Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Coutumes et traditions. Rayonnement des universités françaises. Rôle des écoles de France dans la propagation instruction en Orient - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Rayonnement des universités françaises à

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Rayonnement des universités françaises
à l’étranger il y a un siècle
(D’après « Le Petit Parisien », n° du 15 janvier 1910)
Publié le vendredi 30 mai 2014, par LA RÉDACTION


 
 
 
 
En 1910, un chroniqueur du Petit Parisien, observant l’affluence en France d’étudiants venus de tous les points du monde, y voit une reconnaissance de l’excellence des universités françaises qui renouent ainsi avec le temps glorieux où elles constituaient de souveraines dépositaires des trésors de la science, et se plaît à rappeler le rôle essentiel de notre pays dans la propagation de l’instruction en Orient

On ne saurait attacher trop d’importance, dans l’évolution des idées contemporaines, au rayonnement croissant qu’exercent sur le monde les universités françaises et d’abord l’Université de Paris. La loi de 1896 qui a donné aux universités l’existence juridique et l’indépendance a été pour elles le signal d’une renaissance dont, après quatorze ans, on commence à apercevoir les résultats. Ces résultats sont si honorables pour notre pays, ils peuvent être pour l’avenir d’une telle portée, qu’il n’est pas inutile d’en préciser la nature et l’étendue.

Recteur de l'Université de Paris en 1586
Recteur de l’Université de Paris en 1586
Le premier point qui doit être mis en lumière, c’est l’attraction qu’exerce l’Université de Paris sur les étudiants de tous pays. Dans une excellente étude qu’un de nos compatriotes, professeur en Egypte, M. Chilot, vient de publier dans la Revue, je relève les chiffres suivants : sur 17 303 étudiants inscrits aux registres de l’Université de Paris pendant l’année scolaire 1907-1908, il n’y a pas moins de 3 361 étrangers ou étrangères, 926 pour le droit, 520 pour la médecine, 773 pour les sciences, 1 062 pour les lettres.

A l’intention de ces jeunes hôtes de la France, l’Université a créé des diplômes purement scientifiques, qui, naturellement, ne confèrent pas les mêmes droits pratiques, notamment l’accès aux carrières que les diplômes réservés aux Français, mais qui sont le témoignage solennel des efforts accomplis et du travail fourni. C’est le cas du doctorat d’université à la Faculté de médecine, du certificat d’études françaises à la Faculté des lettres, du diplôme de pharmacie à l’Ecole de pharmacie.

Cette affluence d’étudiants venus de tous les points du monde suffit à prouver en quelle estime est tenue notre université parisienne. Elle a repris l’éminente situation qu’elle possédait autrefois, au temps où l’on disait d’elle qu’elle était « la souveraine dépositaire des trésors de la science ». Tout récemment, plus de cent étudiants turcs sont venus prendre place sur ses bancs, et, à cette occasion, un des plus importants journaux de Constantinople écrivait : « Avant tout, nous devons reconnaître que c’est la France qui a le plus fait pour la propagation de l’instruction en Orient et que les jeunes étudiants qui ont été envoyés en France, en sont revenus non seulement en retirant de leurs études un profit matériel, mais aussi et surtout un profit moral. Ce n’est donc pas seulement une simple inclination que nous éprouvons pour la France, mais un profond sentiment de reconnaissance. »

Comment oublier, d’ailleurs, ce que M. Liard, recteur actuel de notre Université de Paris, disait il y a quelques mois en recevant M. Carnegie ? Dans les quelques centaines de mètres carrés où se dressent la Sorbonne et le Collège de France, l’esprit humain a réalisé quelques-unes de ses plus magnifiques conquêtes. C’est là qu’Ampère a fait les découvertes sans lesquelles ni la télégraphie, avec ou sans fil, ni le téléphone, ni l’électricité industrielle n’existeraient. C’est là que Pasteur a renouvelé la chimie et les sciences biologiques. C’est là que Berthelot a, pour la première fois, donné à l’homme le pouvoir créateur dans les applications de la synthèse. C’est là que Lippmann a inventé la photographie des couleurs, Moissan le four électrique, Curie étudié les propriétés du radium.

On comprend donc le prestige qu’exerce au dehors un tel foyer de science et l’on éprouve d’autant plus de fierté à constater cette attraction, qu’on la reconnaît mieux justifiée. Au surplus, depuis quelques années, l’Université de Paris ne s’est pas bornée à recevoir chez elle ceux qui venaient frapper à sa porte et à les recevoir de son mieux. Elle a aussi pris soin d’entrer en relations directes avec les pays étrangers et de porter au loin la science dont elle est dépositaire.

Un grand nombre de comités, nés sous son patronage, ont établi des relations suivies entre elle et les pays étrangers. C’est le cas, par exemple, du comité de patronage des étudiants étrangers, fondé en 1891, du comité franco-américain, fondé en 1893, de l’Association franco-écossaise, fondée en 1896, du bureau des renseignements, créé en 1904, de l’Association franco-scandinave, qui date de la même année, du comité de patronage des étudiants ottomans, institué il y a quelques mois.

Carte d'immatriculation de l'Université de Paris 1905-1906
Carte d’immatriculation de l’Université de Paris 1905-1906
D’autre part, des maîtres français visitent de plus en plus les universités étrangères. Depuis des années déjà, la grande université Harvard, à Boston, reçoit, chaque année, des maîtres français, grâce à la fondation Hyde. M. Boutroux, le plus illustre de nos philosophes contemporains, y représente, en ce moment même, la science française. Un autre groupement s’est formé pour l’Amérique latine et déjà MM. Dumas, professeur à la Sorbonne ; Richet, professeur à la Faculté de médecine ; Egli, agrégé de l’Université, ont commencé là-bas des cours qui ont obtenu le meilleur succès.

Faut-il parler de l’Orient, où, comme on sait, les écoles françaises, soit religieuses, soit laïques, ont toujours occupé une situation éminente ? De l’Egypte, notamment, où toute la jeunesse indigène est restée fidèle avec ferveur à l’enseignement français ? Faut-il parler aussi de l’accueil chaleureux reçu à Prague par les représentants de notre Université ? Et il serait injuste d’oublier d’autres créations, œuvres des universités de province : l’Union des étudiants français en Espagne, oeuvre de l’Université de Toulouse ; l’Ecole des hautes études hispaniques de Madrid, œuvre de l’Université de Bordeaux ; l’Institut français de Florence, œuvre de l’Université de Grenoble.

A constater ces résultats obtenus en si peu de temps, on est amené à penser, comme l’écrivait récemment un de nos recteurs, que l’action des universités françaises à l’étranger, quoiqu’elle n’ait pas été parmi les effets annoncés de la loi qui leur conféra l’autonomie, n’est pas, cependant, un des moins heureux. Ces succès sont d’autant plus agréables à rappeler qu’ils sont l’œuvre de la collaboration constante et cordiale du corps enseignant et du corps enseigné.

L’Association générale des étudiants, qui a maintenant sa maison et qui, en un quart de siècle, a réalisé de si beaux progrès, n’a cessé, par sa participation active à toutes les manifestations des universités étrangères, de vivifier le nom de la France et de réchauffer les sympathies dont nous étions déjà l’objet. On a donc toute raison de dire, en étudiant ce magnifique foyer intellectuel et moral, que jamais le rayonnement de la France n’a été plus grand et, pour être pacifique, ce rayonnement n’est ni moins beau ni moins fécond qu’il ne fut à d’autres époques.

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Samain (Samhain), Toussaint, nuit d'Halloween et Fête des morts
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Servir de Triboulet
 
 Abondance de bien ne nuit pas
 
MANIFESTATIONS
 Animaux célèbres de la Ménagerie : exposition des 220 ans (du 20/09/2014 au 04/01/2015)
 
 L'Opéra Comique met en vente ses costumes pour ses 300 ans
 
 
 
 


Permaculture : agriculture respectant la Nature
Débarrassée d’un modèle industriel intrinsèquement nuisible à l’Homme
Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 2 : L’essai mérovingien
Louis XVII : roi martyr emprisonné au Temple
Itinéraire d’un enfant que la République a voulu corrompre puis a délibérément tué
Temps de travail au Moyen Age
Nos ancêtres n’étaient pas les brutes de travail qu’on imagine : ils avaient 190 jours de congés par an
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Singuliers présents distribués aux amoureux évincés en Bretagne
 
 Voyages à pied : plébiscités avant d'être supplantés par l'automobile
 
 Vaudeville : chanson des villes ingénieuse et satirique consacrée par le théâtre
 
 Vie quotidienne des prisonniers de la Bastille ou le mythe des cachots insalubres
 
 
Et puis aussi...
 
 Toussaint (Fête de la) : origine, histoire
 
 Noël à l'Epiphanie (De)
 
 Etrennes (Le temps des) et tentative de suppression par l'Assemblée nationale constituante en 1789
 
 Jeu du tour du monde : apprendre l'histoire, la géographie, l'économie en s'amusant, au XIXe siècle
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 209 ARTICLES

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services