Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 16 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)

La pierre qui bâtit Massalia - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire fait l’Actu > La pierre qui bâtit Massalia

L’Histoire fait l’Actu

Quand Histoire et Patrimoine font la une, s’invitent dans notre quotidien et deviennent un sujet d’actualité. Le passé au cœur de l’actu.


La pierre qui bâtit Massalia
(Source : Inrap)
Publié / Mis à jour le mardi 19 septembre 2017, par LA RÉDACTION

 
 
 
Boulevard de la Corderie, à Marseille, la fouille a révélé les vestiges d’une carrière grecque exploitée à partir du VIe siècle avant notre ère, du temps où Marseille était Massalia.

D’avril à juin 2017, une équipe de l’Inrap a fouillé, sur prescription de l’État (Drac Paca), une parcelle de 4 200 m2 boulevard de la Corderie à Marseille. Située dans le quartier Saint-Victor qui domine la rive sud du Vieux-Port, la fouille s’inscrit dans le projet de construction d’un immeuble de logements par l’Adim Paca (Groupe Vinci). Ce sont les vestiges au centre du site qui ont retenu l’attention des chercheurs : bien conservés, ils témoignent de l’exploitation d’une carrière à partir du VIe siècle avant notre ère, du temps où Marseille était Massalia.

Le calcaire de Saint-Victor, la pierre de Massalia
Marseille, fondée par des marins grecs de la ville de Phocée, occupe dès 600 avant notre ère la rive nord du Vieux-Port. Le stampien à grains fins (pierre calcaire tertiaire) y est présent sur la rive sud, autour de l’abbaye Saint-Victor et du bassin de Carénage. Les Grecs ont privilégié son utilisation pour la construction de Marseille. Sur le site de la Corderie, l’extraction de ce calcaire dit « de Saint-Victor » a laissé des traces sur près de 6 m de haut. Exploitée pendant plusieurs décennies aux VIe et Ve siècles avant notre ère, la carrière est abandonnée et comblée dans le premier quart du Ve siècle.

Vue générale de la carrière grecque archaïque. En arrière plan, un tronçon du rempart du XVIIe siècle
Vue générale de la carrière grecque archaïque. En arrière plan,
un tronçon du rempart du XVIIe siècle

La production était apparemment diversifiée. Les carriers grecs extrayaient aussi bien des blocs de grand appareil que des éléments architecturaux circulaires de différents diamètres. Mais les archéologues retrouvent surtout les preuves d’une activité consacrée à la production de cuves et de couvercles de sarcophages. Le site livre même toutes les étapes de la chaîne opératoire, depuis l’ébauche, le tracé de calepinage préalable à la taille, jusqu’à la cuve : l’une d’elles, achevée mais défectueuse, a été abandonnée sur place. Par le passé, des sarcophages contemporains similaires ont été mis au jour à Marseille dans des contextes funéraires (boulevard de Paris, rue Tapis-Vert).

Au cours du IIe siècle avant notre ère, l’extraction de la carrière reprend sur une brèche calcaire différente. Plusieurs blocs de grand appareil, entièrement détourés, ont été abandonnés sur place en raison de défauts de la roche qui interdisaient leur mise en œuvre dans des constructions monumentales. Ponctuellement, les archéologues ont identifié une reprise d’extraction encore plus récente, peut-être d’époque romaine ; elle est accompagnée d’un graffiti sur une paroi rocheuse qui pourrait correspondre à un compte de carriers.

Des méthodes et outils millénaires
Le calcaire de la Corderie conserve l’empreinte d’outils utilisés durant toute l’Antiquité et jusqu’à une période récente : pic, escoude, coins et leviers. Le principe d’extraction est également resté le même pendant plus de deux millénaires : dégagement périphérique du bloc au moyen de tranchées de havage, puis insertion de coins à sa base pour le séparer de son substrat.

Si l’utilisation du calcaire « de Saint-Victor » est bien attestée dans les constructions de Massalia (par exemple dans le monument découvert dans les fouilles du collège Vieux-Port), c’est la première fois que l’un de ses gisements est découvert. Les chercheurs, lors de l’analyse de l’ensemble des données recueillies sur le terrain, vont ainsi étudier la durée d’utilisation de la carrière, les stratégies d’extraction, les objectifs et l’économie de l’activité etc.

L’Inrap et Massalia
L’Inrap est un acteur majeur de l’archéologie préventive à Marseille. Depuis sa création, les chercheurs de l’institut y ont notamment exploré plusieurs sites grecs. L’apport majeur de la fouille de cette carrière est qu’elle permet une bonne analyse de la chaîne opératoire de l’économie de la pierre à la période grecque. Les résultats de la fouille du boulevard de la Corderie vont ainsi alimenter l’histoire de la ville et auront vocation à être diffusés au plus grand nombre, au fil des nombreuses actions de valorisation régulièrement menées par l’institut qui a déjà consacré un de ses atlas archéologiques à Marseille (http://multimedia.inrap.fr/atlas/marseille/archeo-marseille) et co-publié Quand les archéologues redécouvrent Marseille.

Institut national de recherches archéologiques préventives
Accédez à l’article source




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 La Révolution m'a tuée : de la ruine morale et intellectuelle de la France
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Glanage (Le) : pratique ancestrale encadrée sous Henri II et toujours en vigueur
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Y aller de cul et de tête, comme une corneille qui abat des noix
 
 Folle est la brebis qui au loup se confesse
 
MANIFESTATIONS
 Cartes (Les) de Jean de Beins au Musée de l'Ancien Évêché de Grenoble
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Dinosaure (Un étrange) « nageur » au cou de cygne et aux griffes de raptor
 
 Carton du mariage (Le) d’Anne de Bretagne et de Charles VIII dévoilé
 
 Muséum du Jardin des Plantes : la galerie de paléontologie en péril
 
 Mégalithes de Carnac : le long chemin vers le classement à l’Unesco
 
 
Et puis aussi...
 
 Micro-ordinateur (Le premier) de l'Histoire bientôt vendu aux enchères à Tours
 
 Mystères de l'histoire : Louis XVII, l'évadé du Temple est-il réellement mort en 1795 ?
 
 Napoléon et son cheval ont quitté Cherbourg
 
 Bonifacio (Corse) : les secrets d'une épave du XVIIe siècle
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 217 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services