Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 1er juin DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Prédictions de calamités, attentats, tremblements de terre, fin du monde, assassinats. Devins, voyants, devineresses, pronostics démentis

Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Prédictions erronées de calamités (...)
Anecdotes insolites
Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques
Prédictions erronées de calamités
planétaires ou quand les « devins »
se trompent parfois lourdement
(D’après « Le Petit Parisien », n° du 2 mars 1908)
Publié / Mis à jour le mercredi 10 décembre 2014, par LA RÉDACTION
 
 
 
En 1909, quelques mois après l’effroyable tremblement de terre de Messine en Italie ayant causé la mort d’environ 100 000 personnes, et cependant que des devins et autres voyants ont pressenti comme critique la date du 20 février, Jean Frollo, chroniqueur du Petit Parisien, s’ingénie à dresser la liste des prédictions démenties par le temps pour les seules années 1907 et 1908, leurs auteurs nous promettant calamités en nombre : attentats, suicides en masse ou encore famine planétaire

Pour bien des gens, le 20 février 1909 s’annonçait comme particulièrement dangereux. Un savant, en effet, avait cru pouvoir pronostiquer pour cette date un tremblement de terre dans le genre de celui de Messine – survenu le 28 décembre 1908 près de Messine, détruisant entièrement la ville, touchant le nord-est de la Sicile, la pointe de la Calabre, et causant la mort d’environ 100 000 personnes. Seulement, il s’était gardé de dire sur quel point du globe se produirait ce cataclysme, si bien que dans tous les pays on devait éprouver de vives inquiétudes.

Le jour fatidique passé, on respira à l’aise, au moins d’une manière provisoire, car si le 20 février n’était plus qu’un souvenir, il restait à franchir le cap du 20 mars, autre date critique, au dire de notre observateur. Beaucoup de personnes, qui ne sont pas, il est vrai, versées dans les sciences, estiment, d’ailleurs, que les concordances parfois relevées entre les prédictions et les faits proviennent du hasard, et qu’on aurait tort de s’effrayer à propos de prévisions souvent démenties par la réalité.

Il est exact, ajoute notre chroniqueur, qu’à propos de Messine on avait conté l’histoire d’une dame romaine qui, en proie à des crises hystériques, au début du mois de décembre 1908, se serait mise à annoncer la ruine prochaine de Messine. Elle aurait écrit au roi d’Italie pour le prévenir de l’imminence de la catastrophe, et, à l’heure du désastre, elle serait tombée dans un délire effroyable. On assura, en outre, que ces faits allaient être signalés aux corps savants par le médecin qui en avait été témoin. C’est bien possible. Mais il est regrettable que des avertissements si graves et surtout si précis ne soient connus qu’après les cataclysmes qui en étaient l’objet, et c’est ce qui enlève énormément de leur valeur à ces prophéties tard venues.

Catastrophe de Sicile et de Calabre le 28 décembre 1908. Les marins des escadres de la Méditerranée recherchant les victimes parmi les ruines de Messine.
Catastrophe de Sicile et de Calabre le 28 décembre 1908. Les marins des escadres
de la Méditerranée recherchant les victimes parmi les ruines de Messine.

N’en déplaise aux prophètes, ils ont une fâcheuse tendance à se fourrer le doigt dans l’œil, raille Jean Frollo. Aussi, est-il curieux de relire, après plusieurs années de distance, ce qui nous avait été prédit comme certain. On est surpris de la masse de grossières erreurs qui donnent alors à ces arrêts sibyllins une apparence de lourde mystification.

L’an 1907, par exemple, fut privilégié sous ce rapport. On demeure stupéfait quand on fait le compte de tout ce que ses douze mois devaient contenir d’étonnant ! C’est ainsi qu’un Américain clairvoyant, Spanglos, déclarait que le tsar et le sultan passeraient de vie à trépas, tandis que plusieurs rois et empereurs seraient détrônés. Pendant ce temps, les nations gémiraient sous les pires calamités, parmi lesquelles il fallait prévoir une atroce famine, résultant d’une sécheresse si grande que tous les cours d’eau resteraient desséchés.

Inutile de dire que les tremblements de terre devaient se succéder sans relâche, ce qui n’empêcherait pas un formidable raz de marée de détruire la presque totalité des villes bâties au bord de la mer. Non content de ces terrifiantes promesses, le Jérémie des Etats-Unis ajoutait qu’au cours de l’année 1908, une collision regrettable se produirait, au milieu de l’étendue, entre notre globe et une autre planète, vagabondant hors de sa route, et ce choc déterminerait la fin du monde, incident dont personne, semble-t-il, n’a entendu parler.

On pensera peut-être que les devins américains appartiennent à une jeune nation où la science de l’avenir est encore dans l’enfance. Mais les prophètes et prophétesses d’Europe, et même de France, ne l’emportent pas de beaucoup en cet art difficile de préciser les événements futurs.

Notre chroniqueur rapporte avoir sous les yeux les pronostics de deux dames parisiennes, dont l’une pratique simplement la chiromancie, tandis que l’autre s’exprime sous l’inspiration de saint Michel. Or, la première, interrogée sur l’an 1907, vit tout de suite deux attentats à la dynamite, dirigés contre le président Fallières, et aussi dix terribles incendies dans la capitale. Elle concéda néanmoins que Paris ne serait pas détruit par le feu, et, de toutes ses prédictions, celle-là seule, dont on appréciera le caractère négatif, a été confirmée jusqu’ici.

Saint Michel ne fut pas plus heureux. Il annonça la conclusion d’un accord du gouvernement français avec le pape, deux attentats contre Alphonse XIII, un effroyable tremblement de terre en Angleterre, une sinistre catastrophe minière en France, etc. La « voyante » conclut : « Voilà tout ce que dit saint Michel par ma voix ; c’est la vérité, car il ne me trompe jamais ; l’inspiration divine seule me guide, et non la sorcellerie. » Reste à savoir si c’était bien l’archange qui parlait, car les livres de démonologie, ceux de Le Loyer et de Bodin en particulier, nous apprennent que les mauvais esprits, imitant à leur façon le geai de la fable, ne craignent pas de se parer du nom des saints pour duper avec plus de sûreté les pauvres mortels.

L’année 1908 devait être marquée, de son côté, par un ensemble de faits divers retentissants, et il est certain, ajoute Frollo, que si l’on voulait rappeler tout ce qui s’est accompli dans les douze mois qui viennent de s’écouler, en y comprenant l’affaire Rémy, l’affaire Steinheil, l’aventure Lemoine, etc., on arriverait à un assez joli total d’histoires bruyantes et de drames sensationnels. Seulement, chose bizarre, rien de ce qui est arrivé n’avait été prédit, et rien de ce qu’on avait prédit n’est arrivé.

Une des plus célèbres devineresses de notre époque disait à un journaliste, le 14 décembre 1907 : « Les attentats redeviendront la préoccupation générale, et il s’en produira un de collectif, dont les victimes seront nombreuses et à la suite duquel Ies Chambres seront dans un grand état d’inquiétude et d’agitation et auront à prendre des décisions importantes. On verra revenir aux affaires des hommes considérés précédemment comme ayant terminé leur rôle. Il y aura des suicides de femmes à la suite de scandales politiques et financiers. »

Or, il n’y a eu aucun attentat collectif ayant fait de nombreuses victimes, le pouvoir est resté entre les mêmes mains, les femmes promises au suicide sont toujours de ce monde. D’autre part, et contrairement aux pronostics de la sibylle, l’Allemagne n’est pas en deuil, sa constitution n’est pas changée, l’empereur d’Autriche n’est pas mort, et nous n’avons pas entendu parler d’un extraordinaire mariage franco-anglais, pas plus que d’une « fuite à l’étranger » obligeant le Parlement à se voiler la face !

En résumé, il faut accueillir les prédictions des prophètes et prophétesses avec un sourire sceptique, et celles des savants sans enthousiasme, quand elles sont bonnes et sans frayeur lorsqu’elles sont menaçantes. Pour être moins fantaisistes que les premières, elles ne sont pas toujours plus solides. En revanche, elles ont l’avantage d’être honnêtes et de rester étrangères à l’illuminisme ou au charlatanisme.

Et, maintenant, attendons le grand tremblement de terre du 20 mars. Peut-être ne sera-t-il pas aussi exact que le célèbre marronnier des Tuileries, mais personne ne lui saura mauvais gré de son impolitesse.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !