Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Le roi Henri IV anoblit un faquin lui offrant un bon souper. Anoblissement d'un rusé personnage - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Henri IV anoblit un faquin le régalant

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Henri IV anoblit un faquin
le régalant d’une dinde
(D’après « La Joie de la maison », paru en 1902)
Publié / Mis à jour le mardi 17 novembre 2015, par LA RÉDACTION



 
 
 
Avec Henri IV, point de faste et d’apparat : c’était le roi bonhomme par excellence. On l’approchait aisément, les deux seigneurs qui d’ordinaire l’accompagnaient en voisinage, Crillon et d’Aubigné, couchaient dans sa propre chambre et, sans se gêner, le roi Henri s’arrêtait parfois chez un ami dont il savait la fidélité, usait de son hospitalité, à charge de revanche dans ses résidences de Pau ou de Fontainebleau. Ainsi fit-il un soir...

Suivi d’un seul serviteur, il heurta à la porte d’un brave lieutenant qui, ayant maintes fois combattu sous ses ordres, lui était dévoué corps et âme.

— Entrez, noble seigneur, fit la femme de l’officier, qui crut avoir affaire à quelque chef d’armée, battant la campagne en ce moment. Entrez, mon époux est loin d’ici, retenu par le bon plaisir de notre prince bien-aimé ; mais, puisque vous êtes de ses amis, vous trouverez même en son absence bon accueil, bon repas et bon gîte.
— Merci, fit Henri, charmé du riant minois et des beaux yeux de la jeune dame.

Puis, enfourchant une escabelle.

— Vous devez, cependant, le vouer au diable le plus noir, ce prince qui dépareille brutalement le gentil ménage que vous devez faire, car, vertudieu ! vous êtes aussi jolie que votre mari est brave !
— Dieu me garde d’ainsi mal penser ! J’aime le roi par-dessus tout ; mais il est vrai que je pâtis fort de l’éloignement de mon seigneur et maître que je préfère à tous les cavaliers du monde. Ainsi vous, beau sire, tout galant homme et joyeux que vous êtes, vous ne me plaisez pas le quart autant que me plaît mon époux.

Et ce disant elle fit une petite révérence pas mal impertinente, mais dont le roi rit bonnement, car sa petite hôtesse l’amusait : elle n’était point sotte ni triviale, avait des idées drôles, de vives saillies et l’on ne vieillissait pas auprès d’elle.

Cependant le temps s’écoulait et vers le soir son caquet sembla diminuer ; elle devint pensive, presque sombre et, après plusieurs courses à l’extérieur, elle finit par tomber dans un complet mutisme. Son air triste et marri intrigua son hôte qui voulut savoir le sujet de sa peine, craignant que sa présence ne devînt gênante ou indiscrète.

Henri IV
Henri IV

— Oh ! que nenni, mon bon seigneur, dit-elle piteusement, mais je vais vous parler sans ambages. Nous sommes à jeudi et, si je ne me trompe, demain : « vendredi chair ne mangeras. » Or, nos prudents bouchers, par crainte de dommage, ne conservent aucune viande qui pourrait leur rester pour compte... Et j’ai fait courir la ville, les faubourgs, la banlieue, sans trouver quoi que ce soit à vous offrir pour le souper.
— Ceci est grave, murmura le roi qui avait faim.
— Cependant...
— Cependant ?
— ... J’ai aperçu chez mon plus proche voisin, appendue à son croc, une dinde superbe, grasse, dodue...
— Et... ne veut-il pas la vendre ? fit Henri vivement.
— Mon Dieu... oui...
— Eh bien ?
— C’est qu’il met une condition.
— Inacceptable ?
— Quasi, noble seigneur.
— Voyons la condition et... dépêchons, car l’estomac me descend aux talons.
— Donc, mon voisin, brave homme mais vulgaire, veut bien céder la dinde si je l’autorise à venir en manger sa part à vos côtés, Monseigneur, à votre propre table !... Est-il donc possible que pareil vilain mange et boive avec un personnage de votre rang !... Et pourtant en cas de refus rien à faire !... Ah ! je le connais bien tête de mulet !
— Pour n’être qu’un vilain, il peut être honorable.
— Oh ! pour ça, j’en réponds ! c’est même un fervent royaliste et de plus un joyeux compagnon qui connaît les histoires désopilantes de dix lieues à la ronde et vous fera rire un bon coup tandis qu’on apprêtera la dinde qu’il entend lui-même apporter céans.
— Ventre-saint-gris ! qu’il vienne et sa bête avec lui. Je meurs d’inanition et s’il tarde quelque peu je risquerai de les dévorer tous les deux !

La dame avait dit vrai : le faquin était sans pareil et jamais le roi ne rit, but et mangea de si bon cœur. Le repas terminé :

— Mon ami, lui dit-il, merci de ta dinde : elle était excellente, et merci à vous belle dame, du gai camarade que vous m’avez donné : des deux, vous me voyez charmé.
— Oh, sire ! s’écria le bonhomme, culbutant son escabelle et tombant aux pieds d’Henri. Oh mon roi ! comment ai-je pu m’asseoir en votre présence, et comment à présent faire pardonner pareille outrecuidance !
— Le roi !... le roi !... fait en écho la jeune femme interdite et se prosternant aussi, le roi !
— Eh oui ! reprend l’autre ; le roi que, malgré son modeste équipage, j’ai reconnu à son entrée dans notre village... Je vous ai suivi de loin, Sire, n’ayant qu’un désir, un désir fou, de vous voir et contempler de près et tout mon soûl. Aussi, lorsque ma voisine est venue demander ma dinde, j’ai saisi l’occasion unique et sans pareille qui s’offrait à moi et j’ai sollicité l’honneur de manger à votre table. Mais, encore un coup, que faire pour mériter le pardon de mon roi ?
— Rien de plus, mon brave que de continuer à l’aimer et de le servir fidèlement, dît Henri cherchant à le relever.
— Sire, de grâce, laissez-moi en cette humble posture. Certes la gloire de mon prince me sera toujours chère ; mais, je ne puis songer sans douleur combien elle sera ternie par la condescendance dont vous avez usé, tolérant à vos côtés et traitant de pair un pauvre homme comme moi, artisan de la dernière ville du royaume. Sire, que dira-t-on, que pensera-t-on de vous ?
— Est-ce donc là malheur ? fit le Béarnais.
— Malheur... oh, certes... mais malheur réparable.
— Tu dis !... et par quel moyen ?
— Par le moyen des lettres de noblesse que je sollicite très humblement, de Votre Majesté ; car, mon cœur vous appartient ; je suis Français, mon nom est sans tache et je suis, autant qu’un autre, digne de devenir gentilhomme.
— Tes sentiments me plaisent, fit Henri souriant ; mais, dis-moi, quelles seront tes armes ?
— Ma dinde... elle me fait aujourd’hui assez d’honneur pour cela ?
— Ventre-saint-gris ! l’idée est bonne, et j’agrée ta demande : tu auras, je le jure, tes lettres de noblesse.

Le roi éclata de son bon et franc rire, tandis que l’artisan au comble du bonheur se répandait en bénédictions et remerciements.

Nul sujet du grand roi ne lui fut plus fidèle. Il acheta une toute petite terre qui fut érigée en châtellenie sous son nom qu’il entendait garder tel que l’avait porté ses pères. Le tout était plus que modeste, ses armes seules furent splendides : de sable semé d’étoiles d’or à la dinde en pal affrontée d’azur. Et sa devise fut celle du brave cœur qu’il était : « A mon roy tout mon bien. »




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Ménager la chèvre et le chou
 
 Garder pour la bonne bouche
 
MANIFESTATIONS
 Tour-Forteresse de Monthoiron : l'empreinte de Léonard de Vinci dans la Vienne
 
 Exposition : Les Hugo, une lignée d’artistes
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Reliure en peau humaine pour Les Terres du ciel de Camille Flammarion
 
 Jardin d'Acclimatation (Quand le) devient le Jardin d'Alimentation pendant le siège de Paris
 
 Duel comique à l'épée au XIXe siècle entre un propriétaire et un avocat
 
 Médecins (Les) : inspirateurs de Molière
 
 
Et puis aussi...
 
 Trentain (Portez du) et soyez « sur votre trente-et-un » !
 
 Pont des Douze (Le) ou le siège de Paris en 885-886
 
 Danses paysannes vues par l'Eglise, vision de la femme au Moyen Age
 
 Les deux Marion de Lorme ou quand Victor Hugo accommode l'Histoire
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 315 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services