Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 29 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Naissance du mot « capitalisme » au sens moderne. Brèves d'Histoire de France. Miettes historiques

Vous êtes ici : Accueil > Brèves d’Histoire > Naissance du mot « capitalisme » au (...)
Brèves d’Histoire
Brèves d’Histoire de France : bribes et miettes historiques utiles à une meilleure connaissance de notre passé
Naissance du mot « capitalisme »
au sens moderne
(D’après « Annales d’histoire sociale », paru en 1940)
Publié / Mis à jour le lundi 9 novembre 2015, par LA RÉDACTION
 
 
 
Il est sans doute vrai que l’emploi du mot capitalisme ne s’est pas généralisé avant le XXe siècle. Cependant, on le rencontre au moins cinquante ans auparavant, dans la littérature socialiste française.

En effet, dans une page polémique contre Frédéric Bastiat, Louis Blanc écrit, en 1850, au sujet de la légitimité de l’intérêt :

Le Savetier et le Financier (fable de La Fontaine)
Le Savetier et le Financier (fable de La Fontaine)

« On voit en quoi consiste le sophisme qui sert de base à tous les raisonnements de M. Bastiat. Ce sophisme consiste à confondre perpétuellement l’utilité du capital avec ce que j’appellerai le capitalisme, c’est-à-dire l’appropriation du capital par les uns, à l’exclusion des autres. » (Louis Blanc, Organisation du Travail, neuvième édition refondue et augmentée de chapitres nouveaux, Paris, 1850, p. 161.)

Une page plus loin, on trouve à nouveau le mot cherché, également souligné par l’auteur lui-même : « Criez donc : Vive le Capital ! Nous applaudirons, et nous attaquerons avec d’autant plus de vivacité le capitalisme, son ennemi mortel. Vive la poule aux œufs d’or, et défendons-la contre qui l’éventre ! » (Op. cit., p. 162.) C’est Louis Blanc qui met en italiques le terme en question, dont on sent la nouveauté, surtout dans le premier passage cité : « ...ce que j’appellerai le capitalisme. »

Cela signifie-t-il que Louis Blanc est l’inventeur du substantif dont il est question ? Nous n’en avons pas la certitude, car ce terme se trouve peut-être dans d’autres publications polémiques de la période révolutionnaire de 1848, dont le nombre est très considérable. Toutefois, il semble bien que ce mot fut forgé en France.

Marx ne l’emploie pas dans le Capital, dont le premier volume parut en 1867. En revanche, il figure dans le titre d’une publication de l’économiste allemand Albert Schäffle, parue en 1870 : Kapitalismus und Sozialismus mit besonderer Riicksicht auf Geschäfts und Vermögensformen (Le capitalisme et le socialisme avec une attention particulière aux formes d’entreprise et des biens). Il semble donc que ce soit vers 1870 que Kapitalismus ait acquis droit de cité dans la langue allemande.

En lisant Le Catéchisme des socialistes de Louis Blanc, publié en 1849, on a l’impression que le mot capitalisme, qu’il emploiera une année plus tard, lui manquait encore.

Les passages suivants nous suggèrent cette idée : « Il est très vrai que, sans capital, le travail serait impossible ; mais ce n’est pas au capital qu’on paye l’intérêt, c’est au capitaliste. Or, capital et capitaliste sont deux choses parfaitement distinctes. » (Le Catéchisme des socialistes, 1849) « On ne saurait concevoir le travail sans le travailleur, mais on conçoit très bien le capital sans le capitaliste. » (Ibid.). Le mot capitalisme était employé alors surtout dans les polémiques entre les partisans et les adversaires du socialisme.

 
 
Même rubrique >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !