Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 18 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Histoire de France : magazine (numéro 36), revue historique

Vous êtes ici : Accueil > Le Magazine 36 pages > Numéro 36 (Octobre/Novembre/Décembre (...)
Le Magazine 36 pages
Au sommaire du NUMÉRO 36 : saignée ; vigne gauloise ; baguette divinatoire ; liberté vestimentaire ; dérangeant Furetière ; baptême du Tropique...
Numéro 36
(Octobre/Novembre/Décembre 2010)
 
Nées du sentiment chrétien de certains sculpteurs du XIIe siècle, les Vierges ouvrantes sont des sortes d’armoires contenant des scènes ayant trait soit à la Vie ou la Passion du Christ, soit aux personnes de la Sainte-Trinité. Si l’abbé Clément définit les Vierges ouvrantes comme « des statues s’ouvrant en forme d’armoire ou mieux de triptyques », (...)
Publié le jeudi 30 septembre 2010, par LA RÉDACTION
 
 
La France pittoresque, c'est aussi le premier magazine de la petite Histoire de France : une revue de 36 pages couleur lancée l'hiver 2001/2002, s'appuyant sur des chroniques d'époque et abondamment illustrée de gravures anciennes. Pour partir sur les traces de ses ancêtres et mieux connaître ses racines.

Constituée d'ARTICLES DE FOND permettant au lecteur de connaître les POINTS-CLÉS de chaque thème abordé, ainsi que les ANECDOTES historiques et piquantes qui s'y rapportent, cette publication aborde tous les aspects d'une vie oubliée ou méconnue, des traditions aux légendes, en passant par les métiers, les industries, les inventions, les fêtes, les institutions, les rites ou encore les personnages ayant marqué leur temps. Lancée en décembre 2001, cette revue sans publicité de la France d'autrefois, porte un regard original et inhabituel sur notre passé. Magazine culturel et de loisir mettant en avant l'Histoire enrichissante et piquante, sa ligne éditoriale en rend la lecture accessible à tous.

Au sommaire de ce numéro...

Importée d’Asie en Europe, la vigne, qui doit semble-t-il aux Phocéens fondant Marseille son enracinement sur le sol français, suscite l’engouement des Gaulois qui bientôt accouchent d’un vin réputé, (...)
 
Les Gaulois imaginèrent de fumer leurs vignes avec de la cendre, usage qui au rapport de Pline était celui de la Gaule narbonnaise. On y poudrait même de cendre les raisins, lorsqu’ils commençaient (...)
 
Pendant tout le Moyen Age, la passion du vin fut un vice fort répandu parmi les gens d’église, depuis le plus humble clerc jusqu’à l’évêque, depuis le dernier des moines jusqu’à l’abbé. La sobriété était (...)
 
Afin d’interdire les corridas ayant de nouveau cours en France dès le Second Empire, la Société Protectrice des Animaux invoque une loi de 1850 réprimant les mauvais traitements infligés aux animaux (...)
 
Le 7 octobre 1893, le tribunal de police de Bayonne relaxe, sans amende, tous les prévenus impliqués dans une corrida, estimant non réunies les conditions imposées par la loi de Grammont pour (...)
 
Région riche en coquilles fossilisées constituant un précieux amendement et dont l’origine ne sera expliquée qu’au XVIe siècle par Bernard Palissy, les falunières recelaient aussi l’épée de Charles (...)
 
Moyen de divination appliqué aux choses morales chez les Anciens, la baguette divinatoire, rameau fourchu de coudrier, d’aulne ou de hêtre, divise les philosophes hermétiques quant à sa faculté de (...)
 
Quatre ans avant de s’illustrer dans l’élucidation du crime de Lyon, Jacques Aymar, fils d’un paysan et né le 8 septembre 1662 à Saint-Véran, près de Saint-Marcellin (Isère), avait donné la (...)
 
Malgré le discrédit jeté sur le sourcier Jacques Aymar, la baguette divinatoire ne cessa pas d’être en usage au XVIIIe siècle, les hommes les plus renommés pour découvrir les sources étant également du (...)
 
Gardant un souvenir empreint de mystère d’une fête mettant en scène une « bête » et se déroulant le 14 juillet au cœur du bourg de Broglie, la marquise de Luppé se décide, quelque 40 ans plus tard, à en (...)
 
Créée suite à la suppression de la fête de l’Epinette, celle du Broquelet fut à l’origine celle des dentellières, cette industrie importée à Lille au XVIe siècle et qui occupait une grande partie de la (...)
 
L’Epiphanie, qui se célèbre le 6 janvier, ne rappelle pas simplement pour les Lorrains le souvenir des rois mages, mais également l’anniversaire de l’un des principaux épisodes de leur histoire (...)
 
La recherche d’eaux ferrugineuses devint à la mode après que la reine Anne d’Autriche, accusée d’être stérile, eût accouché du futur Louis XIV grâce, dit-on, à l’eau de Forges, en Normandie. A cette (...)
 
Jouissant de privilèges assez anciens, oiseleurs et oiseliers, chassant puis faisant commerce de toutes sortes d’oiseaux qui alimentent les volières aménagées dans les palais et châteaux, constituent, (...)
 
Dans son Dictionnaire, Chaillaud rapporte plusieurs arrêts du parlement de Paris, qui ont maintenu les oiseleurs dans leurs privilèges. Un arrêt du 17 mai 1573 est ainsi conçu : « Vu par la cour la (...)
 
Une sentence de la maîtrise de Paris, du 27 mai 1735, fit défense à toute personne de faire le métier et le commerce d’oiseleur, directement ni indirectement, sous quelque prétexte que ce puisse être, (...)
 
Une croyance alsacienne veut que les brouillards soient causés par un petit esprit malin, nommé Nèwwelmännel, génie des brouillards qui se plaît à égarer les voyageurs attardés ; et l’on avait jadis (...)
 
En 1871, un certain Couesmes présente au public son café persan ou liqueur anti-épidémique comme un « préservatif certain du choléra, de la fièvre typhoïde épidémique ou endémique, de la peste, de la (...)
 
La foudre qui frappe de mort les êtres vivants, incendie les maisons, déchire les arbres et disparaît ensuite dans la terre, n’a jamais été comprise sans un trait matériel. Dans le sud-est de la (...)
 
Conseiller honoraire à la Cour de cassation et chroniqueur au Correspondant, Crépon s’interroge en 1900 sur les droits des citoyens quant aux vêtements qu’ils peuvent porter en public et, partant, sur (...)
 
En 1900, pendant quelques semaines, on put voir placardé sur les murs de la commune du Kremlin-Bicêtre un arrêté du maire s’appuyant notamment sur la loi du 5 avril 1884 ayant trait au pouvoir des (...)
 
Remontant à la plus haute antiquité, la saignée, dont l’efficacité le doit aux saisons voire aux jours où elle est pratiquée, constitue la base presque unique de la thérapeutique du Moyen Age, avant (...)
 
Dans ses Cours d’opérations de chirurgie, Pierre Dionis, médecin de Louis XIV dès 1672, énumère les préparatifs indispensables au bon déroulement d’une saignée. L’opérateur doit commencer par faire (...)
 
Du XVIe au XVIIIe siècle, et à la différence d’Hippocrate qui proscrivait la saignée durant la grossesse, on abusa de la pratique de tirer du sang chez la femme enceinte. Dès 1557, Amatus Lusitanus (...)
 
Au XIXe siècle, un naturaliste redécouvre les formidables vertus de l’ortie, plante qui bien que ne nécessitant ni engrais ni terrain particulier, s’avère être une précieuse substance alimentaire, (...)
 
Dès le Ier siècle de notre ère, Pline affirme que l’ortie, par son amertume mordicante, rétablit la situation des parties et guérit les relâchements de la luette, les chutes de la matrice, et celles de (...)
 
La décision du roi de changer, en 1515 et à la demande de son conseiller le puissant évêque du Mans, la date de l’immémoriale cérémonie de la procession et du tir de la lance, provoque un feu nourri de (...)
 
Cérémonie observée lors du premier franchissement de l’Equateur ou d’un Tropique et consistant notamment pour les matelots en l’immersion des passagers, le baptême sous la Ligne se veut originellement (...)
 
Le 20 mai 1798, le chansonnier Ange Pitou qui se rendait en Guyane, passa la Ligne et consigna cet événement dans son Voyage à Cayenne : « Les marins s’assemblent au moment où l’officier de quart (...)
 
Les farces du baptême du Tropique furent la cause d’un célèbre procès qu’intenta au capitaine de la Claudia un gentilhomme angevin, le sieur de la Pommeraye - greffier en chef de l’intendant de (...)
 
Le 29 avril 1903, en vertu de la loi sur les congrégations religieuses et à la demande du Président du Conseil, le procureur de la République de l’Isère procède à l’expulsion manu militari des frères de (...)
 
Le 12 avril 1903, à quelques jours de l’échéance de l’ultimatum du gouvernement, le frère Michel, Révérend Père Général de la Grande Chartreuse, fait parvenir à Emile Combes une lettre où nous lisons (...)
 
Lexicographe émérite, Antoine Furetière s’attelle dès sa prime jeunesse à la confection d’un Dictionnaire universel, projet affiché pour lequel il obtient un privilège royal mais lui valant les foudres (...)
 
Aux premières attaques qu’essuya Furetière, il répondit : « Tant s’en faut que mon Dictionnaire universel fasse tort à celui de l’Académie, qu’au contraire il lui fera honneur. Elle donnera deux (...)
 
Furetière fustige dans ses placets l’aréopage des académiciens obstiné à n’admettre que des mots bien connus, dont la définition fût facile et sûre, un parti s’étant même formé pour supprimer les mots car, (...)
 
Nées du sentiment chrétien de certains sculpteurs du XIIe siècle, les Vierges ouvrantes sont des sortes d’armoires contenant des scènes ayant trait soit à la Vie ou la Passion du Christ, soit aux (...)