Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 21 juin DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Enseignement, éducation : dangers de l'apprentissage par coeur. L'école, formation des élèves, analyse et esprit critique - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire éclaire l’Actu > Méthodes d'enseignement : dangers (...)

L’Histoire éclaire l’Actu

L’actualité au prisme de l’Histoire, ou quand l’Histoire éclaire l’actualité. Regard historique sur les événements faisant l’actu


Méthodes d’enseignement : dangers d’un
apprentissage par coeur contraire
à la formation de l’esprit critique
(Extrait de « Ma revue hebdomadaire illustrée », n° du 26 avril 1908)
Publié / Mis à jour le mercredi 14 mars 2018, par LA RÉDACTION

 
 
 
Au début du XXe siècle, un chroniqueur de Ma Revue hebdomadaire illustrée dénonce la politique d’enseignement de l’ « école des perroquets », qui érige l’art de réciter en méthode de formation des jeunes esprits, à l’origine d’une servitude intellectuelle et de l’incapacité d’émettre un avis éclairé qu’il observe chez la plupart de nos concitoyens

Nous connaissions l’Ecole des femmes, l’Ecole des maris ; on vient de découvrir l’école des perroquets, écrit Henri d’Alméras. Elle existe au Grand-Montrouge – partie de la ville de Montrouge après que cette dernière eût été amputée en 1860 du Petit-Montrouge suite à l’extension de Paris –, et elle a pour but de compléter l’éducation de ces étranges volatiles qui ont toujours l’air d’avoir avalé un phonographe et de n’avoir pu le digérer.

L'école des perroquets, par Grandville
L’école des perroquets, par Grandville

Elle leur apprend à parler, elle leur donne suivant qu’on le désire, l’accent du Nord ou celui du Midi. Elle leur forme un répertoire, moins étendu, je me plais à le reconnaître, que celui du Théâtre-Français.

(...)

On ne se doute pas du temps que réclame, de la patience qu’exige l’éducation de Jacquot. L’école, signalée ces jours-ci au public, a tout un personnel. On y fait de véritables classes. Il y a des élèves déjà dressés qui enseignent les autres. Ce sont des perroquets répétiteurs. Ils ont droit à un supplément de nourriture. En somme, rien ne manque à cet établissement modèle qui a plus de pensionnaires qu’il n’en peut abriter. Après avoir élargi ses programmes, il va être obligé d’élargir ses locaux.

Cette école des perroquets, j’ose à peine en faire l’aveu, me rappelle nos lycées et nos collèges. Je ne puis m’empêcher de croire qu’on y applique des procédés analogues et qu’on y arrive à peu de chose près aux mêmes résultats. Et puisque m’est offerte l’occasion de le dire ici,-dans cette revue qui s’adresse à un public cultivé et intelligent, je ne vois pas pourquoi j’hésiterais à en profiter.

Professeurs et instituteurs me sont connus. Je les ai vus de près. Leur savoir égale leur dévouement, et on ne pourrait en faire un plus bel éloge. Malheureusement, ils sont, dans bien des cas. des forces perdues. On ne les utilise pas assez. On emprisonne leur mérite et leur zèle, et toutes leurs facultés d’initiative, et toutes leurs tendances vers le progrès dans les plus déplorables méthodes, depuis longtemps condamnées et toujours vivantes. Ces méthodes, les gens mal renseignés les reprochent à ces maîtres excellents et, en réalité, ils les subissent. Ils leurs doivent tant de stériles efforts, tant d’échecs immérités !

Education de perroquets, peut-on donner un autre nom à celle que reçoivent chez nous les enfants ? Rappelez vos souvenirs d’écolier, et je souhaite pour vous qu’ils ne remontent pas trop haut. À l’école, au collège, au lycée, dans les mois d’hiver où les classes s’emplissaient de nuit, dans les mois d’été où les promenades, loin, bien loin de la prison pédagogique, auraient eu tant de charme, presque tout notre temps ne se passait-il pas à apprendre par cœur, à réciter ?

Réciter, réciter tous les matins, tous les soirs, et du français, et du latin, et du grec, ce fut le tourment et le cauchemar de ma vie de collégien. Et bien d’autres que moi, assurément, s’en souviennent avec la même impression d’ennui et de rancune. Vingt vers, trente vers qu’il fallait débiter tout d’une haleine – peu importait qu’on les comprît ou non – sans faire plus de quatre ou cinq fautes, et le professeur, à chaque faute, tendait vers vous un doigt menaçant. Heureux les bègues, ils étaient, par faveur spéciale, préservés de celle angoisse et de ce supplice !

Le perroquet écolier
Le perroquet écolier

C’est ainsi que des maîtres, condamnés eux aussi à observer les règlements, nous ont dégoûtés de celle belle littérature classique à laquelle certains d’entre nous, trop rares, sont tardivement revenus. Et cependant ni Corneille, ni Racine, ni Molière, ni La Fontaine ne sont responsables du triste usage qu’on faisait de leurs vers à nos dépens. Virgile n’a pas composé l’Enéide pour qu’on pût accabler de pensums ou de retenues de petits Français du dix-neuvième siècle.

Pour nous préparer à ce baccalauréat qui fut dès l’origine, et qui est encore beaucoup trop, un grand concours de récitation, on nous a tout appris par cœur, la grammaire, la littérature, l’histoire, les sciences. On a fait une si large part à la mémoire qu’il n’est presque rien resté pour la réflexion et le raisonnement.

Les résultats de ces méthodes d’enseignement, les résultats mauvais et dangereux, apparaissent avec tant d’évidence que les esprits même les plus optimistes osent à peine les contester. Des Français réellement instruits et qui aient des opinions à eux, en connaissez-vous beaucoup ? Comme au collège, on récite, on répète. On a peur d’émettre un avis, d’exprimer un jugement, qui ne soient pas ceux de tout le monde. Même les gens qui affectent de se singulariser se contentent le plus souvent, de mêler à leur servilité intellectuelle une forte dose de prétention. Ils appartiennent à un groupe et ils suivent un mot d’ordre. Demandez-leur d’expliquer leurs théories et de justifier leurs admirations, et vous les gênerez considérablement,. Ils récitent et répètent, eux aussi, avec autant d’incompréhension mais avec moins de simplicité.

Oui, vraiment, des écoles de perroquets nous en avons trop en France, et j’appelle de tous mes vœux l’époque encore lointaine où l’on s’efforcera d’habituer les enfants à dire ce qu’ils pensent, à penser ce qu’ils disent, à donner sur chaque chose leur opinion, bonne ou mauvaise, à ne pas s’en tenir à des admirations de commande et à se servir de leur Intelligence autant que de leur mémoire.

Le jour, qui n’est pas prochain, où l’on sera entré dans cette voie, on augmentera, je crois, dans de fortes proportions, le nombre des hommes remarquables et des citoyens utiles.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Nul n'est prophète dans son pays
 
 Brave comme saint George
 
MANIFESTATIONS
 Trésors oubliés de l'expédition Schley : un drôle de cabinet de curiosités
 
 ArkéAube : voyage dans l'Aube d'avant notre ère
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Recyclage et mise à profit des déchets domestiques : une préoccupation ancienne
 
 L'an 2000 vu par le chimiste Marcellin Berthelot à la fin du XIXe siècle
 
 Presse d'information : quel degré de fiabilité accorder à un journalisme subventionné ?
 
 Honneur et argent : quand la course au profit mène un peuple à sa ruine
 
 
Et puis aussi...
 
 Démocratie ou l'art de tirer de l'homme le plus possible en lui rendant le moins possible
 
 Scandales politico-financiers : impunité décriée et crise de confiance
 
 Circulation automobile (La) déjà considérée comme un fléau dans les années 1930
 
 Le capitalisme est-il né à Toulouse ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 162 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2018 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services