choiseul, chargé alors de ce département, ne fit qu’en rire. Il amusa beaucoup le roi du récit de ce petit événement, et de la grande colère des magistrats qui voulaient en faire une affaire sérieuse. Ils ne reçurent pas de réponse, et l’on fit seulement ordonner aux deux officiers d’artillerie, pour leur propre sûreté, de ne pas passer par Autun à leur retour.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Manger son blé en herbe
 
 C'est son dada
 
MANIFESTATIONS
 Boire : exposition au musée des Maisons comtoises de Nancray (Doubs)
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Fête de l'Ascension
 
 Les Coches : ancêtre du XVIIe siècle des carrosses et autres diligences
 
 Muguet du 1er mai fêtant le retour véritable des beaux jours
 
 Gent féminine : sa participation de longue date à la vie politique
 
 
Et puis aussi...
 
 Prix de la viande autrefois, consommation et réglementation
 
 Procession des Harengs
 
 Jeu du Diable boiteux
 
 Jeu du hoca (L'engouement pour le) au temps de la Fronde
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 285 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services