Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 11 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Roi Sigebert Ier (Austrasie), mérovingien. Naissance, mort, couronnement, règne. Mérovingiens - Histoire de France et Patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Rois, Présidents > Sigebert Ier (né en 535, mort en (...)
Rois, Présidents
Biographie des rois, empereurs, présidents français. Vie des souverains, faits essentiels, dates-clés. Histoire des règnes
Sigebert Ier
(né en 535, mort en 575)
(Roi d’Austrasie : règne 561-575.
Roi de Paris (indivision avec ses frères) : règne 567-575)
Publié / Mis à jour le lundi 11 octobre 2010, par LA RÉDACTION
 

Troisième fils de Clotaire Ier, il eut en partage le royaume d’Austrasie, en 561, et épousa Brunehaut, fille d’Athanagilde, roi des Wisigoths. Cette reine est célèbre dans l’histoire par l’ascendant qu’elle prit sur son époux, par son courage, ses crimes et ses malheurs. Chilpéric, frère de Sigebert, avait répudié son épouse pour vivre avec Frédégonde, née dans la classe du peuple, mais plus étonnante encore par la force de son caractère, la hardiesse de ses résolutions, les ressources de son esprit, qu’odieuse par les meurtres dont elle s’est souillée.

L’alliance royale que Sigebert venait de contracter fit désirer à Chilpéric d’en former une semblable. Il éloigna Frédégonde, demanda en mariage Galswinthe, sœur de Brunehaut, et l’obtint par les soins de celle-ci ; mais sa passion pour la maîtresse qu’il avait quittée l’emportant de nouveau, il la fit reine légitime, après avoir autorisé l’assassinat de Galswinthe. La haine de Brunehaut pour la rivale de sa sœur, ses projets de vengeance, les fureurs de Frédégonde, les moyens qu’elle employa pour se conserver et triompher de ses ennemis coûtèrent la vie à dix princes de la famille royale et furent l’unique cause des événements les plus remarquables de cette époque, si fertile en événements.

Ainsi la violence de Clotaire Ier, sa cruauté à l’égard de Chramne, son fils préféré, en brisant tout ressort dans l’âme de ses autres enfants, les disposèrent à se laisser diriger par des femmes dans les affaires les plus importantes de l’Etat, faiblesse que les Français de cette époque ne pardonnaient pas et qui commença à diminuer en eux la reconnaissance qu’ils avaient pour la maison de Clovis.

Assassinat du roi Sigebert Ier à Vitry, en 575
Assassinat du roi Sigebert Ier à Vitry, en 575

Les premières années du règne de Sigebert furent troublées par une irruption que les Huns firent dans ses Etats ; il remporta sur eux une grande victoire et les força de repasser le Rhin. Le poète Fortunat remarque que ce jeune monarque se mit à pied au premier rang, et que, la hache à le main, il chargea les ennemis avec une intrépidité héroïque. Pendant cette expédition, Chilpéric s’était emparé
Assassinat du roi Sigebert Ier
Assassinat du roi Sigebert Ier à Vitry, en 575
de Reims et de quelques autres places qui appartenaient à Sigebert ; celui-ci lui fit une guerre vive et si heureuse qu’il dicta les conditions de la paix.

Une nouvelle irruption des Huns ayant rappelé Sigebert au delà du Rhin, et ce prince, s’étant encore abandonné à son courage, se trouva seul au milieu des barbares et fut obligé de se rendre prisonnier. Son adresse et ses libéralités triomphèrent alors de ceux qu’il n’avait pu vaincre ; ils lui rendirent la liberté. Revenu dans ses Etats, il fut bientôt encore forcé de reprendre les armes contre le perfide Chilpéric, qui, vaincu à plusieurs reprises, fut resserré dans Tournai, et ne pouvait échapper, lorsque deux scélérats envoyés par l’implacable Frédégonde poignardèrent Sigebert à Vitry, où il s’était rendu pour recevoir les hommages des Neustriens.

Ce prince, le meilleur qui eût encore paru sur le trône de Clovis, périt ainsi au milieu de ses triomphes, en 575, dans la 40e année de son âge et la quatorzième de son règne. Généreux, bienfaisant, jamais souverain ne régna avec plus d’empire sur le cœur de ses sujets. Intrépide dans le danger, inébranlable dans le malheur, il sut jusque dans les fers se concilier le respect et l’amour d’un vainqueur barbare ; réglé dans ses mœurs, son règne fut celui de la décence et de l’honneur. C’est sous ce règne qu’il est parlé pour la première fois, dans notre histoire, de la dignité de maire du palais, qui fut par la suite si funeste à la puissance royale.

 
 
Même rubrique >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !