Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 27 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

24 octobre 1601 : mort de Tycho-Brahé

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Octobre > 24 octobre > 24 octobre 1601 : mort de Tycho-Brahé
Éphéméride, événements
Les événements du 24 octobre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
24 octobre 1601 : mort de Tycho-Brahé
Publié / Mis à jour le lundi 22 octobre 2012, par LA RÉDACTION
 

Tycho-Brahé, fils d’un seigneur danois, était né le 14 décembre 1546. A l’âge de quatorze ans, ayant vu une éclipse de soleil arriver au même moment que les astronomes l’avoient prédite, il regarda aussitôt l’astronomie comme une science divine, et s’y consacra tout entier. Après divers voyages en Italie et en Allemagne, où l’empereur et plusieurs autres princes voulurent l’arrêter par des emplois considérables, il obtint de Frédéric II, roi du Danemark, l’île de Ween, avec une grosse pension.

Il y bâtit, à grands frais, le château d’Uranibourg, c’est-à-dire ville du Ciel, et la tour merveilleuse de Stellebourg, pour ses observations astronomiques. C’est dans cette retraite qu’il inventa le système du monde, qui porte son nom ; système rejeté aujourd’hui par les philosophes, parce qu’il fait revivre une partie des défauts de celui de Ptolémée.

Ce qui doit immortaliser Tycho-Brahé, c’est son zèle pour les progrès de l’astronomie, qui lui fit dépenser plus de cent mille écus. Il détermina la distance des étoiles à l’équateur, et la situation des autres. Il en observa ainsi 777, dont il forma un catalogue. Il soumit au calcul les réfractions astronomiques, et forma des tables de réfraction pour différentes hauteurs. Mais une obligation essentielle que nous lui avons, est d’avoir découvert trois mouvements dans la lune, qui servent à expliquer sa marche. Il fit encore quelques découvertes sur les comètes.

Sa grande application à l’astronomie et aux sciences abstraites ne l’empêchait point de cultiver les belles-lettres, surtout la poésie ; et les Muses le délassaient des travaux astronomiques. Ce qui ternit sa gloire, c’est qu’avec tant de lumières, il eut le faible de l’astrologie judiciaire. Cet esprit si éclairé était sujet à mille petites superstitions. Un lièvre traversait-il son chemin, il croyait que la journée serait malheureuse pour lui ; mais malgré ses erreurs, alors si communes, il n’en était ni moins bon astronome, ni moins habile mécanicien.

Sa destinée fut celle des grands hommes : il fut persécuté dans sa patrie. Ses ennemis l’ayant desservi auprès de Christiern, roi du Danemark, il fut privé de ses pensions. Il quitta alors son pays pour aller en Hollande ; mais sur les vives instances de l’empereur Rodolphe II, il se retira à Prague. Ce prince le dédommagea de toutes ses pertes et des injustices des autres cours.

Tycho mourut d’une rétention d’urine, maladie qu’une sotte timidité lui avait fait contracter à la table d’un grand seigneur.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !