Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Histoire de France : magazine (numéro 17), revue historique

Vous êtes ici : Accueil > Le Magazine 36 pages > Numéro 17 (Janvier/Février/Mars (...)
Le Magazine 36 pages
Au sommaire du NUMÉRO 17 : lit au Moyen Age ; Chien de Montargis ; mouchoirs ; au gui l’an neuf ; origines de la Poste ; poudre à canon...
Numéro 17
(Janvier/Février/Mars 2006)
 
Lorsqu’en août 1682 la Dauphine fut sur le point de donner naissance au petit-fils de Louis XIV, c’est l’accoucheur Julien Clément qui avait été choisi par le souverain contre toute attente, les dernières reines ayant eu pour habitude de s’en remettre à des accoucheuses. Mais le chirurgien était alors (...)
Publié le jeudi 14 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 
 
La France pittoresque, c'est aussi le premier magazine de la petite Histoire de France : une revue de 36 pages couleur lancée l'hiver 2001/2002, s'appuyant sur des chroniques d'époque et abondamment illustrée de gravures anciennes. Pour partir sur les traces de ses ancêtres et mieux connaître ses racines.

Constituée d'ARTICLES DE FOND permettant au lecteur de connaître les POINTS-CLÉS de chaque thème abordé, ainsi que les ANECDOTES historiques et piquantes qui s'y rapportent, cette publication aborde tous les aspects d'une vie oubliée ou méconnue, des traditions aux légendes, en passant par les métiers, les industries, les inventions, les fêtes, les institutions, les rites ou encore les personnages ayant marqué leur temps. Lancée en décembre 2001, cette revue sans publicité de la France d'autrefois, porte un regard original et inhabituel sur notre passé. Magazine culturel et de loisir mettant en avant l'Histoire enrichissante et piquante, sa ligne éditoriale en rend la lecture accessible à tous.

Au sommaire de ce numéro...

Le singulier combat en champ clos qu’aurait livré un chien au meurtrier de son maître sous Charles V, serait en fait issu d’un poème du XIIe siècle, moult fois transformé, enrichi, détourné, commenté, (...)
 
Le récit d’Albéric de Trois-Fontaines s’appuie sur un poème de la fin du XIIe siècle. Charlemagne ayant admis dans son intimité le chevalier Macaire de Losane, a bientôt lieu de s’en repentir, Macaire (...)
 
Emboîtant le pas de Montfaucon, Poullain de Saint-Foix publie en 1778 une nouvelle relation du combat déjà raconté tant de fois, y ajoutant une curieuse réflexion : « Quelques auteurs ont cru que (...)
 
S’adonnant très jeune à l’étude des arts et des sciences, Duchesne s’impose comme un botaniste hors pair et publie à 19 ans une étude jetant les bases d’un modèle voyant le jour un siècle plus tard avec (...)
 
Pour Duchesne, le Portefeuille des Enfants constituait le développement d’un plan d’éducation dont son père avait fait avec lui-même une si profitable expérience. « Les plus jeunes y verraient des (...)
 
Embryonnaire sous Charlemagne, le service des postes, réservé au seul roi et se limitant à trois routes pour communiquer avec les provinces conquises, est organisé pour les étudiants par l’Université (...)
 
Après l’ouverture au public du service des postes par Richelieu, l’Université de Paris luttait toujours pour le maintien de ses anciens privilèges concernant la distribution des courriers. Un procès (...)
 
Un siècle après Louis XIII, Paris n’avait point de poste particulière ; il communiquait avec la province, avec l’étranger, mais pas avec lui-même. Les lettres y étaient portées par « les petits laquais (...)
 
Pour affronter des rigueurs hivernales engourdissant les doigts, notamment dans les églises, on mit au point une astucieuse pomme de métal recevant des braises ardentes, modèle appliqué ensuite au (...)
 
Dans l’ouest de la France, jeunes gens ou indigents sillonnaient autrefois en fin d’année les villages, en chantant et quêtant au cri d’Aguilanneuf dont l’origine n’est pas clairement établie. En 1595, (...)
 
Au XVIIIe siècle, le bénédictin dom Le Pelletier, bas-breton d’adoption qui n’admettait pas l’origine prêtée au terme Aguilanneuf, voyait en cette quête au profit des indigents une allusion à la Nativité. (...)
 
Dans son Histoire du monastère et de l’évêché de Luçon, La Fontenelle de Vaudoré révèle que nos évêques jouissaient autrefois d’un singulier droit, connu sous le nom de droit de melius animal et de (...)
 
On lit dans les Mémoires secrets, de Bachaumont, à la date du 24 janvier 1767 : « On écrit de Rochefort que les ordres de la Cour y sont arrivés pour y faire l’expérience d’une pâte alimentaire sur six (...)
 
En 1724, Henri Sauval dénonçait dans son Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris les cent mille francs dépensés chaque année pour charrier les boues de Paris, tandis qu’il n’y avait (...)
 
Temples du manuscrit, les monastères accompagnent les premiers pas de la reliure dont l’apparition est dictée par celle des livres carrés. En cuir ou en ivoire, elle se pare de pierres précieuses (...)
 
Né à Lyon en 1479, Grolier avait trente ans quand il succéda à son père dans la charge de trésorier général du duché de Milan, ce qui lui valut de passer en Italie de longues années, et les plus belles de (...)
 
Les trous de vers qui perforent tant de livres anciens sont le cauchemar des bibliophiles et des bibliothécaires. Que d’ouvrages précieux sont ainsi transformés en écumoires ! Les victimes ne se (...)
 
Principal ornement des chambres du Moyen Age, le lit en métal est abandonné au profit de celui en bois peint ou sculpté dès le XIIIe siècle et dans lequel on couche nu. Un temps le luxe des draperies (...)
 
A partir du XIVe siècle, on commença à bassiner les draps. Le procédé qu’employait Charles le Mauvais est assez étrange. Une fois le prince couché, un valet introduisait dans le lit une sorte de longue (...)
 
Pendant le Moyen Age (et jusqu’au XVIIIe siècle), il était d’usage de bénir le lit des nouveaux mariés avant la première nuit de noces. Le prêtre aspergeait d’eau bénite le lit et les deux époux étendus (...)
 
Patron des maris trompés, saint Gengoult était fêté en Lorraine, les malheureux élus arborant la couleur jaune du cocuage. Au VIIIe siècle, son épouse infidèle avait été punie par la fontaine de (...)
 
Dans la préface d’un manuscrit retrouvé dans son portefeuille après sa mort, l’abbé Henri-Joseph Du Laurens cite, entre autres reliques, les cornes de saint Jean Goule, et ajoute une note expliquant (...)
 
Au XVIe siècle, les amoureux de légendes s’emparent d’un animal arborant sa blancheur l’hiver venu, qu’un duc de Bretagne a glorifié en créant l’Ordre de l’Hermine, et qu’une reine a adopté en 1505. Si (...)
 
Secret jalousement gardé par les Grecs du Bas-Empire, la recette du feu grégeois, semant la terreur et faisant merveille lors de combats maritimes, se répand dès le XIIe siècle chez les Arabes qui en (...)
 
La dénomination d’artillerie précéda de plusieurs siècles l’invention de la poudre à canon. Taillepied est donc dans l’erreur complète en affirmant que ce mot fut donné en l’honneur du moine Jean Tilleri (...)
 
Aux XVe et XVIe siècles, on s’exterminait déjà à des distances relativement grandes. Les combattants d’alors avaient déjà renoncé presque complètement aux « massues à asperger », à « l’œuf qui se meut et (...)
 
En 1628 les habitants du pays de Metz, confrontés à la rigueur d’un été froid et pluvieux menaçant les récoltes, attribuent ce funeste coup du sort aux récentes plantations de tabac couvrant les (...)
 
C’est en 1629 qu’on établit sur le tabac un impôt de trente sols par livre, sa culture étant auparavant tout à fait libre. Après la destruction totale des champs de tabac, les planteurs ne manquèrent (...)
 
Combattant dès 1287 la propension des herbiers à délivrer des remèdes, la Faculté de médecine de Paris n’attribue le premier diplôme d’herboriste qu’en 1778, auquel l’exercice de la profession est (...)
 
Le corail passait autrefois pour fortifier le cœur, après l’estomac et le foie, et purifier le sang, rendant ainsi l’homme joyeux. Celui d’un rouge fort avait toutes ces forces plus actives et plus (...)
 
Lorsqu’en août 1682 la Dauphine fut sur le point de donner naissance au petit-fils de Louis XIV, c’est l’accoucheur Julien Clément qui avait été choisi par le souverain contre toute attente, les (...)
 
On voyait autrefois sur la route de Quéménéven à Cast, avant d’arriver au ruisseau de Pontlez, une croix placée en mémoire d’un événement ayant trait au seigneur du Breil, marquis de Pontlez, habitant le (...)
 
Destiné à s’éponger le front du temps des Romains, le mouchoir ou sudarium séduit les ecclésiastiques qui s’en font une étole et l’érigent en marque sacerdotale. Longtemps réservée aux gens de condition, (...)
 
Jusqu’au XVIIIe siècle, le mouchoir affecta toutes les formes les plus variées, rond, triangulaire, etc. Un jour, à Trianon, Marie-Antoinette fit remarquer qu’il serait plus esthétique et plus commode (...)
 
Mahé de la Bourdonnais, de Saint-Malo, était, sous Louis XV, gouverneur des établissements français en Inde ; il avait enlevé Madras aux Anglais et rendu aux armes françaises un prestige qu’elles (...)
 
Au début du XIIIe siècle, gagnant un clerc à prix d’argent, des routiers anglais s’apprêtent à prendre la ville récemment constituée par Aliénor d’Aquitaine en commune jurée. Mais la sainte Vierge en (...)