Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 21 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Le fraisier blanc du capitaine Frézier

Vous êtes ici : Accueil > Faune, Flore > Fraisier blanc (Le) du capitaine (...)
Faune, Flore
Arbres célèbres, vertus des plantes, croyances liées aux animaux. Faune et flore vues par nos ancêtres. Balade au coeur des règnes animal et végétal
Fraisier blanc (Le)
du capitaine Frézier
(Source : Le Figaro)
Publié / Mis à jour le mercredi 27 juin 2018, par LA RÉDACTION
 
 
 
Daniel Lejeune, responsable de la bibliothèque de la Société nationale d’horticulture de France, raconte l’origine des délicieuses fraises à gros fruit de nos jardins

En 1712, un capitaine du génie maritime prénommé François Amédée, quitta Saint-Malo pour dresser une cartographie des côtes chiliennes. Il y découvrit à terre une fraise locale à gros fruits parfumés, de couleur étonnamment blanche, dont il rapporta quelques plants. Ces derniers prolongèrent leur périple jusqu’à Marseille, au jardin botanique de Brest, et finalement, à Plougastel où quelques amateurs cultivèrent cette Blanche du Chili. Cerise, ou plutôt fraise sur le gâteau, ce marin portait un nom prédestiné : il s’appelait Frézier !

François-Amédée Frézier en uniforme d'ingénieur des fortifications
François-Amédée Frézier en uniforme d’ingénieur des fortifications

Peu après, Antoine Nicolas Duchesnes, jardinier à Trianon, réunit une somptueuse collection de fraisiers des deux mondes, l’Ancien et le Nouveau. Il hybrida le fraisier du Chili avec celui de Virginie, reçu du Québec et obtint les premières fraises à gros fruits.

« Saint Joseph », première fraise remontante
Plus tard, vers 1842, l’horticulteur Jamin, installé à Bourg-la-Reine (aujourd’hui dans les Hauts-de-Seine) obtint une superbe variété de haute qualité qu’il dédia à la vicomtesse Héricart de Thury, épouse du président fondateur de la Société d’horticulture de Paris. Le jargon jardinier, toujours simplificateur, en réduisit le nom à Héricart de Thury, puis à Héricart, puis finalement à Ricart, encore qu’elle n’ait nullement un parfum anisé. La Ricart sera cultivée jusque dans les années 1930.

Fraisier remontant à gros fruits Jeanne d'Arc. Illustration extraite de la Revue horticole parue en 1898
Fraisier remontant à gros fruits Jeanne d’Arc. Illustration extraite
de la Revue horticole parue en 1898

Autre date importante dans l’histoire de ce délicieux petit fruit rouge : en 1893, l’abbé Thivolet obtint par miracle la Saint Joseph, première des variétés réellement remontantes. C’est-à-dire capable de fleurir plusieurs fois dans la saison et donner des fruits jusqu’en octobre.

On a coutume aujourd’hui de dire que seul le naturel est bon. Pourtant, si l’on compare les fraises des bois, délicieuses au demeurant, avec les variétés euro-américaines cultivées dans nos jardins ou exposées sur les étals des primeurs, il est indéniable que, grâce à la sélection, le progrès existe en horticulture !

Marc Mennessier et Valérie Lejeune
Le Figaro

Accédez à l’article source

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !