Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Histoire des Français. Justice paternelle du roi saint Louis. Chêne bois de Vincennes - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Histoire des Français > Justice paternelle du roi saint (...)

Histoire des Français

L’Histoire des Français : systèmes politiques, contexte social, population, économie, gouvernements à travers les âges, évolution des institutions.


Justice paternelle du roi
saint Louis au XIIIe siècle
(D’après « Faits mémorables de l’Histoire de France », paru en 1844)
Publié / Mis à jour le mercredi 9 décembre 2015, par LA RÉDACTION



 
 
 
Un des plus remarquables côtés du caractère de saint Louis, c’est sans contredit ce profond sentiment d’équité qui fut la règle constante de toute sa vie. Rien de plus élevé, rien de plus pur que cette âme dévouée au bien, au bon droit, sans autre aiguillon que le devoir.

On peut trouver, dans l’histoire de la France, un règne brillant d’un plus vif éclat ; mais il n’en est point dont le récit offre autant que celui-ci des exemples parfaits de justice et de loyauté. Dans les grandes aussi bien que dans les plus médiocres circonstances, qu’il ait à juger les querelles qui arment les barons anglais contre leur roi ou les différends des bourgeois de Paris, saint Louis montre une égale sincérité de cœur, une semblable impartialité, et ses propres intérêts même ne peuvent altérer cette pieuse candeur, qui puise sa force dans les inspirations de la foi.

Chez la plupart des princes, l’illustration est pour ainsi dire inséparable des gloires du champ de bataille ou des splendeurs de la royauté ; jamais, au contraire, saint Louis ne paraît plus admirable que lorsqu’on pénètre dans l’intimité de son existence : il tire de lui seul une grandeur particulière qu’on ne retrouve qu’à de bien rares intervalles dans les pages de notre histoire.

Le roi saint Louis
Le roi saint Louis

Sa valeur n’était pas dégénérée de celle de ses prédécesseurs, les exploits de Taillebourg en font foi ; mais, au-dessus des succès militaires, il estimait le bonheur de son peuple. Les paroles qu’il adressa à son fils durant une dangereuse maladie qu’il fit à Fontainebleau, où il se plaisait à passer de longues retraites dans le recueillement et la prière, révèlent la tendre inquiétude que lui inspirait le repos de la France : « Beau fils, dit-il au jeune prince, je te prie que tu te fasses aimer du peuple de ton royaume ; car vraiment j’aimerois mieux qu’un Escot (Écossais) vînt d’Écosse et gouvernât le peuple du royaume bien et loyalement, que tu le gouvernasses mal apertement. »

Cette constante sollicitude n’est pas exprimée avec moins de force dans les dernières instructions qu’il donna à son fils, Philippe le Hardi, au moment où, mourant sous les murs de Tunis, il remit entre ses mains les destinées du royaume de France : « Aie le cœur doux et pitoyable pour les pauvres, les chétifs, les malheureux, et les réconforte en aide autant que tu pourras. Maintiens les bonnes coutumes du royaume et détruis les mauvaises... Sois loyal et roide pour tenir justice et droit à tes sujets, et soutiens la querelle du pauvre jusqu’à ce que la vérité soit éclaircie... Et si tu entends que tu tiennes nulle chose à tort, ou de ton temps ou du temps de tes prédécesseurs, fais-le de suite rendre, bien que la chose soit considérable, ou en terre, ou en deniers, ou en autre chose. »

Pour rendre la véritable expression de cette grande figure, dont nous essayons de réunir les traits divers, nous ne pouvons mieux faire que d’emprunter au naïf biographe de Louis IX, à Joinville, le récit des assises populaires tenues par le saint roi sous les hautes verdures de Vincennes, ou dans le jardin de son palais de Paris.

« Maintes fois il advint qu’en été il alloit s’asseoir au bois de Vincennes après la messe, et se accostoit (s’appuyait) à un chêne, et nous faisoit asseoir autour de lui ; et tous ceux qui avoient affaire venoient lui parler sans empêchement d’huissier ni d’autres. Et lors il leur demandoit de sa bouche : Y a-t-il ici quelqu’un qui ait partie (procès) ? Et ceux qui avoient partie se levoient, et lors il disoit : Taisez-vous tous, et on vous expédiera l’un après l’autre. Et lors il appeloit monseigneur Pierre de Fontaines et monseigneur Geoffroy de Villette, et disoit à l’un d’eux : Expédiez-moi cette partie. Et, quand il voyoit quelque chose à amender dans le discours de ceux qui parloient pour autrui, lui-même il l’amendoit de sa bouche.

« Je le vis aucune fois en été que pour expédier ses gens il venoit au jardin de Paris vêtu d’une cotte de camelot, d’un surtout de tiretaine (laine) sans manches, d’un manteau de cendal (taffetas) autour du cou, moult bien peigné et sans coiffe, et un chapel de paon blanc sur la teste, et faisoit étendre un tapis pour nous seoir autour de lui. Et tout le peuple qui avoit affaire par-devant lui se tenoit debout autour de lui, et lors il les faisoit expédier en la manière que je vous ai dit devant au bois de Vincennes. »

Cette justice paternelle, sans gardes ni huissiers, si simple dans ses formes, n’excluait cependant pas à l’occasion la fermeté, et saint Louis se sentait alors d’autant plus fort qu’il ne cédait qu’aux plus impérieuses convictions. Enguerrand de Coucy, chef de la maison de Coucy, qui avait pris pour devise ces fières paroles : Je ne suis roi, ne duc, prince, ne comte aussi ; je suis le sire de Coucy, avait fait pendre trois jeunes gens nobles qui, dans l’ardeur de la chasse, étaient venus tuer du gibier sur ses terres. Aussitôt que le roi de France eut appris cette exécution faite à la hâte, il cita devant lui le sire de Coucy, le fit arrêter, conduire à la tour du Louvre et comparaître devant sa cour pour rendre compte de cette violence.

L’accusé, dont la famille était alliée à toutes les maisons souveraines, et même à celle de France, demandait la preuve en combat singulier, et sa prétention était appuyée par le duc de Bourgogne, les comtes de Champagne, de Bar, de Soissons, qui s’étaient rendus auprès du roi pour défendre leur parent et leur ami. Mais le roi se refusa à cette épreuve, qui le plus souvent donnait gain de cause à l’épée la mieux trempée plutôt qu’au bon droit. « Au fait des pauvres, des églises et des personnes dont il faut avoir pitié, l’on ne doit pas aller avant par gage de bataille, répondait-il à leurs instances, car on ne trouveroit pas facilement aucuns qui voulussent combattre pour de telles personnes contre les barons du royaume. » Malgré toutes les sollicitations, la justice eut son cours régulier. Le sire de Coucy, privé du droit de haute justice et de chasse, fut condamné à une amende de douze mille livres et à de nombreuses expiations.

Saint Louis rendant la justice
Saint Louis rendant la justice

Ce jugement par voie de droit excita de violents murmures parmi les barons, qui le considéraient comme une atteinte à leur indépendance politique et à leur liberté personnelle. L’un d’eux même, Jean Thourot, châtelain de Noyon, qui avait pris vivement la défense du sire de Coucy, osa dire ironiquement au roi : « Si j’avois été le roi, j’aurois fait pendre tous les barons ; car, un premier pas de fait, le second ne coûte plus rien. — Certainement je ne ferai pas pendre mes barons, reprit sévèrement le roi, mais je les châtierai s’ils méfont. » Cette énergie, si différente de la douceur habituelle de saint Louis, ajoute encore, il nous semble, à l’éclat de ce caractère, qui fut la gloire du Moyen Age.

Inflexible envers les autres, il ne l’était pas moins envers lui-même ; tourmenté par des scrupules de conscience sur le droit qu’il pouvait avoir de conserver les provinces conquises sur l’Angleterre durant les règnes précédents, après d’attentives consultations il se résolut à les rendre, avec un désintéressement que la politique a pu condamner, mais que cependant on est obligé d’admirer.

Nous insistons sur cette équité naturelle, sur ces qualités supérieures aux passions ordinaires du cœur humain, parce que ce sont elles surtout qui font de saint Louis « l’homme modèle du Moyen Age, en qui on ne sait lequel plus admirer, a dit Chateaubriand, du chevalier, du clerc, du patriarche, du roi et de l’homme. »

Sa piété si vive, si profonde, que chacun, les prestres mesmes, désiroient suivre sa vie, n’obscurcit jamais cette pure raison, qui recherchait avant tout la vérité et la préférait à toutes choses ; obligé de défendre contre le pape les droits de l’église de France, il le fit avec fermeté. Sa célèbre ordonnance connue sous le nom de Pragmatique Sanction, qui posa les premières bases des libertés de l’église gallicane, témoigne de son indépendance vis-à-vis du Saint-Siège. Quand bien même, comme l’a prétendu, et sur de fortes présomptions, Ch. Lenormand, on ne devrait pas attribuer cette énergique protestation contre les empiétements de la cour de Rome à Louis IX, l’accord avec lequel les historiens font remonter jusqu’à lui cet acte important serait encore un indirect hommage rendu à sa raison et à l’ascendant de sa vertu.

Quel prince pouvait en effet mieux juger ces délicates questions que celui dont le cœur semble dégagé de toute préoccupation mondaine et personnelle ? En qui pouvait-on avoir plus de confiance qu’en ce saint roi, qui, dans l’ardeur de sa foi, écrivait à sa fille pour dernier adieu : « Chère fille, la mesure par laquelle nous devons aimer Dieu, c’est de l’aimer sans mesure. »




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Le mieux est l'ennemi du bien
 
 Donner du fil à retordre à quelqu'un
 
MANIFESTATIONS
 Exposition : Les Hugo, une lignée d’artistes
 
 Henri IV en son et lumière au château de Pau
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Vercingétorix triomphe de César lors du siège de Gergovie en 52 av. J.-C.
 
 Système féodal : hiérarchie, obligations, justice, vassalité et fiefs, conditions des vilains et des serfs
 
 La France en 1789 d'après les Cahiers de Doléances
 
 Corporations de métiers au Moyen Age : origine, première organisation des associations ouvrières
 
 
Et puis aussi...
 
 Justice en France au Moyen Age, du Ve au XIIe siècle
 
 Siège de Paris par les Normands (885-886)
 
 Charlemagne lutte contre les vestiges du paganisme pour asseoir la civilisation chrétienne
 
 Education, jeunesse, caractère de Louis XVI avant son avènement, et image dont jouissait la royauté
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 60 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services