Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 28 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

23 décembre 1420 : Lit de justice où le dauphin est déshérité

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Décembre > 23 décembre > 23 décembre 1420 : Lit de justice où (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 23 décembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
23 décembre 1420 : Lit de justice
où le dauphin est déshérité
Publié / Mis à jour le samedi 22 décembre 2012, par LA RÉDACTION
 

Jean sans Peur, duc de Bourgogne, avait fait assassiner en 1407 son cousin le duc d’Orléans. Ce meurtre fut vengé par un autre meurtre. Le dauphin, fils de Charles VI, ayant attiré le duc de Bourgogne dans une entrevue, le fit ou le laissa du moins assassiner en sa présence.

Le fils du duc assassiné joignit son ressentiment à celui d’Isabelle de Bavière, devenue une marâtre implacable pour le dauphin, qui lui avait enlevé des trésors amassés aux dépens du peuple. Tous deux appellent Henri V, roi d’Angleterre, à leur secours. Isabelle lui donne sa fille en mariage, et la France pour dot, avec le titre de régent jusqu’à la mort du roi, devenu entièrement imbécile. Henri vint s’établir à Paris, où il régna sans contradiction.

Le duc de Bourgogne fit demander solennellement justice aux deux rois du meurtre de son père. Il fut convoqué une assemblée de tout ce qui restait de grands, à laquelle assista le premier président du parlement de Paris, et quelques députés de son corps. C’est dans ce fameux lit de justice, tenu en présence de Henri V, roi d’Angleterre, que Charles VI nomma son très amé fils Henri héritier et régent du royaume ; au lieu qu’en parlant de son propre fils, seul et unique héritier de la couronne, il ne le nommait que Charles, soi-disant dauphin.

Monstrelet et d’autres historiens prétendent que le dauphin fut cité à la Table de marbre. C’était une grande table qui servait, du temps de saint Louis, à recevoir les redevances en nature des vassaux de la tour du Louvre, et qui resta depuis comme une marque de juridiction. Le dauphin, n’ayant pas comparu, fut jugé par contumace, avec tous ses complices, banni à perpétuité, et déclaré incapable de succéder à la couronne.

Le président Hénault et d’autres historiens modernes ont voulu élever des doutes sur cette condamnation ; mais les circonstances où elle fut portée, la rendent très vraisemblable. Henri V, gendre de Charles VI, nommé régent et héritier du royaume, avait le plus grand intérêt à la condamnation et au dépouillement de l’héritier légitime. Philippe, duc de Bourgogne, fils du duc assassiné, était tout-puissant dans Paris ; la mère du dauphin haïssait mortellement son fils ; le roi, privé de sa raison, était entre des mains étrangères, réduit à cet état déplorable qui rend un homme le jouet des autres hommes.

Malgré cette condamnation, le dauphin régna dans la suite sous le nom de Charles VII.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !