Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Histoire faune et flore : le laurier camphrier - Histoire de France et Patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Faune, Flore > Laurier camphrier (Le)
Faune, Flore
Arbres célèbres, vertus des plantes, croyances liées aux animaux. Faune et flore vues par nos ancêtres. Balade au coeur des règnes animal et végétal
Laurier camphrier (Le)
(D’après un article paru en 1833)
Publié / Mis à jour le vendredi 15 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 

Ce grand et bel arbre plaît par son port et son ombrage, par l’odeur qu’il exhale de toutes parts et les bonnes qualités de son bois ; il joint à ce mérite celui de fournir au commerce une matière employée dans la pharmacie et dans plusieurs autres arts.

Les Européens vont chercher le camphre jusqu’au Japon, tandis que l’arbre dont on le tire pourrait être cultivé au nord de l’Afrique, et même dans quelques parties de l’Europe méridionale. Comme on le trouve au Japon à plus de 40° de latitude, on ne peut douter qu’il ne réussisse très bien dans la colonie d’Alger, entre 34° et 37°.


Le laurier camphrier

C’est par sublimation que le camphre est extrait du bois, de l’écorce et des feuilles du camphrier ; les racines des vieux arbres sont les parties qui en contiennent le plus. Le travail de cette extraction étant exécuté par des hommes sans industrie et par des procédés très imparfaits, on en perd beaucoup, et ce que l’on recueille n’est pas assez pur ; avant de l’employer, il faut le soumettre au raffinage, en le sublimant une seconde fois avec les précautions et dans des appareils convenables. Les chimistes s’accordent assez généralement à le regarder comme une huile concrète ; d’autre le classent parmi les résines.

Les dissolvants du camphre sont l’alcool, l’éther et les huiles. On a dit que l’acide carbonique peut aussi le dissoudre, et se mêler ensuite à l’eau sans que sa combinaison avec la matière huileuse soit rompue, et ce serait ainsi que l’on obtiendrait de l’eau camphrée. Mais, sans recourir à ce moyen, il est certain que l’eau contracte facilement l’odeur du camphre, ce qui prouve suffisamment que cette matière contient des parties qui se dissolvent dans l’eau, propriété commune à toutes les huiles chargées d’un arôme.

Le camphrier ne commence à fleurir que lorsqu’il est parvenu à une assez grande élévation. Ses fleurs sont blanches, et il leur succède un drupe de la grosseur d’un pois, où l’odeur du camphre est associée à celle du clou de girofle, et plus exaltée que dans aucune autre partie de l’arbre. Dans les jeunes arbres, le bois est blanc ; et dans ceux qui sont parvenus à une maturité complète, il est agréablement veiné de rouge, et propre à faire des meubles qui ne plaisent pas moins par leurs couleurs et leur poli que par l’odeur qu’ils répandent dans les appartements.

Beaucoup de plantes indigènes contiennent plus ou moins de camphre, et le manifestent par leur odeur. Telles sont, par exemple, la camphrée, dont le nom est assez significatif, la sauge, le thym et la plupart des labiées, etc. Des recherches pour l’extraire par des procédés économiques ne seraient peut-être pas infructueuses, et mériteraient qu’on s’en occupât, si nous devions continuer à nous approvisionner à l’autre extrémité de notre continent par une navigation de plusieurs milliers de lieues.

 
 
Même rubrique >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !