Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 28 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

7 février 1752 : un arrêt du conseil supprime les deux premiers volumes de l'Encyclopédie, publiée par Diderot et d'Alembert

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Février > 7 février > 7 février 1752 : un arrêt supprime (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 7 février. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
7 février 1752 : un arrêt supprime les
deux premiers volumes de
l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert
Publié / Mis à jour le samedi 27 février 2010, par LA RÉDACTION
 

L’Encyclopédie avait été annoncée comme un ouvrage destiné à répandre des flots de lumière sur l’Europe, à ébranler tous les préjugés, à saper toutes les vieilles croyances. Le gouvernement s’effraya d’abord d’une publication qui le menaçait dans tous ses points d’appui : il se rassura ensuite par l’espoir que jamais on ne pourrait mettre en mouvement une machine si compliquée ; il se trompait.

Deux volumes de l’Encyclopédie parurent en 1761 : chacun, jugea l’ouvrage d’après les idées qu’il s’en était faites d’avance. « Le gouvernement, dit M. Lacretelle, né pouvait s’habituer à entendre les préceptes d’administration qui lui étaient donnés, ni la critique indirecte de ses actes les plus récents. Lé clergé et les Jésuites sonnèrent l’alarme sur d’autres points. L’article Ame, où l’on crut voir un matérialisme faiblement déguisé, fut livré à la censure. Tout prit parti pour ou contre l’Encyclopédie. C’était la marquise de Pompadour qui devait prononcer sur le sort de ce monument. Elle encourageait ou réprimait les philosophes, suivant les calculs de sa politique, et plus souvent encore suivant ses caprices. Quand le clergé bravait l’autorité royale, les productions les plus hardies étaient reçues avec quelque indulgence. Se voyait-on réduit à satisfaire le clergé, tout, jusqu’aux lieux-communs de la nouvelle philosophie, devenait un sujet d’accusation. Le Dictionnaire encyclopédique fut particulièrement exposé à cette alternative de faveur, et de défiance. Le 7 février 1752, il fut supprime par un arrêt du conseil, comme contraire à la religion et à l’Etat ; on crut que ses principaux auteurs n’échapperaient point à la proscription ; Diderot surtout était menacé de retourner au donjon de Vincennes, où quelques passages satiriques de ses Lettres sur les aveugles l’avaient fait enfermer deux ans auparavant. Au bout de quelques mois, Diderot, d’Alembert étaient en honneur à la cour. La suppression du Dictionnaire encyclopédique était regardée comme un acte pusillanime : on riait des inquiétudes qu’il donnait aux Jésuites ; et les prédictions dont ceux-ci effrayaient le gouvernement, semblaient suggérées par le dépit de voir éclipser leur Dictionnaire de Trévoux. L’Encyclopédie reparut avec toute la faveur de la mode. »

Cinq nouveaux volumes furent publiés successivement, et excitèrent des réclamations qui provoquèrent de nouvelles rigueurs.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !