Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Les Français et l'Histoire : pas au niveau !

Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire fait l’Actu > Les Français et l'Histoire : pas au (...)
L’Histoire fait l’Actu
Quand Histoire et Patrimoine font la une, s’invitent dans notre quotidien et deviennent un sujet d’actualité. Le passé au cœur de l’actu.
Les Français et l’Histoire : pas au niveau !
(Source : Le Point)
Publié / Mis à jour le mercredi 31 mai 2017, par LA RÉDACTION
 
 
 
Le magazine Historia a soumis à des Français quelques questions du certificat d’études d’Histoire : moins de la moitié l’aurait tout juste décroché

Les nouveaux pédagogues diront que l’exercice est stérile, car passéiste. Les gardiens du temple se lamenteront sur ces connaissances en voie de disparition... Mais la photographie reste intéressante : le magazine Historia daté du mois de juin a décidé de soumettre, par sondage, une batterie de questions tirées du certificat d’études d’histoire à un panel de Français pour vérifier si ces derniers l’auraient obtenu dans les années 1930 — enquête réalisée en ligne par Harris Interactive pour Historia sur un échantillon de 1 014 personnes de 18 ans et plus, du 5 au 7 avril 2017.

Le certificat d’études est un examen, créé en 1866 et supprimé dans les années 1980, qui venait sanctionner la fin du primaire pour les jeunes écoliers français : il s’agissait souvent du premier et seul diplôme pour beaucoup d’entre eux, avant l’entrée dans la vie active.

Mon Premier Livre d'Histoire de France. Cours Élémentaire, Première année par L. Brossolette et M. Ozouf, paru en 1946
Mon Premier Livre d’Histoire de France. Cours Élémentaire — Première année
par L. Brossolette et M. Ozouf, paru en 1946

Le résultat est sans appel : seulement 46 % des Français interrogés auraient obtenu leur certificat si le seuil d’admission était de 5 sur 10, soit tout juste la moyenne, rapporte le magazine Historia. Dix questions sur l’Histoire de France ont été soumises aux sondés : si la majorité des interrogés connaît l’auteur de la Marseillaise (Rouget de Lisle) et parvient à associer Robespierre à la Terreur — c’est déjà ça —, les choses se gâtent nettement quand on leur demande de citer le vainqueur de la bataille des Pyramides (Napoléon Bonaparte), de donner le nom du principal ministre d’Henri IV (le duc de Sully) ou de citer l’homme qui gouverna la France de 1851 à 1870 : seulement 34 % des sondés parviennent à se souvenir de Napoléon III...

« Une histoire idéologique et culpabilisante »
« Tout cela n’a rien d’étonnant, constate l’historien Dimitri Casali, auteur de La Longue Montée de l’ignorance (éditions First). En 100 ans, on a perdu l’équivalent de 70 jours d’école dans le primaire. Et les lacunes confirmées par ce sondage sont le résultat de deux facteurs. Le premier est lié à l’enseignement d’une histoire idéologique et culpabilisante, avec la disparition de personnages-clés comme Napoléon III.

On veut nous faire croire que la République est le seul régime à avoir modernisé la France en occultant d’autres périodes, comme la longue histoire monarchique, d’où, par exemple, la disparition progressive d’un Sully des mémoires. Le deuxième facteur concerne un grave problème pédagogique dans la manière d’enseigner l’Histoire : il faut redonner de la chair à cette matière, raconter des histoires, s’appuyer sur des personnages-clés et rétablir une chronologie structurante. »

On a évité le pire !
Le résultat guère brillant de cette enquête est d’autant plus inquiétant que les personnes interrogées ont plus de 18 ans, contrairement aux élèves qui passaient autrefois le certificat d’études entre 11 et 14 ans... Et les questions choisies par Historia étaient les plus simples parmi celles proposées par le certificat d’études des années 1930, où on n’hésitait pas à demander aux jeunes Français de citer les trois fils maudits de Philippe le Bel, le nom du traité de 1648 qui mit fin à la guerre de Trente Ans et donna l’Alsace à la France, les trois peuples de Germanie qui s’établirent en Gaule et l’événement qui mit fin au Directoire. On n’ose imaginer le score sur ce genre de colles...

Marc Fourny
Le Point

Accédez à l’article source

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !