Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 13 juin DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur XNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

25 avril 1722 : conversion de mademoiselle Gautier

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Avril > 25 avril > 25 avril 1722 : conversion de (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 25 avril. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
25 avril 1722 : conversion de mademoiselle Gautier
Publié / Mis à jour le mercredi 24 avril 2013, par Redaction
 
 
Temps de lecture estimé : 3 mn
 

Cette conversion fit dans le temps presque autant de bruit que celle de madame de la Vallière : elle offre des particularités singulières. Le père de mademoiselle Gautier, ayant mangé son bien, voulut qu’elle entrât au théâtre. Elle s’en défendit ; on se moqua de ses scrupules. Elle était belle, grande, bien faite, ne manquait pas de dispositions, et débuta à dix-sept ans, avec succès. Trois ans après, elle fut reçue à la Comédie Française.

Mademoiselle Gautier avait reçu une éducation soignée ; elle faisait des vers, et peignait fort bien en miniature ; mais une grande impétuosité dans le caractère diminuait le charme de ses qualités aimables. Elle était d’une force prodigieuse pour une femme , et peu de femmes auraient lutté contre elle. Le maréchal de Saxe ayant reçu d’elle un défi, la vainquit à la lutte du poignet, et convint qu’il n’avait jamais rencontré d’athlète aussi redoutable. Elle roulait entre ses mains une assiette d’argent, comme on roule une feuille de papier.

Un de ses premiers amants fut le grand maréchal du duc de Virtemberg. Ce seigneur ayant formé une autre liaison dans son pays, quitta mademoiselle Gautier. Celle-ci furieuse, partit en secret pour Virtemberg, s’y arrêta quelques moments, fit une insulte publique à sa rivale, et prit si bien ses mesures, qu’elle eut le temps de se sauver : elle n’avait alors que vingt ans. Dans ce voyage, elle ne se fit accompagner que par un laquais, et marcha jour et nuit. En passant dans un bois dangereux, le laquais fit approcher son cheval de la voiture de sa maîtresse : « Mademoiselle, lui dit-il fort effrayé, nous sommes ici dans un coupe-gorge. — Eh bien, lui répondit-elle, que crains-tu ? N’ai-je pas deux bons pistolets ? Va, va : tu suis César et sa fortune. »

Après avoir formé plusieurs liaisons, sans que l’amour y eût part, elle s’attacha à son camarade Quinault du Fresne ; ils vécurent quelque temps ensemble avec l’apparence du plus parfait bonheur. Mademoiselle Gautier ayant déjà des scrupules, proposa à son amant de l’épouser ; il s’y refusa : alors elle renonça à l’amour. En 1722, jour de sa naissance, elle eut la fantaisie d’aller à la messe. Le commencement ne lui fit aucune impression ; mais à la préface, elle se sentit agitée par de violents remords. Le désordre de sa vie se représenta à ses yeux , et le désir de se corriger s’empara d’elle. Elle prit la résolution d’aller à la messe chaque jour, et d’en faire dire une tous les lundis spécialement consacrée au Saint-Esprit dont elle attendait des secours et des lumières.

Six mois se passèrent dans cette situation : ses compagnes se moquèrent d‘elle, et leurs plaisanteries ne servirent qu’à l’affermir dans son dessein. A la Toussaint, elle commença à quitter insensiblement le monde ; enfin à Pâques, elle fit une confession générale, abandonna sa maison, ses amis, et se retira dans une petite chambre qu’elle avait fait meubler au couvent de Sainte-Perpétue (elle avait trente et un ans).

Malgré l’impétuosité de son caractère, sa conversion ne se fit que par degrés : c’était une marque certaine qu’elle était sincère et solide. S’étant retirée à Lyon, dans le couvent de Sainte-Marie, les religieuses, pour l’engager à prendre le voile, lui donnèrent à lire la vie de madame de Montmorency, qui s’était consacrée à Dieu après le supplice de son époux. Celte lecture fit son effet. Pour le rendre plus prompt, on lui procura encore l’histoire de l’abbé de Rancé. La pénitence de ce célèbre réformateur la frappa au point qu’elle ne voulut plus entendre parler d’une règle douce.

Le couvent le plus austère était celui où elle voulait prendre le voile. Elle entra aux Carmélites, et l’archevêque de Lyon lui donna le voile. Pendant vingt-deux ans, elle vécut dans l’exercice de la piété la plus fervente ; et jamais elle n’éprouva aucun regret d’avoir quitté le monde.

Mademoiselle Gautier, dont le nom de religion était Augustine de la Miséricorde, eut des relations avec Marie-Sophie Leczinska, femme de Louisnbsp ;XV. Un de ses neveux dirigeait la musique de la Comédie Française ; elle voulut le tirer de cet emploi qu’elle regardait comme dangereux pour ses mœurs. La reine à laquelle elle s’adressa par l’intermédiaire de Moncrif, eut égard à sa prière, et plaça le jeune homme dans sa musique ; touchée de la piété de la sœur Augustine, elle la fit assurer de ses bontés, et reçut quelques-unes de ses lettres. Mademoiselle Gautier, la veille de sa mort, se souvint de cette pieuse souveraine, et fit pour elle les vers suivants, dont les quatre premiers sont adressés à la patrone des Carmélites :

Thérèse, je t’entends... Une éternelle vie
Brise de mon exil les liens importuns ;
Avec une prière offerte par Sophie,
Mon âme va voler sur l‘autel des parfums.
O reine, âme céleste , et le charme du monde,Si sur moi tes regards daignèrent s’abaisser,
J’implore en expirant ta piété profonde !...
Demande mon bonheur : le ciel va t’exaucer.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, et appuyez sur OK
pour vous abonner gratuitement
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !