Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Histoire des Français. Election de Hugues Capet. Dynastie capétienne, pouvoir carolingien affaibli - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Histoire des Français > Hugues Capet prend en 987 les rênes (...)

Histoire des Français

L’Histoire des Français : systèmes politiques, contexte social, population, économie, gouvernements à travers les âges, évolution des institutions.


Hugues Capet prend en 987 les
rênes d’un pouvoir carolingien vacillant
(D’après « Faits mémorables de l’Histoire de France », paru en 1844)
Publié / Mis à jour le lundi 7 décembre 2015, par LA RÉDACTION



 
 
 
L’empire de Charlemagne, partagé d’abord entre les fils de Louis le Débonnaire par le traité de Verdun, s’était lentement divisé en grands fiefs, bientôt héréditaires, qui méconnaissaient complètement l’autorité royale. Cet édifice, hardiment élevé par la maison d’Héristal, s’était brisé dans des démembrements successifs, et les derniers Carolingiens, sans pouvoir, sans influence, réduits à un vain titre, rappelaient dans leur affaiblissement le triste spectacle offert à l’histoire par les Mérovingiens.

Au centre même de leur domination, à Paris, les Carolingiens n’étaient plus maîtres ; la puissance leur échappait avec la possession réelle du territoire, et, tandis qu’ils s’éteignaient dans leur incapacité, une famille obscure, sans passé, sans souvenirs, s’élevait rapidement et préparait à la France une glorieuse dynastie. Par les services qu’elle rendait au pays, elle se créait un parti et acquérait pour l’avenir des titres solides ; c’était elle qui luttait courageusement contre les Normands auxquels les chefs de l’empire n’osaient résister : Robert le Fort mourait en les combattant ; Eudes, son fils, alors que Charles le Gros abandonnait lâchement Paris aux attaques des hommes du Nord, défendait vaillamment la cité assiégée.

Hugues Capet (987-996)
Hugues Capet
Aussi, lorsqu’à la mort de Charles le Gros (888) les royaumes réunis un moment sous sa domination se séparèrent, les habitants du duché de France, déjà même on peut dire les Français, proclamèrent roi Eudes, comte de Paris, fils de Robert le Fort, cet aventurier d’origine saxonne, dont la lignée devait porter plus de couronnes qu’aucune autre maison royale. Cependant Eudes ne fut pas le chef de la dynastie nouvelle ; après lui, par un inexplicable dédain de Hugues le Grand, son fils, pour la couronne, un Carolingien, Louis d’Outremer, monta sur le trône et régna, de 936 à 954, sous la tutelle immédiate et impérieuse du duc de France.

A Louis d’Outremer succédèrent deux princes, Lothaire (954-986) et Louis V (986-987), derniers représentants de Charlemagne ; deux ombres qui n’ont laissé d’autre souvenir dans l’histoire que leur nom. Le moine Gerbert, qui illustra le trône pontifical sous le nom de Sylvestre et qui s’était placé à la tête du clergé de France pour conduire le mouvement auquel les Capétiens allaient devoir la couronne, disait avec mépris du roi Lothaire : « Il est roi seulement de nom ; Hugues n’en porte pas le titre ; mais il est roi et par le fait et par les œuvres. » Et de Louis V : « Il ne fit rien ; à charge à ses amis, il ne donnait pas beaucoup d’inquiétudes à ses ennemis et pendant ce temps la grande affaire de sa ruine se traitait sérieusement en secret. »

Hugues Capet avait hérité de tout le pouvoir de Hugues le Grand ; toutefois, plus ambitieux que son père, il voulait avec cette autorité le titre de roi qui lui manquait encore. Il avait souffert le règne de ces princes à qui Hugues le Grand avait accordé son appui, mais il s’apprêtait à s’emparer de leur succession. Cette importante révolution, décidée par tant de causes, s’accomplit enfin ; la dynastie des Carolingiens céda le trône à celle des Capétiens, et le changement se fit presque sans secousse, sans contestation.

Sacre de Hugues Capet à Noyon
Sacre de Hugues Capet à Noyon
Louis V, après une année de règne, était mort sans enfants ; cependant il restait des héritiers de sa couronne : Charles, duc de Basse-Lorraine, second fils de Louis d’Outremer, frère de Lothaire, avait des droits légitimes. Avant qu’il eût pu les faire valoir Hugues Capet réunit ses partisans, les principaux seigneurs du duché de France, à Noyon, et à la fin du mois de mai de l’année 987 il est élu ou plutôt choisi, reconnu roi de France. Quel fut le caractère de cette assemblée, on l’ignore ; mais il n’y faut vraisemblablement chercher ni règles précises, ni acceptation réfléchie : ce fut un mouvement spontané, une acclamation en quelque sorte.

« Cette élection, dit Augustin Thierry dans ses Lettres sur l’histoire de France, n’eut point lieu avec des formes régulières ; on ne s’avisa ni de recueillir, ni de compter les voix des seigneurs, ce fut un coup d’entraînement, et Hugues Capet devint roi des Français parce que sa popularité était immense. »

L’archevêque de Reims, Adalberon, sacra le nouveau souverain et ratifia au nom de l’Église le choix des seigneurs francs. Hugues Capet n’oublia jamais la protection que lui avait donnée le clergé ; arrivé au trône en s’appuyant sur lui, il ne cessa de rechercher son concours : trop humble pour porter la couronne, il revêtait seulement aux jours solennels la chape de saint Martin et n’usait de la souveraineté dont on venait de l’investir qu’avec une prudente réserve.

Les chefs égaux à Hugues par l’étendue de leur domaine ne semblent avoir fait aucune opposition à son élection. Au nord les services de son père et de son aïeul l’avaient rendu populaire ; puis ces seigneurs féodaux s’accommodaient mieux d’un roi d’origine récente : ils préféraient aux Carolingiens, à qui ils avaient ravi leur royaume province par province, à qui ils avaient arraché des concessions révocables après tout, un roi pris parmi eux et dont en fait la véritable force ne s’augmentait pas. L’assemblée de Noyon n’étendit pas la puissance réelle du fils de Hugues le Grand, elle le laissa duc de France ; seulement elle revêtit cette domination d’un titre plus général, dont les Capétiens devaient par une sage politique se faire une supériorité profitable.

Enfin Hugues Capet était en quelque sorte protégé par l’orgueil même de ceux qui l’avaient reconnu ; le titre qu’ils lui accordaient leur semblait sans importance, ils prétendaient à une complète égalité de rang et surtout de pouvoir avec le successeur des Carolingiens. Amould II, comte de Flandre, et Herbert III, quatrième comte de Vermandois, se faisaient contraindre par les armes à reconnaître la dignité nouvelle du duc de France, et c’était là tout ce que Hugues pouvait obtenir d’eux.

Election de Hugues Capet
Election de Hugues Capet

Richard Ier, duc de Normandie, accordait l’hommage au roi de France, mais il l’exigeait à son tour de lui. Conan-le-Tors, comte ou duc de Bretagne, restait entièrement étranger à la royauté capétienne. Enfin Hugues Capet, afin d’assurer l’avènement de son fils aîné, convoqua les seigneurs francs à Orléans et fit reconnaître à l’avance Robert comme son successeur. Pendant deux siècles les rois imitèrent cet exemple, et cette politique persévérante rendit à la longue la couronne de France héréditaire.

Au midi à peine s’inquiéta-t-on de celui qui prenait le titre de roi, tant son influence était vaine sur les grands fiefs situés au sud de la Loire. On ignorait son nom, et les seigneurs des provinces méridionales, après son élection, inscrivaient toujours en tête de leurs actes : « Dieu régnant en attendant un roi. » Hugues Capet voulut essayer son pouvoir, il ne réussit guère à le faire accepter. Ainsi Adalbert Ier, comte de Périgord, s’étant allié avec Foulques Nerra, cinquième comte d’Anjou, assiégea Tours, qui appartenait à Eudes Ier, comte de Blois. Celui-ci eut recours au roi de France, qui ordonna au comte de Périgord de lever le siège. Comme Adalbert n’obéissait pas, Hugues lui envoya dire : « Qui t’a fait comte ? — Qui t’a fait roi ? » répondit fièrement Adalbert.

Toutefois l’avènement de la troisième dynastie est un événement considérable ; définitivement la royauté française nationale est constituée. Longtemps encore elle restera faible, peu étendue, dépendante des seigneurs féodaux qui sont restés maîtres du territoire de la Gaule ; mais la patience, le temps, une singulière habileté, une modestie opportune unie au courage et à l’intelligence lui préparent de grandes destinées et finissent par lui assurer une autorité suprême, immense, incontestable.

Augustin Thierry, qui a apprécié avec son habituelle supériorité cette révolution nationale, en exprime ainsi les résultats et le caractère : « L’avènement de la troisième race est dans notre histoire nationale d’une bien autre importance que celui de la seconde ; c’est à proprement parier la fin du règne des Francs et la substitution d’une royauté nationale au gouvernement fondé par la conquête. Dès lors notre histoire devient simple ; c’est toujours le même peuple qu’on suit et qu’on reconnaît, malgré les changements qui surviennent dans les mœurs et dans la civilisation. »

Un singulier pressentiment de cette longue succession de rois paraît avoir saisi l’esprit du peuple à l’avènement de la troisième dynastie ; le bruit courut qu’en 981 saint Valery, dont Hugues Capet, alors comte de Paris, venait de faire transférer les reliques, était apparu en songe au roi futur et lui avait dit : « A cause de ce que tu as fait, toi et tes descendants vous serez rois jusqu’à la septième génération ; c’est-à-dire à perpétuité. »

Cette parole était prophétique ; pendant neuf cents ans les Capétiens, toujours grandissant au milieu des désastres, des révolutions, des attaques extérieures et intérieures, occupent le trône sans interruption et donnent des rois à la plupart des peuples de l’Europe.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Vin à faire danser les chèvres
 
 Faire une algarade à quelqu'un
 
MANIFESTATIONS
 Exposition : Les Hugo, une lignée d’artistes
 
 Tour-Forteresse de Monthoiron : l'empreinte de Léonard de Vinci dans la Vienne
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Vercingétorix triomphe de César lors du siège de Gergovie en 52 av. J.-C.
 
 Système féodal : hiérarchie, obligations, justice, vassalité et fiefs, conditions des vilains et des serfs
 
 La France en 1789 d'après les Cahiers de Doléances
 
 Corporations de métiers au Moyen Age : origine, première organisation des associations ouvrières
 
 
Et puis aussi...
 
 Mort de Roland à Roncevaux en 778 : entre histoire et légende
 
 Le Directoire : régime révolutionnaire liberticide ruinant la France
 
 Siège (Le) de Beauvais en 1472 évite le démembrement de la France
 
 Langue française : son origine et son évolution depuis le temps des Gaulois
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 60 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services