Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 3 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Proverbe, expression populaire : Ce qui vient de la flûte s'en retourne au tambour. Origine, signification

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > Ce qui vient de la flûte s'en retourne
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
Ce qui vient de la flûte
s’en retourne au tambour
Publié / Mis à jour le lundi 21 novembre 2011, par LA RÉDACTION
 
 
 
L’argent mal acquis ou gagné trop aisément se dissipe avec une égale facilité

On pourrait, en se basant sur un proverbe grec se traduisant ainsi : Mener une vie de joueur de flûte, en conclure que le musicien est un dépensier, tandis que le tambour, formé d’une caisse, représenterait le banquier auquel, la plupart du temps, tout l’argent revient et souvent avec de gros bénéfices.

Au XVIIe siècle, on disait : Ce qui vient de la fleute s’en va au tabourin. En Normandie, l’on dit : Ce qui vient du flot s’en retourne d’èbe (èbe veut dire reflux et vient du bas latin ebba). Le chevalier Bayard (1476-1525) avait ex- primé une idée qui a quelque rapport avec le proverbe, lorsqu’il disait : Ce que le gantelet gagne le gorgerin (le gosier) le mange. Sous Louis XIII, on parlait ainsi à Paris : L’argent de fric s’en va de froc, autrement dit : Tout bien mal acquis et du côté gauche ne retourne jamais au côté droit.

Il existe un proverbe oriental où la même idée est ainsi exprimée : Le pain mal acquis remplit la bouche de gravier. En France, il y a un vieux proverbe ainsi conçu : Ce qui vient du flot s’en retourne de marée, ce qui revient à dire que ce que le flux amène est emporté par le reflux. Les Latins disaient : Salis onus unde venerat illuc abiit, par allusion au naufrage d’une cargaison de sel, substance formée d’eau de mer.

Comme corollaire de ce proverbe, on peut citer celui-ci : Bien mal acquis ne profite pas, mots qui reflètent la pensée de Cicéron : Male parta (sous-entendu bona) male dilabuntur. De tous ces exemples, pris un peu partout, on peut conclure que l’on ne tient, en général, qu’à ce que l’on a acquis avec peine et par le travail seul.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !